LES ENFANTS DU MAÏS 2: LE SACRIFICE FINAL de David Price


LES ENFANTS DU MAÏS 2: LE SACRIFICE FINAL

Titre original : Children of the Corn 2: The Final Sacrifice
1992 – Etats Unis
Genre: Fantastique – Adaptation
Réalisation : David Price
Musique: Daniel Licht
Scénario :  A.L. Katz et Gilbert Adler d’après Stephen King

Avec Terence Knox, Paul Scherrer, Ryan Bollman, Ned Romero et Christie Clark

Synopsis : La situation à Gatlin est enfin révélée au grand jour, et les médias se précipitent sur place pour couvrir l’horrible vérité sur ses enfants sacrifiant les adultes au dieu du maïs. John Garett y voit l’occasion de sauver sa carrière, et se rend sur place avec son fils. Seulement tout n’est pas finit dans la ville, et Micah va prendre la place de Isaac.

Il aura fallut attendre 8 ans pour voir une suite au premier film. Et on le sait depuis, les suites tardives, ce n’est en général pas très bon signe. Mais quand une saga commence avec un épisode médiocre, que peut-on vraiment attendre ? Pas grand chose en effet. Et ce second opus va faire fort, il faut avouer, en nous livrant un produit reprenant les bases du premier film, sans rien y ajouter à part quelques scènes sanglantes, et… c’est tout. Deux scénaristes pour ça, la réalisation échoue à David Price (Le Fils des Ténèbres un an plus tôt), rien à voir avec Vincent Price, rassurez vous. A part ça, rien de neuf. La réalisation de David Price est assez plate et n’arrive jamais à cacher le fait que le film n’a rien de plus à raconter comparé au premier film. Mais cela n’est qu’une des très nombreuses tares du métrage, qui se retrouve avec un casting affligeant, les enfants en premier. En les voyant, on aura le plus souvent envie de rigoler, ou de les tuer. Mais le pire du pire, ça doit bien être le scénario. En reprenant à l’identique l’histoire du premier, le duo de génie à ajouté au métrage des scènes semblant venir d’un autre monde, soit par leur stupidité totalement hallucinante, soit par le message délivré par certains personnages qui m’ont fait douter un moment de l’année du métrage. Oui oui, 1992.  Tout citer serait bien trop long, mais quelques exemples valent absolument le détour pour bien faire comprendre que Children of the Corn 2 : The Final Sacrifice (vraiment pas si final que ça) est un métrage à éviter. Ou la saga, si vous ne voulez pas perdre trop de votre temps.

En effet, imaginez deux reporters dans un van, perdus dans un champ de maïs, avec une tornade juste devant eux. Bien entendu, le van ne démarre pas. Que faire ? Bien entendu, sortir du van ! La stupidité des personnages n’a pas de limites. Tout comme, comment ne pas citer la meilleure scène du métrage, et pourtant, une scène m’ayant fait crier, lorsqu’un prête fait son discours dans l’église « Qu’est ce qui rend nos enfants comme ça ? La violence et le sexe au cinéma ! » Ahlala ! Heureusement, la scène se termine par des petits effets gores bien sympathiques. Doté d’un budget dérisoire (moins d’un million, contre un peu plus de 2 pour le premier opus), ce second opus n’a rien pour lui, si ce n’est la bande son signée Daniel Licht, qui oui, bien avant Dexter, avait débuté dans le cinéma de séries B, voir Z (ce métrage, deux Amityville et deux films de Tony Randell – Ticks et Les Enfants des Ténèbres, ainsi que le quatrième volet de la saga Hellraiser). Un film à oublier.

3

Les plus:

La scène gore dans l’église

Les moins:

Une redite du premier

Rien de crédible ou passionnant

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s