JUMANJI : BIENVENUE DANS LA JUNGLE de Jake Kasdan


JUMANJI : BIENVENUE DANS LA JUNGLE

Titre original : Jumanji Welcome to the Jungle
2017 – Etats Unis / Inde / Canada / Australie
Genre : Aventures
Réalisation : Jake Kasdan
Musique : Henry Jackman
Scénario : Chris McKenna, Erik Sommers, Scott Rosenberg et Jeff Pinkner
Avec Dwayne Johnson, Kevin Hart, Jack Black, Karen Gillan, Rhys Darby, Alex Wolff, Ser’Darius Blain, Madison Iseman et Morgan Turner

Synopsis : Quatre lycéens que tout oppose sont placés en retenue : Spencer, le geek solitaire ; Fridge, le populaire joueur de football américain ; Bethany, une accro au téléphone ayant les hommes à ses pieds ; et Martha, une jeune fille mal assurée et introvertie. Alors qu’ils accomplissent leur punition, ils trouvent la console de Jumanji. En lançant la partie, ils se trouvent aspirés dans le jeu et atterrissent dans la jungle. Chacun prend alors l’apparence de son avatar.

Ah Jumanji. J’avais découvert le film original de Joe Johnson au cinéma à l’époque, en 1996, alors âgé de 10 ans. Et ça m’avait beaucoup plu. Revu des années plus tard, le métrage s’avérait toujours être un excellent divertissement familial, même si, avec un regard adulte, il vaut bien avouer que certains CGI, notamment concernant les animaux, piquent un peu les yeux. L’annonce d’une suite/reboot avec Dwayne Johnson, alias The Rock, ne m’emballait pas plus que ça, même si j’ai une grande sympathie pour l’acteur qui semble ne pas se prendre au sérieux. Il faut dire que l’acteur revient de loin, puisqu’il avait commencé sa carrière au cinéma en 2001, avec un autre film que j’avais vu au cinéma : Le Retour de la Momie. Que j’avais totalement détesté, et c’est toujours le cas aujourd’hui. Entre deux blockbusters trop sérieux (Le Roi Scorpion, Faster), quelques nanars (Doom), quelques navets (G.I. Joe, San Andreas), l’acteur aura néanmoins su trouver quelques bons films, voir parfois des excellents films. No Pain No Gain de Michael Bay, c’était très sympa, et je suis un grand fan de Southland Tales de Richard Kelly. Du coup, de temps en temps, je me laisse tenter par quelques métrages où figure l’acteur. Parfois, ça ne marche pas (Skyscraper, même s’il m’aura fait rire jaune), et des fois, ça fonctionne super bien, comme dans le cas de ce Jumanji : Bienvenue dans la Jungle, que j’aurais vu tardivement sur les conseils d’un ami. Et pourtant, le début ne met pas en confiance, puisqu’après une courte séquence rendant hommage au film original avec le jeu Jumanji façon jeu de plateau, on nous présente 20 ans plus tard les personnages principaux de l’intrigue dans la vie de tous les jours, et là c’est le drame, pas franchement intéressant.

Des personnages clichés, pas fou, malgré des acteurs faisant clairement le boulot (on reconnaîtra d’ailleurs Alex Wolff, dans un rôle moins traumatisant que Hereditary), un côté archi prévisible puisque dés qu’un personnage est envoyé en détenue, on se doute que le même sort arrivera pour une raison X ou Y aux trois autres. Et pourtant, c’est dés l’arrivée dans Jumanji cuvée 2017, c’est à dire que les personnages sont littéralement aspirés dans le jeu vidéo et se retrouve dans la jungle, joué par leurs avatars (dont Dwayne Johnson et Jack Black, tout deux excellents) que le film prend son envol et se révèle être une excellente surprise. Un divertissement familial, gentillet, parfois facile dans certains gags, mais qui dégage une bonne humeur constante, en jouant sur son propre univers, et sur les tics des jeux vidéo. Chaque personnage aura des points forts et des faiblesses, le jeu est découpé en plusieurs niveaux qu’il faut passer jusqu’à arriver au niveau final, et chaque personnage aura trois vies pour mener a bien l’aventure. Et clairement, lorsque le jeu joue sur les codes, on s’éclate. Un niveau avec des motards sortis tout droit de Mad Max, un niveau mettant en scène des rhinocéros vraiment féroces, ou des jaguars, quelques énigmes et pièges comme dans tout bon jeu d’aventure. Alors certes, ça fait beaucoup plus Tomb Raider ou Uncharted que Jumanji premier du nom, mais la mise à jour du concept fonctionne bien. Le rythme s’emballe, tout s’enchaîne, avec quelques moments dramatiques peu convaincants mais jamais dérangeants, et on passe d’un souci à un autre, d’une idée à l’autre. Mieux, si Jumanji a quelques gros défauts dans sa poche, notamment son ouverture qui ne met pas en confiance, et des CGI encore une fois plus que discutables dés qu’il s’agît de recréer des animaux (les fameux jaguars, juste ignobles), il parvient à nous faire relativiser grâce à sa générosité et ses idées.

Faire jouer l’opposé de ce que les personnages sont une fois plongé dans le jeu était une excellente idée. Une ado allumeuse et accro aux réseaux sociaux va se retrouver à être Jack Black une fois dans le jeu. La fille timide se retrouve être la fille bad-ass qui sait se battre. Le héros, exemple typique du geek timide, se retrouve être Dwayne Johnson, tandis que le grand black sûr de lui et sportif se retrouve être l’exact opposé. Les acteurs s’en donnent alors à cœur joie, et cette bonne humeur est communicative. Entre un Dwayne Johnson passant le film à jouer de son physique, à s’étonner de la taille de ces bras, et à lever le sourcil puisqu’il s’agît d’une des caractéristiques de son personnage, on s’amuse. Alors quand Jack Black, jouant une jeune ado de 17 ans, doit donner des cours de drague, c’est hilarant. Généreux dans l’humour, les situations, ses idées, mais également l’action malgré quelques ratés dans les CGI encore une fois. Car Jumanji n’a pas le budget d’un film Marvel. Attention, son budget est bien confortable (90 millions), mais bien loin d’un Avengers EndGame (300 millions). Du coup, dés que l’on déambule dans la jungle (très bien filmée), des vrais décors, ou que les personnages font des courses poursuites plausibles ou se battent, tout va bien. Mais dés que les cascades deviennent un peu abusée, en hélicoptère par exemple, ou que des animaux sont de la partie, ça le fait beaucoup moins. Et pour une fois, ce n’est pas grave, car finalement, le concept même du film annule ce défaut. Ça pique quand même les yeux, mais que des jaguars dans un jeu soient mal fait, et bien, après tout, ce n’est censé être qu’un jeu ! Et du coup, Jumanji parvient à être un très sympathique blockbuster, en ne prenant pas son concept au sérieux, mais en étant fait avec sérieux.

Les plus

Le casting s’amuse
De nombreuses situations drôles
Un film d’aventures rythmé et plaisant
Beaucoup d’idées

Les moins

Le début un peu lent à démarrer
Quelques CGI bien moches

 

En bref : Jumanji est un film d’aventures familial très sympathique, rythmé, où les acteurs s’amusent autant que le public, et ça, ça fait du bien.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s