MANBORG de Steven Kostanski


ManborgMANBORG

Titre original : Manborg
2011 – Canada
Genre : Science Fiction
Réalisation : Steven Kostanski
Musique : Brian Wiacek
Scénario : Jeremy Gillespie et Steven Kostanski

Avec Matthew Kennedy, Adam Brooks, Meredith Sweeney, Conor Sweeney, Ludwig Lee et Jeremy Gillespie

Synopsis : Alors que la guerre fait rage entre les humains et les créatures de l’enfer, Draculon, seigneur des enfers, gagne la guerre et tue le dernier résistant au front. Mais celui-ci revient à la vie en cyborg quelques années plus tard pour prendre sa revanche et sauver le monde.

Manborg02Manborg03Manborg04Manborg05Manborg06Manborg08

Vous aimez Star Wars ? Predator ? Terminator ? Tron ? Dredd ? Alors fuyez Manborg !! Se voulant un vibrant hommage à tout ce que l’on aime, à tous ces films cultes des années 80 (bon ok, Star Wars c’est un peu avant, et Dredd aussi pour ces adaptations), le tout en mode fauché mais probablement plein de bonne volonté, Manborg se plante à tous les niveaux, malgré un début qui faisait rire. Il enchaîne les hommages qu’il flingue carrément, enchaîne les scènes peu passionnantes, et fait pas mal penser à certaines productions TomCat comme The Amazing Bulk, en voulant nous montrer un univers tout en numérique. Commençant sur le front (numérique) façon seconde guerre mondiale, avec soldats, créatures étranges venues de l’enfer, on rencontre notre héros joué par Matthew Kennedy, peu convaincant, qui va affronter le compte Draculon (oui oui, je ne ment pas, c’est son nom, ce fut même écrit à l’écran !). Il meurt, et on passe au générique, sur musique synthé années 80, rappelant le générique du jeu Far Cry 3 Blood Dragon. On jubile, on y croit, puis le vrai film commence, et là minute après minute, on n’y croit plus. On s’ennuie, on a mal à la tête, on regrette de ne pas avoir choisi un autre film pour passer une soirée tranquille.

Manborg11Manborg12Manborg13Manborg14Manborg15Manborg17

Plus le métrage va évoluer, plus les scènes venant d’autres films vont s’enchaîner, mais en nous faisant pleurer devant notre écran (ou ressortir les vrais métrages de notre collection). Notre cyborg se réveille, voyant tout en vision infrarouge. Il se déplace lentement, chaque mouvement entrainera un bruit énervant comme dans les bons vieux nanars des années 80. Errant sans trop savoir qui il est, il va finir par se faire arrêter et rencontrer d’autres personnages, comme one man, qui sait manier le nunjaku, ou encore Mina et Justice, frère et sœur, joués par… un frère et sa vraie sœur (apparemment), absolument pas crédibles et incroyablement énervant dans le cas du frère avec sa petite voix. À partir de là, le film s’enlise, on nous met des combats dans des arènes avec des motos (Tron), des robots étranges, un peu de sang, des poursuites de fous en motos volontés façon Star Wars (ou The Island…), le tout dans la ville de Meganet City (Mega City One dans Dredd). Les acteurs jouent mal, les décors tous numériques sont ignobles, les effets sont ratés, les dialogues sont chiants, l’ensemble souvent ridicule.

Manborg18Manborg19Manborg21Manborg22Manborg24Manborg26

Qu’est ce qui pourrait bien sauver le métrage du naufrage total ? De l’humour peut-être ? Oui, Manborg a de l’humour, beaucoup (le film en lui-même n’est-il pas une vaste blague ?), mais le problème, c’est que la plupart du temps, les gags sont lourds et ne fonctionnent absolument pas. Et le réalisateur, également coscénariste, producteur et monteur, va en utiliser certains à plusieurs reprises, faisant au départ passer certains de ses personnages, dont Manborg lui-même, pour des attardés, alors qu’il voulait probablement plutôt nous les montrer sous un angle touchant (bien raté alors). Certaines scènes entre Manborg et son créateur (l’acteur joue deux rôles, le docteur et Draculon) seront parmi les plus ratées du métrage, tandis que l’ensemble fait finalement peine à voir. Ne durant pourtant qu’une heure, la vision de Manborg est assez pénible, et le pire dans tout ça, c’est que contrairement à certains nanars, ça ne tâche pas tant que ça, et on n’aura même pas droit au plan nichon !

Manborg27Manborg30Manborg31Manborg32Manborg33Manborg34

2

Les plus:

On pourra décrocher quelques rares sourires

La musique rétro

Les moins:

C’est nul du début à la fin

Le numérique qui pique les yeux

Pas drôle

Pas de plans nichons

Chiant

 

En bref: Manborg, pour faire simple, c’est nul. Le délire nostalgique fauché ne prend jamais.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s