CRAWL de Alexandre Aja


CRAWL

Titre original : Crawl
2019 – Etats Unis / Canada / Serbie
Genre : Survival animalier
Réalisation : Alexandre Aja
Musique : Max Aruj et Steffen Thum
Scénario : Michael Rasmussen et Shawn Rasmussen
Avec Kaya Scodelario, Barry Petter, Morfydd Clark, Ross Anderson, Jose Palma et George Sommer

Synopsis : Quand un violent ouragan s’abat sur sa ville natale de Floride, Hayley ignore les ordres d’évacuation pour partir à la recherche de son père porté disparu. Elle le retrouve grièvement blessé dans le sous-sol de la maison familiale et réalise qu’ils sont tous les deux menacés par une inondation progressant à une vitesse inquiétante. Alors que s’enclenche une course contre la montre pour fuir l’ouragan en marche, Haley et son père comprennent que l’inondation est loin d’être la plus terrifiante des menaces qui les attend…

Crawl, je me suis souvent demandé sous quel angle j’allais l’aborder. Fallait-il l’aborder en parlant de la carrière d’Aja dans sa globalité, puisque le réalisateur a une carrière intéressante et changeante ? Ou bien fallait-il l’aborder en parlant de l’état du cinéma de genre sur grand écran ? Ou bien plus précisément en commençant par le sous genre en question, à savoir le survival animalier, bien plus souvent violé par les DTV fumants ? Et comme je n’en ai strictement pas la moindre idée en écrivant ces lignes, on va tenter de tout mixer. Aja donc, c’était la révélation de Haute Tension, qui a marqué le public malgré un final raté et peu crédible. Il n’en aura pas fallut plus pour que le réalisateur français parte en Amérique, comme tant d’autres avant et après lui. Il restera dans un côté ultra violent et réaliste avec le remake de La Colline a des Yeux, avant que son cinéma n’opère un changement. Mirrors, remake d’un film Coréen, était assez insignifiant, et Aja continuera en signant un autre remake, ou plutôt un hommage, avec le rigolo, ultra gore et peu sérieux Piranha 3D. Seule constante jusque là chez lui, le gore, car le ton lui change radicalement. Mais passé Piranha 3D, le ton change encore plus avec les deux derniers films d’Aja, à savoir Horns et The 9th Life of Louis Drax. Oui, ce sont toujours des films de genres, mais plus sérieux, plus oniriques, voir mélancoliques parfois. Pas toujours de franches réussites, mais intéressantes. Sauf qu’avec Crawl, Aja semble retourner à ses débuts. On aurait pu penser à Piranhas 3D pour le côté attaque animale, mais Crawl est l’anti-thèse de Piranhas 3D. Aucun humour, pas de blague, pas de gros gore potache et de nana en bikini (ou sang) juste là pour crever, mais un survival, plus violent, plus sec, plus sérieux. Un peu comme à ses débuts quoi. Et autant le dire, voir ça, à la fois pour le sous genre en question que sur grand écran, et bien ça fait du bien. Car oui, le cinéma de genre sur grand écran, j’y arrive, c’est souvent aseptisé, peu violent. Car même si j’admet que j’aime beaucoup James Wan et ses Conjuring, et bien, le cinéma sur grand écran est plus souvent à base de fantômes et de jumpscares que de gore ou autre cinéma viscéral. Du coup, Crawl est différent du reste de la production. Tant mieux !

Mais en ce qui concerne le reste de la production animalière, Crawl est étrange également. Pas de requins tornades ou autres, Crawl, un peu comme les récents The Shallows (Instinct de Survie) ou 47 Meters Down (qui a eu une suite cette année, qui est décevante) joue plutôt sur le côté réaliste de la chose, son côté sérieux. Alors comme dans les deux films cités juste au-dessus, on n’échappe pas aux moments un peu gros histoire de permettre à l’intrigue de durer, mais on n’est jamais dans le nanar, ni dans le navet. Et ça, ça fait du bien aussi. Crawl donc, c’est le dernier film de Aja, qu’il produit aux côtés de Sam Raimi (ce qui me faisait plus peur, le bonhomme comme producteur représente surtout à mes yeux les mauvais The Grudge et son prochain re re remake, ou encore la trilogie Boogeyman). Une histoire très classique sur le papier, à savoir une fille qui lors d’un violent ouragan vient prendre des nouvelles de son père pour s’assurer qu’il est bien à l’abris, mais qui se retrouve finalement bloquée avec le dit papounet dans le sous-sol de la maison, envahis par un nombre d’alligators indéfinis. C’est tout ? C’est tout, nous sommes bien là dans le survival animalier dans ce qu’il a de plus simple, et donc de plus direct et viscéral. Alors oui, l’évolution dans la maison (sous-sol, puis rez-de-chaussée, pour finir sur les toits) représente bien les liens familiaux entre la fille et son père qui se reconstruisent doucement, c’est aussi simple que facile, mais Crawl n’a pas besoin de plus, et n’a pas la prétention d‘être plus. La petite intro du personnage fonctionne, les scènes de tempêtes en extérieur ont de la gueule, puis nous voilà dans un huis clos. Et les huis clos animaliers, c’est rare, même si on me dit dans l’oreillette que Bait 3D, c’était aussi sérieux que rigolo, aussi bancal que sympa, mais quand même un peu longuet. Crawl est de cette veine, mais avec un rythme bien mieux géré, et une mise en scène pas folichonne certes mais très efficace de la part d’Aja. On n’échappe pas aux nombreuses facilités scénaristiques, mais il faut bien tenir 1h30.

Oui, on se demandera pourquoi les alligators sont bien voraces et vont tuer un pauvre flic passant dans le coin ou une bande de voleurs en deux ou trois mouvements, et arracheront parfois un bras en l’espace de quelques secondes, tandis que lorsqu’il s’agît de l’héroïne, elle ne perdra aucun membre, ne sera que blessée et que les gentils alligators lui laisseront le temps de se défendre. Mais avouons le, il y a toujours ce genre d’événements dans les films, surtout récents, rappelez-vous niveau requins The Shallows, ou niveau crocodiles pour rester dans le sujet le Solitaire (Rogue) de Greg McLean, ou le sympa et peu connu Black Water en 2007. Et non, on laissera la saga Lake Placid de côté, même son premier opus que je n’ai jamais aimé ! Ce qui est dommage par contre, à mes yeux en tout cas, c’est qu’Aja fait le choix des alligators en CGI (pour Piranhas 3D, je comprend, ils sont nombreux et le film est une vaste blague). Dommage, car lors des mouvements les plus fluides, cela donne un petit côté faux, alors que lorsqu’ils sont sous l’eau ou plus immobiles, et bien je dois bien avouer que là, les CGI font le taf et sont même d’un excellent niveau (oui, je dis du bien des CGI des fois). Aja, avec un budget d’un peu plus de 13 millions, a pu soigner ses effets, surtout qu’à part les rares scènes extérieures au début et à quelques moments, le film reste un huis clos dans une maison, et donc l’équipe a du avoir le temps et les moyens financiers pour rendre crédibles les bêtes. Et ça fait plaisir au final. Même si Crawl n’invente rien, se fait plutôt prévisible, mais rythmé et efficace sur toute la ligne. Et ça aussi ça fait du bien de voir ça sur grand écran, un film de genre sérieux, parfois bien gore (oui ça saigne), mais qui n’a pas la prétention d’être autre chose qu’un simple film de genre. Ça ne marquera pas le cinéma de genre, ni le cinéma tout court, ni la carrière d’Aja, mais ça fait plaisir de le revoir dans quelque chose qu’il maîtrise.

Les plus

Un huis clos efficace
Quelques scènes sanglantes
Rythmé et sans fioritures
Une mise en scène qui fonctionne bien

Les moins

Mais très classique et prévisible
Par moment les CGI sont trop vifs
Quelques facilités

 

En bref : Crawl n’a pas la prétention d’être autre chose qu’un survival animalier efficace en huis clos. En ce sens, et ce malgré quelques facilités scénaristiques inhérentes au genre, c’est une réussite. Pas un grand film ni un grand moment, mais un métrage prenant qui fait passer un bon moment.

3 commentaires

  1. Le film de l’été 2019 en ce qui me concerne, le grand come back d’Aja (pas vu « La Neuvième Vie de Louis Drax » mais j’avais trouvé son « Horns » un brin surestimé). Ici, la maîtrise est totale, le spectacle bien pensé, les personnages pas cons et crédibles et luxe suprême, même de l’émotion circule entre cette fille et son père. Bref, « Crawl » c’est du B de première bourre, un suspense aussi généreux qu’intelligent. De quoi enterrer toutes les séries Z à base d’agression animale. Et il y en a un paquet…

    1. C’est sûr que comparé à ce que le genre animalier nous fournit depuis un bail, ça fait clairement du bien. Surtout que les pauvres requins ont eu droit à quelques sursauts (The Shallows et 47 Meters Down, faut que j’écrive sur la suite d’ailleurs), alors que les crocos, ils sont délaissés.
      En tout cas j’avais bien aimé son Horns, malgré son final complètement foiré et à côté de la plaque. Pas vu par contre son précédent non plus, aucune idée de ce que ça vaut, comme toujours les avis ont l’air divisés dessus.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s