CRASH de David Cronenberg


CRASH

1996 – Canada
Sortie française le 17 juillet 1996
Genre : Drame
Réalisation : David Cronenberg
Scénario : David Cronenberg d’après le roman de James Ballard

Musique : Howard Shore
Avec James Spader, Holly Hunter, Elias Koteas, Deborah Unger et Rosana Arquette

Synopsis: A la suite d’un crash en auto avec le docteur Remington, le producteur de films publicitaires J.G. Ballard et sa femme Catherine se lancent dans l’exploration des rapports étranges entre la voiture, le sexe et la mort. Un voyage dont Vaughan, photographe médical passionné par les accidents célèbres, est le témoin…

Cronenberg est habitué aux projets étranges depuis le début de sa carrière. A partir de Dead Zone, il commença à alterner films personnels et adaptations. Dead Zone d’après Stephen King en 1983, remake de La mouche noire en 1986, adaptation du roman le Festin nu en 1991, et maintenant, l’adaptation du roman Crash, en 1996. Seulement, là où il avait pratiqué toujours réussi auparavant, il échoue ici. Pourtant, le sujet en lui-même était à la taille du talent de Cronenberg. Le film s’ouvre sur la musique acide de Howard Shore, sublime musique, avant de nous emmener dans la vie de couple de James et Catherine. Ils cherchent le plaisir en vivant des aventures avec d’autres personnes sur leurs lieux de travail, sur un plateau de tournage pour James, et dans un hangar à avion pour Catherine. Les personnages sont là, plus qu’à déclencher les évènements. Ce qui arrive bien assez vite, James étant victime d’un accident de la route avec le docteur Remington. L’évènement déclencheur du film, de tout ce qui va se dérouler, et de l’obsession de James pour les automobiles et les accidents de la route. Sujet étrange et provocateur, mais n’oublions pas, il s’agît d’un film de Cronenberg, donc pour le moment, rien d’étonnant à cela.

Le début du métrage est assez étonnant, envoûtant même, troublant, on se dit que Cronenberg a une nouvelle fois trouvé un sujet en or. Les scènes marquent, que ce soit celle où Vaughan examine les blessures de James comme s’il s’agissait d’une œuvre d’art, ou celle où le docteur Remington et James se retrouvent après l’accident et font l’amour dans la voiture. On se retrouve bien loin des films américains habituels qui cherchent à moraliser et à nous donner une bonne leçon sur le code de la route et les dangers de la circulation. Point de morale ici, puisque les personnages sont fascinés par les accidents, allant jusqu’à s’arrêter sur le bord de la route, près d’un accident, pour aller y photographier les carcasses de voitures alors que les cadavres traînent encore au sol ou à l’intérieur. Mais le réalisateur ne s’occupe pas seulement de mettre en scène les crashs automobiles, mais y mélange le sexe et le désir. A ce niveau là, il ne sera peut être jamais encore allé aussi loin. Deux femmes entre elles, deux hommes entre eux, viol, scènes nombreuses et variées, Cronenberg se lâche et nous en met plein la vue. Beaucoup trop en fait. Les scènes se suivent, entre deux crashs, et une lassitude vient s’installer. Les scènes s’étirent en longueur, et les dialogues deviennent rapidement provocateurs pour pas grand-chose.

Si le fait que la plupart des personnages trouvent une fascination dans les accidents et le sexe, voir les deux mêlés, suite à un accident qu’ils ont eux même vécu, se révèle intéressant, le film n’évolue pas. Le fait de se sentir réellement vivre après avoir frôlé la mort est fortement intéressant, et permet quelques excès, mais trop rapidement, passé la première demi-heure, on se demande ou le réalisateur veut en venir. Et pendant l’heure de film restante, on en n’apprendra finalement pas plus. Crash, sexe, crash, sexe, fin. Voilà comment résumer le film en quelques mots finalement. Car si le début est prometteur, le sujet original et prenant, les acteurs plutôt convaincants dans leur rôle, le fait que le film ne mène à rien dérange autant que le sujet, et l’ennui frappe. Un ratage dans la filmographie de Cronenberg.

7

Les plus:
La première demi-heure
Le thème de Howard Shore
Concept intéressant…
Les moins:
… Mais qui tourne vite à vide
Une dernière heure longue et répétitive
Tout ça pour ça?

En bref: Un Cronenberg plutôt raté, fascinant et choquant au départ, original, mais trop long, trop répétitif, tournant en rond pour finalement pas grand-chose.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s