DEN-SEN de Fukui Shozin


Den-Sen-posterDEN-SEN

Titre original : 伝染
2006 – Japon
Genre : Faux documentaire
Réalisation : Fukui Shozin
Musique : Arimoto Kenji
Scénario : Fukui Shozin

Avec Jomoto Daisuke, Makino Sakurato, Mizote Makiko, Nakamura Nobuhiro et Okada Kenichirô

Synopsis : Trois journalistes reçoivent un mystérieux DVD, contenant un avertissement. Quiconque regardera son contenu mourra. L’assistante du trio décide de faire un reportage dessus, mais après avoir regardé le DVD, elle saute de son balcon. Ses deux collègues enquêtent alors et recherchent la source du DVD pour savoir s’il est bien la cause de son suicide…

DenSen03DenSen06DenSen07DenSen09

Après des débuts prometteurs avec 964 Pinocchio puis Rubber’s Lover, deux films cyber-punk qui lui valurent d’être comparé à Tsukamoto Shinya, on n’entendit plus parler de Fukui Shozin. Il aura fallut attendre 10 ans pour le revoir débarquer, en 2006, avec deux métrages, inédits un peu partout, et donc peu connu du grand public. Dans les deux cas, des faux documentaires, tournés à l’économie donc, en caméra DV. On-ne d’un côté, et Den-Sen qui nous intéresse ici. Celui qui nous avait livrés des films enragés se calme donc en livrant des produits beaucoup plus simples, certains diront moins personnels, et surfant sur des modes qui deviennent de plus persistantes, à savoir le film de fantôme d’un côté, et le faux documentaire. Shiraishi Kôji avait livré en 2004 l’excellent faux documentaire Noroi, ambitieux, travaillé et stressant, et à présent, Fukui Shozin s’aventure à son tour dans le genre. Avec beaucoup moins d’ambitions, et surtout, une histoire beaucoup plus simple. Ring avait traumatisé toute une génération avec l’aide d’une simple VHS, avec une ambiance pesante du début à la fin alors que le fantôme n’apparaissait véritablement que dans la scène finale ? Den Sen va vouloir faire la même chose. Mais entre 1998 et 2006, il s’est passé beaucoup de choses, et la VHS est démodée. On passe donc au DVD.

DenSen10DenSen13DenSen15DenSen18

Le support est immédiatement moins visuel (dans le sens où un simple DVD n’a pas le même effet, du moins pour moi), mais quoi qu’il en soit, Den-Sen commence immédiatement. Une équipe de trois journalistes reçoit un DVD avec un message d’avertissement, et l’assistante de l’équipe va alors s’y intéresser, vouloir faire un reportage dessus, et perdre la vie. Les deux autres de l’équipe, le réalisateur (joué par Jomoto Daisuke) et le caméraman (joué par Nakamura Nobuhiro) vont vouloir éclaircir l’histoire, découvrir la vérité derrière la mort de leur amie, et vont donc mener l’enquête sur le DVD maudit. Une trame simple, qui n’ira pas plus loin, le métrage prenant la plupart du temps la simple trame d’une enquête, où les personnages vont aller d’indices en indices. Le film ne durant que 1h19, l’ensemble passe très bien, et on a vite envie d’en savoir plus sur les secrets que renferment cette vidéo maudite. Le début nous fait croire à du sensationnel, avec un fantôme apparaissant sur la dernière vidéo filmée par la défunte, puis c’est finalement une enquête très terre-à-terre à laquelle le réalisateur nous invite. Rien de sensationnel, juste quelques recherches, des interviews, quelques révélations. De la recherche de l’expéditeur à l’interview du médecin d’une victime jusqu’à la recherche du lieu figurant sur la vidéo maudite, Fukui Shozin se refuse les effets chocs, les apparitions à outrance. À ce niveau, le métrage fonctionne un peu à la manière de Ring, puisqu’il ne cède jamais aux effets faciles et préfère soigner le reste. C’est tout à son honneur.

DenSen21DenSen22DenSen24DenSen26

Les acteurs s’en sortent très bien pour rester crédible malgré quelques moments d’hésitations (notamment dans les conversations téléphoniques, où on ne les sent pas totalement à l’aise) et l’ensemble se suit sans éclair de génie. Dommage que par moment, le réalisateur décide de « désincarner » sa caméra sans raisons apparentes. À savoir donc que deux ou trois fois dans le métrage, la caméra prendra du recul et le plan ne sera alors pas filmé par le caméraman, mais par… on ne sait pas qui, l’équipe du vrai film, donnant le sentiment étrange que Fukui Shozin veut nous rappeler que tout ceci n’est que du cinéma, que supercherie. Pour les amateurs de moments de flippe, la déception sera de mise, puisque Den-Sen s’apparente plus à une enquête, et donc, en quelque sorte, un thriller, plutôt qu’à un vrai film de fantôme, et donc, de flippe. Avec un budget que l’on devine si petit derrière lui, le réalisateur peut de toute façon faire ce qu’il veut, et le générique de fin nous le prouver : éclair, avec une équipe minimale. Une certaine atmosphère se dégage toutefois du métrage, notamment lors de quelques scènes où l’on s’attend à tout, et Fukui Shozin en joue. Le score musical, très discret, va dans cette même direction. Pour l’amateur du genre, il faudra néanmoins attendre le final pour espérer voir quelque chose de véritablement surnaturel. Sympathique et intéressant, mais finalement également très classique et dispensable.

DenSen27DenSen29DenSen30DenSen31

11

Les plus:

Plaisant à suivre

Intéressant

Se refuse le sensationnalisme

Les moins:

Finalement assez banal

La caméra se désincarne parfois

 

En bref: Un retour très discret pour Fukui Shozin, dans un genre à la mode, mais il ne cède pas à la facilité. Sympathique.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s