INVISIBLE ALIEN (太空群落) de Zhang Dawei et Lu Jintao (2021)

INVISIBLE ALIEN

Titre original : Invisible Alien – 太空群落
2021 – Chine
Genre : Science Fiction
Durée : 1h03
Réalisation : Zhang Dawei et Lu Jintao
Musique : –

Scénario : Liu Laju, Li Qiong et Ding Dong

Avec Wu Jiao, Ruan Sheng-Wen, Xia Wang, Yuan Bo, Jia Na, Zhou Bi-Ying et Li Xing-Rong

Synopsis : Après avoir disparu pendant 150 ans, le vaisseau spatial Deep Space refait surface avec une unique survivante, alors qu’il était parti explorer la planète Messenger.

La science fiction, lorsque celle-ci nous parle de voyage dans l’espace, de vaisseaux, de possibles aliens, et bien ça demande du budget. Et si les exemples de science fiction intimistes ne manquent pas (encore plus ou moins récemment, l’excellent Time Lapse), la Chine elle semble plus intéressée par la science fiction qui en met plein la vue, pour des produits encore une fois à destination des plateformes de streaming. Oui, encore et toujours. Et donc après avoir pu poser mes yeux innocents sur le bien mauvais Mutation on Mars en 2021, ou encore le tout aussi mauvais Almost Human et son robot féminin tueur en 2020, me voici de nouveau dans l’espace infini en compagnie de la plateforme iQiyi pour vous parler de Invisible Alien. Car rien n’arrête la Chine, et ce coup-ci, le point de départ, c’est un peu celui de Event Horizon. Un vaisseau spatial qui a été lancé il y a des années pour explorer l’espace et en particulier une planète nommée Messenger, qui émet un signal, et qui forcément a disparu, et refait surface avec une unique survivante. Et durant plusieurs chapitres, nous allons donc découvrir ce qu’il s’est passé à bord de Deep Space. Préparez-vous, car ici, il est question de huis clos, de forme de vie pas très gentille, et même d’androïdes, car qui dit science fiction et espace dit forcément androïde depuis des années. Et c’est avec joie que je vous le dis, Invisible Alien est un métrage, plutôt court d’ailleurs, 1h03 seulement au compteur, qui se hisse sans mal au niveau des meilleures productions que j’aurais pu voir cette année en provenance de iQiyi. Ses influences sont là, elles sont voyantes, mais le film a plus d’un atout dans sa poche. Sa durée déjà, qui est un atout certain, le métrage ne perdant jamais une seule seconde.

Sans pour autant aller à 100 à l’heure et nous abreuver d’un scénario avec des trous énormes dans tous les coins. Non, Invisible Alien ne perd pas de temps en présentation inutile, en introduction à rallonge de l’équipage du vaisseau Deep Space, non. On nous indique clairement dés le début que le but de l’histoire est que la survivante nous raconte ce qu’il s’est passé sur le vaisseau, et donc, le scénario se focalise là-dessus, sur l’aspect survie. En soignant son visuel, en ayant des CGI clairement au-dessus de la normale également pour une production Chinoise, et parfois même, en sachant étirer un poil le temps durant des scènes à suspense, ou durant des scènes plus contemplatives mais au visuel léché. Alors tout n’est pas parfait évidemment, et on pourra toujours dire que si visuellement, tout a de la gueule, on a bien un ou deux moments qui manquent clairement de naturel dans leurs effets, comme lors de la scène où la fenêtre du vaisseau explose et emmène tout le contenu de la pièce dans l’espace, et qui sonne bien plus comme une cinématique de jeu vidéo que comme un plan clairement plausible et réaliste. On pourrait également sourire lors de certains moments face à des influences assez voyantes, comme cette main d’androïde à soigner qui rappelle clairement un certain Terminator 2, quelques textures visqueuses sur les murs que n’auraient pas renié le nid des aliens dans le film de Cameron aussi, mais le film ne s’attarde jamais vraiment sur ses éléments, préférant développer son propre univers, et son propre bestiaire dans un sens. Et si je vous disais que le tout est rythmé et ne perd pas de temps en description inutile, on aura malgré tout droit à des flashbacks pour un minimum de background sur les personnages, mais là aussi, sans jamais insister ou s’éterniser. Par contre, en terme de design et de direction artistique, le film tire clairement son épingle du jeu. La mise en scène est soignée, la photographie souvent jolie, même lorsque le film joue sur l’obscurité, et le tout est aidé par un montage qui tente par moment des petites choses, et même par une bande son vraiment réussie.

Alors oui, certains moments sont vraiment sombres, et pourtant, on comprend tout de même ce qu’il se passe et l’ensemble ne dérange pas tant cela s’inscrit dans la logique de l’intrigue. Et comme je le disais, la bande son est vraiment réussie, évitant ce côté bien trop souvent présent dans les productions Chinoises, qui est d’en faire des caisses niveau musique pour bien faire passer l’émotion ou la tension. Rien de tout ça ici, et on aura plutôt une bande son atmosphérique qui pose sa petite ambiance. Il ne reste alors que deux petits éléments pour le film à ne pas rater pour être vraiment recommandable. À savoir, le casting, puisque Wu Jiao, actrice principale du titre, est présente quasiment tout le temps à l’écran, et sa fameuse créature, le fameux Invisible Alien du titre, et tout ce qui l’entoure. Alors fort heureusement, niveau casting, sans mériter un oscar évidemment, ça fonctionne plutôt bien. Quand à la menace à l’intérieur du vaisseau, le film alterne quelques éléments franchement bien fichus, comme lors de l’exploration des conduits du vaisseau, cette végétation qui semble contaminer le vaisseau et s’étendre, et d’autres un peu moins glorieux sans pour autant en être honteux, ce qui est finalement déjà un exploit en soit. Sans doute car le métrage ne s’attarde jamais sur ses éléments les plus bancals et parvient donc assez bien à ménager son suspense. D’ailleurs, le côté volontairement sombre et justifiable de la photographie par moment n’est-il pas aussi un bon moyen de garder le côté sérieux du film en camouflant quelques défauts ? Entre ça, ses idées, son visuel souvent léché, ses quelques concepts bienvenus au fur et à mesure des chapitres, le tout pour de la science fiction sérieuse et bien fichue, on peut le dire, Invisible Alien est, pour les curieux, les amateurs, ou ceux qui voudraient juste voir ce que la Chine peut produire dans le genre sans se taper des navets, une excellente pioche. Pas parfaite, mais faite par deux réalisateurs qui y croient.

Les plus

De la science fiction sérieuse
Assez léché visuellement
Le suspense fonctionne bien
Des effets bien au-dessus de la moyenne
1h03 au compteur

Les moins

Certains hommages/emprunts malgré tout bien voyants
Quelques petits effets plus discutables

En bref : Contre toute attente, Invisible Alien est une très bonne surprise venant du streaming Chinois. Bien filmé, court et rythmé, fait avec sérieux et avec une certaine ambiance, on passe un bon moment malgré des défauts certains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :