THE GATE – LA FISSURE de Tibor Takacs (1987)

THE GATE – LA FISSURE

Titre original : The gate
1987 – Etats Unis
Genre : Fantastique
Durée : 1h25
Réalisation : Tibor Takacs
Musique : J. Peter Robinson et Michael Hoenig
Scénario : Michael Nankin

Avec Stephen Dorff, Louis Tripp, Christa Denton, Kelly Rowan, Jennifer Irwin et Deborah Grover

Synopsis: La foudre a frappé l’un des arbres du jardin et le petit Glenn contemple la bizarre fosse qui s’est ouverte sous le tronc abattu. Les distractions étant rares dans cette banlieue paisible d’une cité américaine parfaitement anonyme, Glenn et son copain Terry entreprennent d’élargir le trou. Ils en retirent une géode qui libère d’étranges lueurs. Un album de hard rock livre la solution. Le gouffre communique directement avec les enfers. Une invasion de la Terre par les forces du Mal est prévisible. En effet, mettant à profit une longue absence des parents de Glenn et d’Al, sa grande soeur, une myriade de démons déboulent dans le jardin…

The Gate et moi, ça ne remonte pas à aujourd’hui, malgré la sortie récente du film en HD chez nous, en France, grâce à l’éditeur Le Chat qui Fume. The Gate, renommé à l’époque La Fissure (ne cherchez pas à comprendre), ça fait parti de ces petits films tournés pour 2 francs six sous dans les années 80 et qui se découvraient en seconde partie de soirée sur M6 pour beaucoup, lors des Jeudi de l’Angoisse. Ce fut mon cas. Et à l’époque, j’étais jeune, j’avais adoré, j’avais pu voir le film avec ma mère. Qui elle avait détesté. Puis les années ont passées, et pour revoir le film, pendant longtemps, la seule option fut le DVD Français, en VF only, sans bonus si ce n’est un mini jeu de tirs (oui oui), et en 4/3. Et mon avis descendit, grandement, The Gate ne m’amusait plus. La sortie récente en magnifique copie HD m’a encore fait revoir mon verdict. Car The Gate, si ce n’est pas grandiose, c’est finalement une série B bricolée plutôt sympathique, qui nous fait découvrir un jeune Stephen Dorff, dans le rôle du héros. Avec son meilleur ami, ils vont découvrir dans le jardin un trou menant à une autre dimension. Ou quelque chose du genre. Et facilité de scénario + années 80 oblige, le meilleur pote connait tout, et nous sort, grâce à des vieux bouquins et des vinyles de musiques sataniques tout le background du film. The Gate ne cherche pas à innover, ne cherche rien d’autres que de divertir et de toucher un plutôt large public, car oui, les héros sont des enfants et des adolescents, le scénario est simple voir simpliste, et l’ensemble est même assez naïf, si bien que souvent, on peut avoir du mal à prendre tout ça au sérieux.

Et pourtant, si l’on n’attend pas grand-chose de The Gate, on pourra par moment être surpris, notamment par ses effets spéciaux, qui sentent bon les années 80 évidemment, mais qui se montrent étonnement convaincants et inventifs compte tenu du budget. Et en plus, c’est plutôt généreux à ce niveau là, avec des monstres, minuscules puis géants, et même un zombie. Fait amusant, on reconnaîtra également dans le casting une toute jeune Kelly Rowan. Et si, comme bon nombre de films du genre, ça se montre plutôt lent dans sa première partie, voir même dans son second acte d’ailleurs, ça s’accélère clairement sur la fin avec un déluge de situations et d’effets spéciaux. Alors certes, beaucoup de choses feront sourire, et pas forcément pour les bonnes raisons, mais finalement, The Gate dégage un petit quelque chose d’attachant. Rien n’est vraiment exceptionnel, rien n’est vraiment développé à fond malgré un concept intéressant de base, les raccourcis sont énormes, c’est très soft en matière de contenu horrifique, mais ça se regarde sans déplaisir, et c’est finalement déjà pas mal.

Les plus
Les effets spéciaux corrects
Un capital sympathie pour le film
Le concept intéressant
Voir un tout jeune Stephen Dorff
Les moins
Très soft, presque un film familial
Un peu longuet au départ
Des facilités énormes

En bref : Un film pour enfant traité par sérieux, mais pas vraiment palpitant, dont on ne retiendra que quelques trop rares bons effets spéciaux.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *