VERTICAL LIMIT de Martin Campbell


VERTICAL LIMIT

Titre original : Vertical Limit
2000 – Etats Unis / Allemagne
Genre : Aventures
Réalisation : Martin Campbell
Musique : James Newton Howard
Scénario : Robert King et Terry Hayes

Avec Chris O’Donnell, Robin Tunney, Stuart Wilson, Bill Paxton, Scott Glenn, Izabelle Scorupco et Ben Mendelsohn

Synopsis : Lorsque la cordée a dévissé, Peter Garrett, un jeune alpiniste, a coupé la corde qui retenait son père Royce au-dessus du vide pour sauver la vie de sa soeur Annie et la sienne. Depuis, Annie et lui ne se voient plus. Trois ans plus tard, le hasard les réunit au pied du K2, où le richissime Elliot Vaughn organise une expédition.

J’aime bien Martin Campbell. J’avais dis beaucoup de bien de lui lorsque j’avais vu son dernier métrage en date, The Foreigner, où il retrouvait Pierce Brosnan et le mettait face à Jackie Chan, pour un polar plutôt sombre sur la vengeance et le terrorisme. Campbell, on lui doit également deux excellents James Bond, à savoir Goldeneye et Casino Royale. On lui doit aussi Edge of Darkness avec Mel Gibson et Le Masque de Zorro avec Antonio Banderas. Mais on lui doit aussi Green Lantern. Personne n’est parfait. Si en parlant de lui, on cite souvent ses réussites et ses ratages, on parle rarement de Vertical Limit, qu’il fit en 2000. Tourné majoritairement en Nouvelle Zélande, son pays natal, Vertical Limit a en effet tout du film oubliable, ni franchement bon, ni franchement mauvais, juste sympathique pour une petite vision pas prise de tête. Mais comparé à énormément de métrages récents qui aurait voulu se lancer dans le même sujet (bon, il y a bien eu Everest), Vertical Limit date de 2000, et n’a donc que très peu recours aux effets numériques, et nous offre donc des cascades effectuées pour de vrai, et la plupart du temps, par les acteurs eux-mêmes. Et là du coup, en terme de spectacle, ça a immédiatement un peu plus de capital sympathie. Au départ prévu comme une suite à Cliffhanger de Renny Harlin réalisé en 1993 (qui a eu des projets de suite dés 1994, puis de remake dés 2009, avant finalement l’annonce d’un reboot… féminin en 2019), il faut dire que le pari est osé, car si Cliffhanger n’est pas un grand film, il reste un actionner plutôt compétent de la part du réalisateur, avec un Stallone investi, et surtout, encore aujourd’hui contenant la cascade aérienne la plus couteuse de l’histoire du cinéma (un passage entre deux avions à une altitude de 4 600 mètres, qui a juste coûté 1 million et a du se faire sans assurances). Mais finalement non, Vertical Limit n’a rien à voir. Mais dés sa scène d’ouverture, il annonce le ton, car sa scène d’ouverture, elle est excellente, et quasiment jamais le film ne retrouvera ce niveau.

Bon certes, le casting peut déjà faire tiquer, avec dans le rôle principal Chris O’Donnell qui en a traumatisé plus d’un en jouant Robin dans Batman Forever et Batman & Robin, et à ses côtés Robin Tunney (que j’apprécie hein) qui sortait tout juste du catastrophique tournage de Supernova (aie) et de La Fin des Temps (aie aussi, même si capital sympathie). Heureusement, dans les rôles secondaires, c’est immédiatement bien meilleur et plus solide, avec Bill Paxton (Aliens, Twister, Nightcall, Aux Frontières de l’Aube), Izabelle Scorupco (Goldeneye), Ben Mendelsohn (Rogue One, Ready Player One, Lost River) ou encore Scott Glenn (À la Poursuite d’Octobre Rouge, Le Silence des Agneaux). Oui, c’est du casting plutôt solide. Et comme tout bon film d’aventures à base de catastrophe naturelle et qui se veut réaliste mais pas trop car Hollywood et 75 millions de budget, Vertical Limit prend son temps pour exposer à l’écran son concept, son histoire, ses personnages. Trop de temps sans doute, puisque se concentrant sur des clichés du genre (le gars traumatisé par un événement, la fille qui cherche à accomplir l’impensable en hommage à son père, le vieux qui reste sur la montagne pour des raisons personnelles, le riche qui ne pense qu’à lui et ses intérêts), ainsi que sur une ribambelles d’autres personnages finalement peu développés ou peu intéressants. Mais Campbell sait filmer, c’est indéniable, et l’ensemble passe si l’on prend le film pour ce qu’il est, à savoir un blockbuster d’aventures qui fait ce qu’il doit faire avant de nous offrir cascades et retournements. Et c’est le cas lorsque tout commence. Il faut attendre un bon 40 minutes avant que le catastrophe ne survienne, et que Peter, notre héros, ne doive partir en montagne avec une équipe pour sauver sa sœur Annie et le riche Elliot, prisonniers dans la montagne après une avalanche. Si l’on repassera pour l’équipe formée, ne contenant finalement pas des masses de professionnels de l’escalade, le film peut alors se lancer dans ce qu’il nous vendait, à savoir du danger et de la cascade.

Et là, nous sommes servis. Mais le gros regret que l’on pourra avoir sur le film finalement, c’est son envie de toujours vouloir en faire plus. Comme si trois personnes bloquées en montagne et risquant de mourir ne suffisait pas, le scénario se sent obligé de rajouter des sous intrigues peu subtiles et crédibles dans l’équation, avec un personnage finalement très méchant, et une vengeance à la clé. Comme si le suspense de la catastrophe naturelle ne suffisait pas. Et c’est dommage. Non pas que le reste soit réaliste, l’utilisation de nitroglycérine étant il est vrai surréaliste dans un tel contexte mais l’ensemble se tient malgré tout, et lorsque l’on doit faire de la cascade, c’est à l’ancienne, dans de très beaux décors naturels, et ça Campbell le maitrise totalement, amenant de la tension, et quelques plans saisissants. Oui, il a parfois un peu recourt à des effets numériques, très rarement en fait, et si cela reste voyant, encore plus aujourd’hui, ça n’entache pas vraiment la vision du métrage, qui fait ce qu’il a à faire, même si forcément, le cheminement et la conclusion s’avèrent prévisibles au possible. Le dénouement ne viendra surprendre personne, tout comme les différents rebondissements. Vertical Limit est en soit un blockbuster du début du millénaire, assez insouciants, voulant en faire parfois trop, mais ayant indéniablement un capital sympathie et une certaine maitrise. Pas un grand divertissement, ni un film que l’on voudra revoir rapidement, et une œuvre mineure pour Campbell, mais suffisamment divertissant pour plaire sur le moment.

Les plus

De vraies cascades
Un film carré
Mise en scène plutôt solide
Des seconds couteaux au casting

Les moins

Un scénario qui veut en faire trop
Des moments un peu gros
Prévisible avec de tels personnages

En bref : Pas honteux, pas génial pour autant, Vertical Limit est un film d’aventures tout ce qu’il y a de plus classique, mais qui bénéficie de bonnes cascades, réelles.

4 commentaires

  1. J’aime beaucoup Campbell mais on en a déjà parlé. J’aurais même mis une note un peu plus élevée pour cet honnête divertissement – je l’ai revu il y a 2/3 ans, et je suis allé voir sur IMDB la note que je lui avais donnée… C’est un 8/10 ahahah ! OK c’est abusé mais… je pense qu’il faut prendre ce film pour ce qu’il est : un simple divertissement d’aventure dans de jolis décors et cascades, qui fait voyager, qui amuse, qui impressionne parfois… Certes il y a des clichés et non, ce n’est pas du grand cinéma. Mais moi j’aime. C’est efficace et attachant. Et il n’y a pas 40 bons films dans sa catégorie je pense.

    Bill Paxton forever.

    1. Et bientôt, nous reverrons ABSOLOM 2022 (Oui je n’ai pas oublié).
      C’est du bon divertissement, carré, c’est certain, Campbell sait filmer et c’est souvent généreux (et il n’abuse que rarement des CGI). J’aime bien aussi, comme d’autres films du genre de cette époque, c’est le genre de métrages que je ressortirais dans quelques années sans soucis lors d’une soirée où je veux juste me divertir.
      Même si oui 8/10 c’est quand même beaucoup 😀

  2. Je suis content de voir que je ne suis pas seul à reconnaître les talents d’actioner de Campbell, ça fait plaisir. Effectivement, le plus souvent le problème est le scénario, c’est lui qui nous fait décrocher. Mais l’efficacité est là, il faut juste en profiter.

    1. Je confirme, ayant revu après de nombreuses années ABSOLOM 2022 hier. Pareil, il y a quelques incohérences, un côté parfois un poil fauché, mais c’est généreux et efficace, filmé de manière carré. Je ne fais donc pas la fine bouche, c’était très sympathique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s