UN JUSTICIER DANS LA VILLE 2 de Michael Winner


UN JUSTICIER DANS LA VILLE 2

Titre original : Death Wish II
1982 – Etats Unis
Genre : Policier
Réalisation : Michael Winner
Musique : Jimmy Page
Scénario : David Engelbach

Avec Charles Bronson, Jill Ireland, Vincent Gardenia, J.D. Cannon, Anthony Franciosa, Ben Frank et Laurence Fishburne

Synopsis : Installé à Los Angeles, Paul Kersey tente de reprendre une existence ordinaire auprès d’une journaliste aux idées progressistes et de sa fille – toujours traumatisée par les évènements de New York. Sa vie s’effondre à nouveau à la suite du viol et de la mort de sa bonne et de sa fille. Jugeant les institutions impuissantes face à son drame et à la violence urbaine, Kersey arpente les rues de Los Angeles pour exécuter les agresseurs.

Si la Cannon Films a lancé la carrière de Dolph Lundgren (Les Maîtres de l’Univers) et de Jean Claude Van Damme (Bloodsport, Kickboxer) dans les années 80, mais aussi fait de Chuck Norris ce qu’il est (Portés Disparus, Invasion USA), ils ont toujours tentés de récupérer des artistes pour se faire un peu plus d’argent. Des acteurs, des réalisateurs, des licences. Oui, il y a à la fin des années 80 le fameux Superman IV (que je n’ai jamais vu tiens d’ailleurs), mais au début des années 80, ils récupèrent les droits d’Un Justicier dans la Ville, alias Death Wish. L’adaptation du roman, le premier film, datait de 1974 déjà, mais qu’à cela ne tienne, nous sommes en 1982, et la Cannon récupère les droits, lancent une suite, et pour se faire, récupèrent également Michael Winner à la mise en scène (le premier film, Le Flingueur qui sera remaké plus tard avec Jason Statham) et Charles Bronson pour reprendre son rôle. Ça ira plus loin puisqu’un troisième opus sera tourné par la même équipe en 1985, Le Justicier de New York, puis en 1987 un quatrième opus (Le Justicier Braque les Dealers) mais c’est une autre histoire. Il y a même un cinquième tardif opus dans les années 90. Dans ses grandes lignes, ce Death Wish 2 a tout du film opportuniste (non, sans déconner ?) puisqu’il reprend, grosse modo, la même histoire que le premier, et ne change d’un minime détail, qui néanmoins change beaucoup de choses dans le fond. Enfin non, ils changent également la ville, Death Wish II se déroulera à Los Angeles. Non, ce petit détail qu’ils changent, et qui vient changer énormément de choses dans le fond, c’est que notre brave Charles Bronson, devenant Vigilante dans le premier pour punir les méchants (un Justicier donc) ne sera ici qu’animé par la vengeance, et donc traquera un groupe en particulier. Mais aucune double lecture ou autre ici, non non, c’est du cinéma d’exploitation direct dans ta face, sans message ni rien malgré des notes d’humour, Charles Bronson prend les armes pour se faire justice et venger sa famille, et c’est tout. Il a bonne conscience, ces actes ne sont pas punis.

Après tout, même la police, qui pourtant au début en a après notre Vigilante moustachu, laisse rapidement tomber l’éponge, pour donner raison au justicier. Même tardivement, un témoin le laissera filer, car la vengeance, c’est bien. Et puis bien entendu, film d’exploitation du début des années 80 produit par la Cannon oblige, il faut plus de violence, plus de sang, et plus de viols, car cela veut dire, plus de nudité. Mais même à ce niveau, il est parfois très difficile de prendre le film au sérieux, et surtout, de comprendre ses intentions. Ce qui lui donne un côté décalé franchement très étrange, et nous rappelle bel et bien que oui, Un Justicier dans la Ville 2 n’est qu’un film d’exploitation, une suite faite plutôt rapidement et sans trop réfléchir. Paul Kersey, installé à Los Angeles, est maintenant en couple avec une journaliste, et sa fille se remet très doucement des événements du premier film. Jusque là, tout va bien, même si les opinions personnelles de sa fiancée font bien rire tant elles sont à l’opposé de notre moustachu tueur. Mais lorsque le drame survient, plus rien ne va. Et à ce stade, c’est presque du grand art. Du grand art que l’on a du mal à expliquer, mais tout de même. Ce pauvre Paul, en essayant de récupérer son portefeuille qu’une bande de loubards lui vole, en rattrape un. Pas contente, la fine bande, toujours en possession du fameux portefeuille, décide de rendre visite à Paul. Mais pas de bol, seule la femme de ménage Mexicaine est présente, et va donc se faire violer, à tour de rôle, durant de très longues minutes. Le réalisateur étire le temps, fait durer le calvaire. Puis quand Paul rentre avec sa fille, il est assommé, la fille kidnappée, et celle-ci subira également le même sort. Sauf qu’elle, elle n’a droit qu’à quelques rapides secondes, sans cris, sans émotions, avant de se lever, de se défenestrer et de finir embrochée de manière gore. On peut y voir de l’effet facile, et surtout une incompréhension. Pourquoi faire durer la scène pour un personnage peu important et le rendre presque insignifiant pour la fille du héros ? Surtout que c’est bien cet élément qui va énerver notre Justicier, qui va partir en guerre pour venger sa fille, car la femme de ménage, on ne va plus du tout en entendre parler.

Notons d’ailleurs dans la bande de violeurs la présence d’un alors tout jeune et débutant Laurence Fishburne. Et Charles Bronson n’aura pas vraiment à se prendre la tête pour se venger, puisqu’il lui suffira parfois de marcher quelque peu dans la rue pour tomber sur les membres du gang, un par an, sans vraiment chercher. Nous savons tous que Los Angeles est une toute petite ville. Les violeurs par contre semblent avoir tous été victimes de trous de mémoires, puisque certains ne le reconnaitront même pas. Seule l’efficacité compte dans le métrage, et semble intéresser Michael Winner, qui laisse alors la crédibilité mais également la narration de côté. En résulte des moments moins convaincants de jour (voir parfois ennuyeux), et immédiatement plus percutants de nuit, lorsque Bronson prend les armes. Là où le premier film tentait, parfois maladroitement, mais tout de même de mettre un message, et surtout avait la bonne idée que notre justicier ne retrouvait pas les coupables, et donc, ne pouvait pas accomplir sa vengeance, devenant alors véritablement un Justicier, arpentant les rues et vidant ses cartouches sur les pauvres âmes égarées qui avaient le malheur de commettre des crimes devant lui. Ici, malgré quelques dommages collatéraux, Bronson trouve les coupables, avec facilité, et les fais payer cher. Sans scrupules, sans hésiter. Comme une machine de guerre que rien n’arrête, et qui n’a plus de morale, ni de conscience. Et dont les quelques témoins cautionnent les actes. Pas étonnant pour le coup que l’auteur du roman original déteste les suites, qui oublient toute la substance du roman de base. Il faudra attendre que James Wan réalise Death Sentence, adaptant un autre roman de l’auteur, pour revoir une vengeance amère et qui a quelque chose à dire. Death Wish II, c’est du pur cinéma d’exploitation, toujours plus gros, bruyant et vulgaire. Et qui du coup, finit par amuser et divertir par son aspect primitif et rentre dedans. Pas franchement bon, mais distrayant dans sa proposition de cinéma.

Les plus

Du pur cinéma d’exploitation
Bronson prend les armes
Des hasards et moments amusants

Les moins

De l’exploitation pure et dure (oui, c’est une qualité et un défaut)
Peu passionnant de jour
Souvent rentre dedans et peu cohérent

En bref : Un Justicier dans la Ville 2, c’est comme le premier, en moins subtil, sans message, sans grande cohérence, juste avec plus de violence, et plus de viols.

8 commentaires

    1. Ah non pas du tout, c’est là que tu remarques que les années 80, c’était bien cliché, souvent dans une direction unique, et que dans le cinéma d’exploitation, il fallait toujours en faire plus (tu verras mon futur article sur le troisième opus, c’est craquage de slip total pour le coup).
      Heureusement que l’on a le recul nécessaire mine de rien.
      En vengeance plus subtile et par une femme, tu as l’excellent film Japonais (inédit en France forcément) Confessions, ce fut une belle claque.

      1. Exact. Tu me fais penser que le réalisateur de l’original I Spit on Your Grave a fait en 2019 une suite (oui oui) à l’original (oui oui) avec le retour de Camille Keaton (oui oui ! haha), et que je l’ai depuis bien un an, mais jamais eu le courage de le voir suite aux premiers retours assez catastrophiques….

      2. Oula, tu es même très en retard, il y a eu un remake (sympathique d’ailleurs, car sans concessions, froid et sans artifices), une suite avec d’autres personnages (par le même réalisateur), puis une suite au premier remake (qui porte le numéro 3 haha), avant que le réalisateur de l’original (qui produit les remakes d’ailleurs je crois) ne lance sa vraie suite. Un beau bordel, comme souvent, et peu de visibilités. D’ailleurs, fait très intéressant, le remake en blu-ray en France contient en bonus le film original (donc vu le bas prix, ce fut un achat immédiat pour moi qui ne l’avait à l’époque pas vu).

      3. Je n’ai vu que l’original. Suffisamment éprouvant comme ça pour que je m’inflige un quelconque remake ou suite, même de bonne qualité. Ceci dit je l’ai quand même en divx. 😉

      4. C’est certain que c’est pas le genre de films que tu vas regarder en boucle pour « le fun ». Le remake est en tout cas étonnement de bonne qualité, même si la partie vengeance est un peu trop « sophistiquée » pour être totalement crédible.
        Bref, va falloir que je me motive pour le dernier, car quand on commence une saga…. on termine. Mais 2h30 en plus….

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s