MAL: MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ de Sean S. Cunningham


MALMAL: MUTANT AQUATIQUE EN LIBERTÉ

Titre original : DeepStar Six
1989 – Etats Unis
Sortie française le 31 Mai 1989
Genre : Monstre aquatique
Réalisation : Sean S. Cunningham
Musique: Harry Manfredini
Scénario :  Geof Miller et Lewis Abernathy

Avec Greg Evigan, Nancy Everhead, Miguel Ferrer, Matt McCoy et Nia Peeples

Synopsis : La marine américaine travaille à l’installation, à 10 000 mètres de fond, d’une base secrète de missiles nucléaires, appelée Deep Star Six. Pour gagner du temps, le responsable du projet décide de faire exploser la voûte d’une caverne, libérant une force aquatique inconnue et assez agressive.

MAL : Mutant aquatique en liberté. Quel titre français d’une débilité absolue, comme beaucoup de traduction de l’époque pour les films de genre de l’époque. Un titre ne faisant pas particulièrement envie. Sortit en 1989, en même temps que les autres films de genre Abyss et Leviathan, MAL n’avait au départ pas vraiment de quoi séduire, tant par son scénario que par sa mise en scène. Le scénario reprend en effet allégrement ce qui a fait le succès de plusieurs métrages, dont Alien, et le transpose au fond des mers. Sauf que le film ne dispose pas du même budget, et n’a pas vraiment les mêmes ambitions. En plus de pomper un peu partout, les personnages sont stéréotypés au possible, et on peut aisément deviner dés le départ qui va mourir, et qui va survivre. A la réalisation, on retrouve Sean S. Cunningham, qui a certes initié la saga Vendredi 13, mais qui est loin, très loin, d’être un excellent metteur en scène, mais qui fort heureusement, se fait assez peu présent. Et à la musique, on retrouve son compatriote de Vendredi 13, Harry Manfredini. Niveau acteurs, des illustres inconnus, auquel viendra s’ajouter une bonne gueule des séries B, l’excellent Miguel Ferrer (Robocop, la série Twin Peaks, the Night flier). Qu’en est-il donc de la qualité du métrage en lui-même ? Comme vous vous en doutez tous, MAL n’a rien d’un chef d’œuvre, et comporte autant de défauts gênants que de petites qualités sympathiques, en faisant un B-movie typiquement des années 80, un genre de films que l’on ne fait plus de nos jours, NU Image étant arrivé et ayant fait glisser les bonnes vieilles séries B dans le Z le plus absolu.

Malgré ses petits défauts par moment gênants, MAL reste donc un film tout à fait sympathique, que l’on apprend à quelque sorte à aimer de plus en plus avec le recul, surtout que malgré son âge, le film tient toujours la route, tant au niveau des décors que des effets spéciaux. Le réalisateur nous plonge donc dans une base sous-marine dans un futur très proche, mais indéterminé. Nous faisons tout d’abord la connaissance des personnages qui y travaillent, enfermés depuis 6 mois sous l’eau, la pression commence à monter au sein de l’équipe. On y trouvera les personnages classiques du genre, avec le héros, le flippé, le con qui fait ses vannes, la jolie fille et la fille intelligente qui comprend tout avant tout le monde, ce qui ne lui sauvera pas la vie ceci dit. Des personnages donc tout ce qu’il y a de plus classiques, mais les acteurs s’en sortent à merveille, sauvant ce début de récit. Et malgré son petit budget, Sean S. Cunningham parviendra à nous donner quelques très beaux plans aquatiques, joliment réalisés, et aidés par un montage plutôt dynamique. Pas de quoi se relever la nuit non plus, mais tout ceci s’avère sympathique, malgré une petite frustration qui pourra s’installer. Car en effet, pendant une heure de métrage, l’histoire va s’axer sur les situations désespérées (comme le fait NU Image de nos jours en mélangeant films de monstre et catastrophes naturelles, comme dans le final de Octopus 2) et préférera ne pas monter son gros monstre baveux de suite. La suggestion est de mise, avec quelques rares plans subjectifs de la bête pouvant rappeler Les dents de la mer.

Avouons tout de même que cette première partie, peut être un peu trop longue, fonctionne plutôt bien, mais fais apparaître quelques craintes quand au monstre que l’on ne voit pas. La tension monte progressivement, et on ne voit rien. On commence à avoir peur d’être déçu par le monstre, peut être que le fait de vouloir la montrer tardivement n’est là que pour retarder l’inévitable : un monstre complètement raté faute de budget. Et la suite nous prouvera le contraire, avec un monstre criant de vérité, plutôt bien fichu, même encore pour aujourd’hui. Malheureusement, nous verrons bien peu la bête, mais ses apparitions sont marquantes, notamment la première. Le film se permettra même quelques plans gentiment sanglants, avec une explosion de corps, un autre coupé en deux. Rien de vraiment choc, mais cela fait plaisir. Finalement, on aura passé un excellent moment, et seul les derniers moments, prévisibles et détestables, mettra vraiment une ombre au tableau de ce film hautement sympathique.

13

Les plus

Une série B sympathique typique des années 80

Le monstre

Les moins

Un peu long à démarrer

Le monstre peu montré

En bref : Un peu lent au départ, le film est sympathique de bout en bout, gentiment sanglant, et le monstre est franchement bien foutu, encore aujourd’hui. Bien mieux que les productions récentes du genre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s