JU-ON : BEGINNING OF THE END de Ochiai Masayuki


JuOn beginning of the endJU-ON : BEGINNING OF THE END

Titre original: Ju-On : Owari No Hajimari – 呪怨: 終わりの始まり
2014 – Japon
Genre: Fantômes
Réalisation : Ochiai Masayuki
Musique: Ueno Kôji
Scénario : Ochiai Masayuki et Ichise Takashige

Avec Sasaki Nozomi, Aoyagi Shô, Takahashi Haori, Triendl Reina, Hanazawa Miho et Kuroshima Yuina

Synopsis : Yui trouve enfin un travail : enseignante dans une école primaire. Elle remarque immédiatement l’absence du petit Toshio, absence de longue date si elle en croit le carnet d’appel. Elle ne sait pas encore qu’un terrible drame a eu lieu dans la demeure du petit Toshio.

JuOnBeginningoftheEnd03JuOnBeginningoftheEnd04JuOnBeginningoftheEnd05JuOnBeginningoftheEnd08

Ju-On est une saga qui ne veut pas mourir. Commencée il y a déjà plus de 15 ans avec deux films pour la télévision Japonaise, son créateur lui-même, Shimizu Takashi, réalisa ensuite deux remakes pour les salles obscures Japonaise, avant de partir en Amérique pour réaliser deux nouveaux remakes pour le compte de Sam Raimi. Motivé le bonhomme pour livrer 6 fois le même film… Malheureusement, l’aventure ne s’arrêta pas là, avec un nouvel épisode DTV pour le marché Américain, puis deux spin-off V-Cinema au Japon, Black Ghost et White Ghost, sympathiques. On pourra aussi citer un manga et un jeu vidéo sur Wii. 2014 signe l’arrivée d’un nouvel opus, un reboot. Oui, on connaît l’univers par cœur, il n’y a plus grand-chose voir rien à dire, mais la saga revient aux origines. Et cette fois-ci, c’est Ochiai Masayuki qui s’y colle, capable du meilleur (Infection), du sympathique (Parasite Eve) comme du pire (Spirits, le remake Américain de Shutter). Que va-t-il bien pouvoir ajouter à une saga aussi longue, surtout en remakant (rebootant) le premier opus ? Et bien ma foi, rien de particulier. Ju-On : Beginning of the End, ne fait que reprendre une formule que l’on connaît très bien pour ne pas forcément y ajouter du neuf. On reprend Toshio (très présent), sa mère Kayako (beaucoup moins présente), les scènes chocs comme la scène de la mâchoire ou la scène de l’escalier, le professeur de Toshio qui cette fois-ci est une femme (Sasaki Nozomi – My Rainy Days, Death game Park, Ring 0), les sons glutineux de fantômes, la fragmentation narrative, et c’est parti pour un tour.

JuOnBeginningoftheEnd10JuOnBeginningoftheEnd13JuOnBeginningoftheEnd16JuOnBeginningoftheEnd17

Pourtant, malgré son côté très prévisible et surtout n’ajoutant pas grand-chose malgré et quelques scènes s’amusant quelque peu à déformer son modèle datant d’il y a 15 ans, ce nouvel opus n’est pas la catastrophe annoncée. Certes, on a parfois l’impression de revoir une nouvelle fois le même film, mais l’ensemble est fait avec suffisamment de sérieux et quelques plans sont vraiment réussis, si bien que jamais le métrage n’ennuie ou ne semble faire tâche. Est-ce une raison suffisante pour nous fournir une nouvelle fois le même film ? Assurément pas ! Là est tout le paradoxe de ce nouvel opus, bien filmé, bien écrit, fait avec sérieux, mais qui pourra lasser le connaisseur ou le fan ayant vu tous les opus. Les nouveautés sont maigres en effet. Quelques nouveaux personnages que l’on ne connaissait pas forcément, quelques nouvelles situations, une Kayako que l’on voit par moment de son vivant, ce qui était rare auparavant, mais une mécanique et des effets que l’on ne connaît qu’un peu trop bien pour surprendre.

JuOnBeginningoftheEnd18JuOnBeginningoftheEnd20JuOnBeginningoftheEnd23JuOnBeginningoftheEnd24

Toshio vole totalement la vedette à sa mère, et poursuivra sans relâche ceux qui pénètrent dans la demeure, et le réalisateur s’amuse à changer quelques lieux et situations, tout en gardant leur finalité. Ainsi, la scène du lit dans l’appartement se retrouve délocalisée dans l’infirmerie de l’école, mais son déroulement tout comme son final sera identique. Ce clair manque de surprise fera que ce nouvel opus ne fera jamais peur. Les apparitions sont souvent prévisibles (mais certaines fonctionnent tout de même), on devine parfois ce qu’il va se passer à l’avance. Néanmoins, oui, le film est fait avec grand sérieux, et le réalisateur ajoute quelques rares nouveaux éléments, parfois étranges puisque semblant provenir d’autres films. Les spirales sont très présentes dans le métrage, et ce dés le début, nous ramenant à Uzumaki, l’ambiance étrange en moins. Le tout se fait rythmé, peu surprenant, mais agréable à l’œil, jamais ennuyeux, si bien que l’on passe malgré tout un bon moment. Le film a du suffisamment marcher au Japon puisqu’un nouvel opus, toujours signé Masayuki Ochiai est prévu pour le 20 Juin 2015, sobrement intitulé Ju-On : The Final. Final ? Vraiment ?

JuOnBeginningoftheEnd27JuOnBeginningoftheEnd31JuOnBeginningoftheEnd33JuOnBeginningoftheEnd34

12

Les plus:

Correctement filmé

Un film propre

Rythmé

Quelques bons moments

Les moins:

Sans surprises

Prévisible

Ne fait pas peur

 

En bref: Un remake/reboot qui n’ajoute pas grand-chose et ne fait que reprendre une formule que l’on connaît trop bien. Divertissant et sympathique, mais rien de plus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s