LE SENS DU DEVOIR 4 (皇家師姐IV直擊證人) de Yuen Woo-Ping (1989)

LE SENS DU DEVOIR 4

Titre original : In The Line of Duty 4 – 皇家師姐IV直擊證人
1989 – Hong Kong
Genre : Action
Durée : 1h34
Réalisation : Yuen Woo-Ping
Musique : Richard Yuen et Tang Siu-Lam
Scénario : Anthony Wong, Cheung Chi-Sing et Kim Yip

Avec Cynthia Khan, Donnie Yen, Michael Wong, Yuen Yat, Lisa Chiao, Liu Kai-Chi, Michael Woods, John Salvitti, Paul Wong et Stephen Berwick

Synopsis : Un chinois immigré aux Etats Unis se retrouve en possession d’une pellicule photo compromettante. Arrêtée par Rachel Yeung et son coéquipier Donnie, il se rend compte qu’il ne peut faire confiance à personne et fuit à Hong Kong.

Cynthia Khan avait remplacée Michelle Yeoh sur le troisième opus, prouvant ce qu’elle savait faire. Malgré des qualités certaines et un fond plus sombre, le troisième opus était un peu décevant. Yuen Woo-Ping, venant de réaliser le polar matiné de kung-fu Tiger Cage, récupère donc la saga pour livrer un quatrième opus, et ne fait pas les choses à moitié. Conscient sans doute lui même des faiblesses de la saga au niveau scénaristique, Yuen Woo-Ping ne va pas perdre de temps en bavardages inutiles, en nous livrant la plupart du temps un combat ou une grosse scène d’action toutes les dix minutes, parfois même moins. Il va même en faire à sa tête, puisqu’ayant découvert les talents de Donnie Yen lors d’un rapide combat sur le premier Tiger Cage, le réalisateur va reprendre l’acteur, alors inconnu, et lui faire doucement mais surement voler la vedette à Cynthia Khan, lui offrant de nombreux combats et des morceaux de bravoures. Il remettra le couvert l’année suivante avec Tiger Cage 2. D’ailleurs, il n’y a pas que Donnie Yen des Tiger Cage qui arrive dans la saga In The Line of Duty, puisque pour les seconds rôles de bad guys, on retrouve tout simplement l’exact casting, à savoir Michael Woods et John Salvitti. Et encore une fois,  ce sera à Donnie Yen de les affronter. Et pour les fans, Michael Wong, qui jouait dans le premier opus, revient dans un rôle totalement différent, et se montre par ailleurs plus crédible dans son rôle. Pour le reste, outre le fait que cet opus soit sans aucun doute le meilleur de la saga, il n’y a rien de franchement nouveau.

L’histoire tient encore une fois sur un post-it, mais contrairement aux autres métrages de la saga qui prenaient le temps de nous présenter leurs personnages principaux et de poser doucement l’intrigue sur la première demi-heure avant de nous donner ce que l’on attendait, Yuen Woo-Ping lui se fiche des règles, et se fiche du scénario. Une pellicule photo à trouver ? Des flics ripoux ? Des gentils flics qui vont être dans la ligne de mire ? Oui, il n’y a rien de bien neuf, l’histoire ne cherche pas à évoluer vraiment ou à nous abreuver de coups de théâtres inutiles et perdus d’avance, mais va privilégier l’action. Et ce dès les premiers instants. Alors que le métrage nous présente Cynthia Khan en flic et Yuen Yat en immigré chinois, il ne perd pas de temps en dialogue et les met immédiatement en situation de danger, pour laisser place à leurs talents martiaux. Quand il nous présente lors de la scène suivante deux autres flics avec Donnie Yen et Michael Wong, il utilise le même artifice en nous offrant en fin de scène un combat. À peine dix minutes au compteur et deux rapides combats, Yuen Woo-Ping ne se moque pas de nous, les personnages sont déjà là. Plus qu’à mettre le point de départ de l’intrigue, et c’est parti. Et là, Yuen Woo-Ping nous sort le même artifice encore une fois, avec de l’action en guise de point de départ de l’histoire. Oui, dans Le Sens du Devoir 4, ce n’est pas l’histoire qui va se développer pour amener l’action, mais l’action qui en s’accumulant va faire avancer l’histoire. Résultat ? Une accumulation de combats tous plus cultes les uns que les autres, peu de temps morts et le meilleur film de la saga.

Car en matière de combats et de scènes d’action, il faut bien avouer que ce quatrième opus fait fort en multipliant les mises à mort, les affrontements énergétiques et les courses poursuites. Car chaque personnage va devoir se taper pour espérer survivre. C’est ainsi que dans le final, même Michael Wong va donner des coups, lui qui n’a rien d’un artiste martial. Les scènes les plus folles s’enchaînent, Donnie Yen affronte  John Salvitti un an avant son magnifique combat au sabre dans Tiger Cage 2 dans une ruelle, peu de temps avant qu’il ne se tape une poursuite en moto avec Michael Woods. Cynthia Khan, bien qu’en retrait par moment, s’en donne également à cœur joie avec quelques séquences cultes également, notamment un affrontement sur le toit d’un camion en marche. Yuen Woo-Ping soigne ses chorégraphies mais également l’emballage, rendant l’ensemble incroyablement jouissif et survitaminé. Et quand finalement arrive le grand final, qui doit encore plus en mettre pleine la vue, il n’hésite pas à donner les hommes de mains à Cynthia Khan (de très beaux combats par ailleurs) pour offrir le vrai grand combat final à Donnie Yen, qui nous livre là un très grand moment sur un toit, probablement l’un des meilleurs combats de sa carrière d’ailleurs. Alors oui, on pourra toujours dire qu’encore une fois, le scénario est prétexte, que quelques scènes comiques sont peut-être de trop, mais le réalisateur a eu l’intelligence de ne pas se moquer de nous et à y aller franco dans le divertissement musclé. Et c’est réussi !

Les plus

Le meilleur opus de la saga

Cynthia Khan et Donnie Yen

Des combats juste géniaux

De l’action toutes les dix minutes

Les moins

Comme pour les autres : humour et scénario simple

 

En bref : Yuen Woo-Ping reprend la saga et livre le meilleur de la saga, se moquant du scénario pour nous offrir des combats quasi non stop, tous plus explosifs et impressionnants les uns que les autres.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *