DAGON de Stuart Gordon


DAGON

2001 – Espagne
Genre: Fantastique
Réalisation: Stuart Gordon
Musique: Carles Cases
Scénario: Dennis Paoli
Avec Ezra Godden, Francisco Rabal, Raquel Merono, Macarena Gomez et Brendan Price

Synopsis: Paul Marsh et sa compagne Barbara fêtent la réussite de leur entreprise à bord du voilier de l’un de leurs amis, Howard, accompagné de sa femme Vicki. Surpris par une tempête, leur voilier s’échoue sur des rochers et Vicki est blessée. Paul et Barbara décident d’aller chercher du secours et prennent le canot de sauvetage pour se rendre dans un petit village de pêcheurs de la côte. Mais à leur arrivée, il découvre un village désert. Dans une église, il rencontre un prêtre qui va accepter de les aider. Tandis que Paul embarque avec des pêcheurs pour aller sauver Howard et Vicki, Barbara se rend à l’hôtel d’Imboca. Lorsque Paul arrive sur le voilier, ses amis ont disparu et, à son retour à Imboca, découvre que Barbara a elle aussi disparu. Les étranges habitants d’Imboca se révèlent hostiles et Paul doit fuir.

On n’avait plus vraiment entendu parler de Stuart Gordon après Castle Freak en 1995, qui réunissait Jeffrey Combs et Barbara Crampton pour la troisième fois après Re-Animator et From Beyond. C’est en 2001 que Stuart Gordon fait son grand retour grâce à la société Fantastic Factory de son ami Brian Yuzna en signant Dagon. Dagon est une adaptation de deux nouvelles de Lovecraft : Dagon et Le cauchemar d’Innsmouth. Ecrit par Dennis Paoli en 1985 pour Yuzna, c’est finalement Gordon qui se retrouve à la mise en scène, et qui signe là par la même occasion son meilleur film et une des meilleures adaptations de Lovecraft. Au casting, que de nouveaux acteurs dans l’univers de Gordon, avec dans le rôle titre Ezra Godden, parfait dans son rôle de peureux féru d’informatique, bien qu’il puisse rapidement énerver en version française, et que l’on retrouve quelques années après dans Le cauchemar de la sorcière pour la saison 1 de la série Masters of horror. Au début du métrage, on a peur. Peur du spectacle qui s’annonce. Paul fait un cauchemar dans lequel il fait de la plongée, et se retrouve face à une femme nue, une sirène plus exactement, qui finira par lui dévoiler des dents acérées. Dagon montre d’office son plus grand défaut, à savoir la qualité de ces effets numériques. Bien souvent, on aura droit à quelques tentacules numériques du plus mauvais effet, qui nous font regretter quelques instants le fait que le cinéma montre plus de choses qu’un roman, puisque Lovecraft ne décrivait pas ses créatures, utilisant à maintes reprises le terme « indescriptible ».

Lors de ces premières 45 minutes, Dagon se révèle être une retranscription fidèle de la nouvelle Le cauchemar d’Innsmouth, avec une belle touche de modernité en plus. Choix intéressant, déjà puisque la nouvelle de base est des plus passionnantes et reste une des meilleures nouvelles de son auteur, et ensuite parce que les différents éléments de modernité s’intègrent à merveille au récit. Ordinateurs portables, style vestimentaire, Gordon modernise Lovecraft, mais sans oublier d’y mettre pas mal de clins d’oeil. Paul se retrouve avec un pull de l’université de Miskatonic, on reconnaitra des incantations issues d’autres nouvelles. Bref, le connaisseur est en terrain connu, et comme dit plus haut, les 45 premières minutes suivent fidèlement la nouvelle, bien que les personnages soient différents. En partant chercher de l’aide dans la ville, déserte, Paul et Barbara doivent se séparer. Barbara disparaît, et Paul se rend à l’hôtel pour l’attendre. Il sera réveillé au cours de la nuit par le son étrange que produisent les habitants, et, comme dans la nouvelle, le métrage se change en course poursuite, Paul allant chercher à fuir les habitants lancés à sa poursuite. La caméra est nerveuse, Gordon filmant la plupart du temps caméra à l’épaule, le tout va vite, on ressent le stress avec le personnage, d’autant plus que les rues du village et l’aspect général est assez étrange, tout comme les habitants qui le peuplent. Un effort incroyable a été fait au niveau de l’aspect visuel général, et le fait que tout le film se déroule sous la pluie ne fait qu’amplifier cet aspect. C’est lors de sa rencontre avec un vieillard alcoolique, Ezequiel, rencontre déjà présente dans la nouvelle, que le film va petit à petit se détacher de celle ci, pour le meilleur et pour le pire.

Ezequiel va alors raconter à Paul le passé du village, comment les choses sont devenues comme elles le sont maintenant. Pour le fan de Lovecraft, aucun doute, on est aux anges, tant l’ensemble respecte l’univers sans trop en faire. Cependant, passé la première heure, l’aspect course poursuite s’arrête, et le récit continue contrairement à la nouvelle, où le personnage parvenait à quitter la ville. Ici, Paul reste, et de nouveaux personnages ont leur apparition, comme celui de Uxia, apportant finalement au récit une finalité différente de la nouvelle, tout en restant très proche et dans le même ton. Les ajouts seront plutôt de l’ordre des effets spéciaux, avec quelques effets gore bienvenus et particulièrement réussis, et surtout une représentation visuelle de Dagon, pas très convaincante malheureusement. Mais ce serait bouder son plaisir pour rien, car si Dagon ne fait pas peur, il parvient à retranscrire de manière fidèle les écrits de Lovecraft et d’en être une des meilleures adaptations aux côtés de Call of Cthulhu. Une grande réussite que l’on n’attendait pas.

17

Les plus:
Fidèle à la nouvelle
Prenant
Personnages travaillés
La musique de Carles Cases
Les moins:
Dagon en lui même
Quelques effets numériques ratés

En bref: Le plus grand film de Gordon, une adaptation fidèle lors de sa première heure, plus libre et sanglante lors de son final, mais vraiment réussie, malgré des effets numériques quelque peu ratés.

4 commentaires

  1. Revu ! Pour moi c’est un chef d’œuvre. Les effets numériques ratés c’est dommageable, le budget est sans doute étriqué, je pardonne à Gordon. Il est vrai qu’il aurait pu rester un peu plus dans la suggestion surtout vers la fin, mais je n’ai pas envie de descendre le film pour ça. Parce que tout le reste est grandiose. L’ambiance poisseuse comme coupée du monde est incroyable, la tension est palpable, et Gordon réussit vraiment un joli tour de force techniquement parlant, comme tu dis on ressent le stress du « héros », les différentes courses poursuites sont haletantes : on retient notre souffle !

    PS : en revoyant le film, je me suis souvenu à quel point RESIDENT EVIL 4 s’en était inspiré…

    1. Encore une fois, les grands esprits se rencontrent. Je crois que le film a eu un budget entre 3 et 5 millions, comme les autres prods de l’époque Fantastic Factory de Yuzna. Peu pour l’ambition d’un tel projet, les décors, les visions d’horreur, et une installation pour qu’il pleuve non stop sur le plateau (haha). Je pense que par moment il se lâche un peu car comme pour son épisode de Masters of Horror qui adapte Lovecraft, cela faisait des années qu’il voulait faire le projet, donc il s’est fait plaisir.

      Et maintenant que tu en parles, l’influence semble tellement évidente, alors que je n’avais jamais fais le rapprochement, alors que c’est l’opus que j’ai le plus fait, sur tous les supports, même en professionnel sur PS2 à l’époque !

      1. Je ne connais pas son épisode de MASTERS OF HORROR… Il est bon alors ? Pour RESIDENT EVIL 4 oui, c’est fou non ? Personne ou presque n’en parle d’ailleurs, moi-même ça m’était sorti de l’esprit (je n’avais pas revu DAGON depuis… plus de 15 ans !). Mais là, ça m’est revenu, ça m’a frappé. Tout le début du jeu, les habitants bizarres, leur manière de parler, marcher, l’Espagne, la ville presque vide, l’église au milieu… etc.

      2. De mémoire il est très sympa, pas revu depuis la diffusion des MASTERS OF HORROR tiens, je le reverrais bien, surtout que court, 50 minutes. Il y a de mémoire un petit effet un peu kitch, mais le reste, c’est du pur Lovecraft en huis clos dans un hôtel, avec d’ailleurs le même acteur que DAGON 😉
        Je m’en veux de ne jamais avoir fait le rapprochement perso, je connais les deux oeuvres par coeur ! Je referais bien un petit run, du moins le début. Le genre de jeu qui ne vieillit pas. Ça aurait été marrant si Mikami avait placé un petit clin d’oeil, genre, le logo de l’ordre de Dagon dans un bâtiment haha.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s