THIRST de Park Chan-Wook


ThirstTHIRST

Titre original : Bakjwi – 박쥐
2009 – Corée du Sud
Genre : Vampires
Réalisation : Park Chan-Wook
Musique : Jo Yeong-Wook
Scénario : Park Chan-Wook et Jeong Seo-Kyeong

Avec Song Kang-Ho, Kim Ok-Bin, Shin Ha-Kyun, Kim Hae-Sook, Eriq Ebouaney, Hwang Woo-Seul-Hye et Mercedes Cabral

Synopsis : Un jeune prêtre suit une expérience médicale et se porte volontaire pour tester un vaccin susceptible d’éradiquer une maladie qui sévit en Afrique. L’expérience est un fiasco, et le prêtre décède. Une transfusion sanguine d’origine inconnue le ramène à la vie, mais cette expérience le transforme progressivement en vampire. Rentré en Corée, sa résurrection attire les pèlerins. Parmi eux, il recroise la femme d’un ami d’enfance, aux charmes de laquelle il ne pourra résister.

Thirst01Thirst04Thirst05Thirst08

On se demandait bien ce qu’allait nous livrer Park Chan-Wook, après avoir terminé son dyptique sur la vengeance (Sympathy for Mr Vengeance, Old Boy et Lady Vengeance), et surtout après avoir livré l’immonde Je Suis un Cyborg, film tournant en rond dès ses premiers instants pour ne livrer qu’une farce visuelle de mauvais goût. Pourtant, Thirst est un projet de longue date pour lui, qu’il avait déjà en tête 10 ans plus tôt avec l’acteur Song Kang-Ho (Memories of Murder, The Host, Antarctic Journal). Il aura donc fallut attendre 2009 pour voir le réalisateur Coréen adapter librement un écrit de Emile Zola et livrer son film de vampires mettant en avant un… prêtre. Et comme souvent chez le metteur en scène, il ne fait pas les choses à moitié, si bien que son œuvre en séduira certains, sera détesté par d’autres, et contiendra son lot de qualités poussées à l’extrême, et de défauts, eux aussi poussés à l’extrême. Dans le fond comme dans la forme, on pourra dire que Thirst bénéficie des mêmes défauts et qualités qu’un Lady Vengeance. Visuellement c’est souvent à tomber par terre. Les éclairages sont magnifiques, la mise en scène travaillée, les plans beaux et bien trouvés, parfois originaux. Song Kang-Ho hérite d’un personnage bien développé et au fond intéressant. En effet, quoi de mieux que de voir dans le rôle principal un prêtre qui devient vampire, et qui va ainsi être attiré par tout ce qu’il a juré de faire une croix dessus, comme le sang et les plaisirs charnels.

Thirst09Thirst12Thirst13Thirst15Thirst18Thirst19

L’autre personnage principal, une jeune femme mariée et maltraitée, voir ridiculisée par son mari et la famille de celui-ci, arrive entre les mains de Kim Ok-Bin, à la carrière qui ne brille pas (Whispering Corridors 4 : Voice, ou encore Arang), mais qui a le mérite de s’investir toujours à fond dans ses différents projets. La preuve, dans Thirst, elle est tout à fait crédible. Visuellement parfait donc sur bien des points et contenant deux personnages bien développés et joués par de grands acteurs, Thirst a donc les bonnes cartes. D’autant plus que sa première partie, calme et lente, privilégie l’ambiance et le développement des personnages plutôt qu’à l’artifice gratuit comme Park Chan-Wook nous a souvent habitué, et que sa dernière partie fait place à quelques scènes sanglantes impressionnantes et froides. Seulement oui, à côté de tout ça, il y a le reste, et là, ça passe immédiatement moins. Dans un premier temps, et malgré deux excellents personnages, Park Chan-Wook dépasse la barre des deux heures pour une histoire intéressante mais au final assez mince. Alors forcément, lorsqu’il nous donne quelques intrigues secondaires moins palpitantes et s’attarde un peu trop sur ses personnages secondaires peu développés, et bien, Thirst ennuie. À la manière d’un Lady Vengeance avec l’insertion mi-parcours d’un nouveau personnage qui provoquait des longueurs, Thirst refait donc la même erreur en s’attardant sur la famille de Tae-Joo, sans convaincre.

Thirst23Thirst24Thirst27Thirst28

Le métrage possède dès lors un gros ventre mou plutôt gênant. Mais là ne sera pas le seul défaut du métrage, puisque Park Chan-Wook voit les choses en grand… trop grand. Il va ainsi truffer son film d’envolées lyriques (je parle de la forme) avec des vampires qui font des sauts immenses, des sauts numériques et bien entendu à l’animation peu crédible et donc totalement risible. Il va malheureusement abuser quelque peu de ces moments. Reste les effets spéciaux fait sur le plateau, classique et criant de vérité. Comme souvent, le métrage a donc le cul entre deux chaises, entre un réalisateur qui veut en mettre plein la vue et y parvient parfois alors qu’il se plante à d’autres, deux personnages bien développés (et superbement joués) et un peu de vide autour d’eux, un début en fanfare, une fin plus grandguignolesque et malheureusement un ventre mou. Thirst est donc un pur Park Chan-Wook, parfois grandiose, parfois bien bancal.

Thirst32Thirst33Thirst35Thirst36

12

Les plus:

Song Kang-Ho parfait

Quelques très beaux moments

Les moins:

Des longueurs

Des CGI grossiers

Des personnages secondaires peu intéressants

 

En bref: Les défauts habituels du réalisateur pour un métrage tantôt prenant tantôt grossier sur le mythe des vampires. Song Kang-Ho est parfait.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s