FEAST 2 (Feast 2 Sloppy Seconds) de John Gulager (2008)

FEAST 2

Titre original : Feast 2 Sloppy Seconds
2008 – Etats Unis
Genre : Horreur
Durée : 1h36
Réalisation : John Gulager
Musique : Stephen Edwards
Scénario : Marcus Dunstan et Patrick Melton
Avec Jenny Wade, Clu Galager, Diane Goldner, Martin Klebba et Hanna Putnam

Synopsis: Après avoir dévasté un bar en plein Texas, les monstres du premier film s’attaquent maintenant à une petite ville. Honey Pie et le vieux barman se retrouvent encore là, rejoints par un gang de femmes bikers, un vendeur de voiture, sa femme et son amant et deux catcheurs. Ensembles, ils vont tenter de survivre.

Le premier Feast, à défaut d’être un grand film, était plutôt divertissant. Un film de sale gosse, produit par Matt Damon et Ben Affleck pour le compte de Dimension Films. Une grosse série B avec monstres et humour débile, voir bien gras. Mais face au succès du film, les frères Weinstein ont alors l’idée du siècle. Sur le papier. Créer une nouvelle branche de leur société Dimension, qui s’occupera de sortir des DTV souvent gore et mal fichus, et souvent racoleurs. Dimension Extreme Films est né. Le principe n’est pas tant éloigné de nombreux studios livrant des DTV fauchés, si ce n’est que Dimension Extreme ne signera que des suites. Feast 2 et 3, Pulse 2 et 3, certains Children of the Corn et j’en passe. L’ironie de tout ça, c’est que dans certains cas, dont Feast, le premier opus n’était déjà pas bien friqué, environ 3 millions de budget pour un huis clos dans un bar avec des monstres. Alors, la bonne nouvelle sur le papier, c’est qu’une partie de l’équipe rempile. John Gulager revient à la mise en scène, les deux scénaristes sont les mêmes, le compositeur aussi, et quelques acteurs rempilent. Étrangement, pas les survivants logiques de la fin du premier film, mais à la place, on retrouve Clu Gulager, père du réalisateur qui jouait le barman dans le premier et qui miraculeusement a survécu, Diane Goldner qui joue un nouveau personnage, et Jenny Wade, qui reprend son rôle de la blonde cruche, Honey Pie. Nous sommes en terrain connu, surtout que l’histoire reprend pile à la fin du premier, au bar, détruit, avec l’arrivée d’une bikeuse, qui sort notre barman de là. Sœur d’une des victimes du premier film, elle veut se venger. Les personnages sont présentés de la même manière que dans le premier film, avec arrêt sur image et tout, puis on comprend que les monstres sont toujours là, et vont s’en prendre au petit bled non loin de là, où nous trouverons d’autres personnages.

Comme un chef d’entreprise, sa femme qui le trompe avec un incapable, deux catcheurs nains et voilà voilà. On se dit qu’avec son cadre un peu plus ambitieux que le premier film (on passe d’un bar à une ville), ses personnages nombreux, et le fait que le tout se déroule en plein jour, que Feast 2 débute avec de bonnes intentions même s’il va avoir beaucoup de boulot pour convaincre, car rendre des créatures en latex crédibles en les filmant en plein jour ne sera pas aisé. Et malheureusement, on ne va pas mentir, quasiment rien ne fonctionne dans Feast 2. L’accent est mit sur l’humour, beaucoup de gags ou effets de styles sont repris du premier film sauf que tout semble un peu forcé, et finalement, pas vraiment drôle. Oui, ça veut aller plus loin, comme pour justifier le nom Dimension Extreme du studio, mais c’est souvent très lourd. En plus, l’ambition de délocaliser dans une ville entière sonne souvent faux, puisqu’on aura, en gros, deux ou trois bâtiments, une rue principale, et quelques malheureux figurants qui vont s’enfuir en criant. Quand aux monstres, pas de surprises, ils ne sont rarement nombreux à l’écran, et la caméra a encore une fois tendance à grave s’emballer quand il se passe enfin un truc intéressant, ce qui, en plus d’amoindrir la lisibilité de l’action, fait maintenant clairement office de cache misère, surtout quand on voit la qualité des rares CGI présents dans le film… Pour autant, tout n’est pas intégralement à jeter, mais il va falloir chercher loin pour en trouver des qualités. La principale raison étant que les moments qui peuvent vraiment amuser sont rares, et pour beaucoup, présents au début du métrage… ou à la fin du métrage. Du coup avec sa durée de tout de même 1h40 (plus que le premier), c’est plus qu’un ventre mou qu’on a là, c’est une bonne heure qui tourne à vide. Honey Pie, la cruche blonde, est heureusement toujours aussi cruche, et sa stupidité bon enfant m’aura, au moins, fait sourire. Dommage qu’elle passe la plupart du temps enfermée seule dans un magasin.

Comme si le scénario ne savait pas quoi en faire. Donc oui, on a une première heure clairement ennuyeuse, et dont, pour l’équipe, le point d’orgue sera une scène d’autopsie sur un monstre, de très mauvais goût, mais surtout beaucoup trop longue. C’est tellement gras et débile qu’on sent que l’équipe elle s’éclate, mais non, c’est juste lourdingue. On se rappellera longtemps de cette scène, pour de mauvaises raisons. En réalité, j’ai faillis arrêter la vision du film lors de cette scène, carrément. Ce qui est dommage, puisque le meilleur de Feast 2, sans être exceptionnel, est dans sa dernière demi-heure. Ce n’est toujours pas subtil, mais c’est un peu plus rentre dedans, avec des moments faussement héroïques (le bébé), d’autres courus d’avance (la grand-mère), plus de monstres, plus de gore, moins de pets et de substances étranges et visqueuses, plus de morts, et même des boobs, oui oui messieurs. Comparé à la première heure, on est même pas loin du chef d’œuvre. Ça nous réveille en tout cas. Malheureusement, alors que le film se réveille, et se termine sur 5 minutes bien Rock N’ Roll (musique bien rock à l’appui), on se rend compte que tout cela n’a qu’un seul et unique but : nous amener à la terreur ultime, Feast 3. Bravo Bravo à l’équipe, de nous fournir un film plutôt ennuyeux et se terminant en plus sur un beau à suivre.

Les plus
La dernière demi-heure se bouge un peu
Honey Pie
Les moins
Ennuyeux pendant bien une heure
Ça semble forcé et n’est jamais vraiment drôle
C’est même carrément bien lourd
Souvent même assez fauché
La caméra de Gulager est toujours folle

En bref : Feast 2, c’est comme le premier, avec de moins bons effets, une caméra toujours un peu folle, de l’humour encore plus présent, plus lourd, et beaucoup d’ennui. La qualité baisse donc clairement d’un cran (ou deux… voir plus), et le tout n’est sauvé que par quelques rires et moments osés dans son final.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *