A SERIOUS SHOCK! YES MADAM! (末路狂花) de Albert Lai (1993)

A SERIOUS SHOCK! YES MADAM!

Titre Original : Yes Madam 92 – Death Triangle – 末路狂花
1993 – Hong Kong
Genre : Action
Durée : 1h35
Réalisation : Albert Lai
Musique : Michael Fung
Scénario : Ella Chan

Avec Cynthia Khan, Moon Lee, Ôshima Yukari, Lawrence Ng, Waise Lee, Karel Wong, Ku Feng, Eric Tsang et Paco Yick

Synopsis : Alors que la policière Hsie Wan-Chin prépare son mariage avec son compagnon également policier Wilson, il a une affaire avec sa meilleure amie, May. Wilson essaye de mettre un terme à cette relation, et May ne le prend pas très bien. Hsie et Wilson décident de partir vivre en Angleterre…

S’il n’est pas réputé pour être un grand film, je voulais absolument voir A Serious Shock ! Yes Madam ! Titre à rallonge stupide pour mettre le film au sein de la saga Yes Madam, qui ne veut déjà rien dire dés le départ, puisque les deux premiers opus sont également les opus 2 et 3 de la saga Le Sens du Devoir. Oui, pour le coup, et histoire de pinailler un bon coup, je lui préfère son titre alternatif et peu connu de Death Triangle, qui en plus, correspond plutôt bien à l’intrigue. Mais voilà, ce film, aussi appelé Yes Madam 92, histoire de ne pas le confondre avec l’effroyable Yes Madam 95, toujours avec Cynthia Khan, avait deux éléments pour lui. Le premier évidemment, c’est que je venais de voir Yes Madam 5, et que ça ne pouvait pas être pire. Le second, c’est que si la belle Cynthia Khan est toujours présente et a le premier rôle, on retrouve à ses côtés les deux plus grandes représentantes du genre Girls with Guns, à savoir Moon Lee et Ôshima Yukari. Et au bout du compte, 1h35 après, si je dois bien admettre qu’en effet, ce n’est pas un grand film, ni un grand film d’action, et bien j’ai passé un bon moment, et le métrage de Albert Lai (réalisateur de seulement neuf films) a néanmoins quelques petits atouts dans sa poche qui pourraient attirer les fans du genre… ou les fans de Cynthia Khan, ou de Moon Lee, ou les deux ! Ici donc, Cynthia Khan et Moon Lee sont deux policières, qui croisent vite la route d’Ôshima Yukari, voleuse de voiture. Rien de surprenant. Enfin ça c’est dans les faits, Ôshima étant dans un premier temps ultra secondaire au récit, et revenant dans l’intrigue de manière peu convaincante, même si elle amènera un brin d’humour bienvenu. Ce qui est plus surprenant, c’est que pour un représentant aussi tardif du genre, et malgré un budget que l’on sent peu élevé, et des chorégraphies sympathiques mais manquant parfois d’impact, ou de dynamisme (via la mise en scène), c’est que le film commence fort, en enchainant en seulement dix minutes avec l’entrainement des deux stars, puis un rapide combat dans la rue (inutile ceci dit), puis une rapide poursuite dans un parking qui se termine dans la rue. Générosité donc, voilà qui me plait.

Et puis seulement deux ans après Queen’s High, voilà l’occasion de revoir Cynthia Khan en robe de mariée. En duo avec Moon Lee tiens ! Bref, je m’égare. L’intrigue du film, simple, concerne un trio amoureux (d’où le titre alternatif, Death Triangle, triangle, vous suivez). Trio qui ne va pas durer bien longtemps. Cynthia Khan doit épouser Wilson, un collègue, joué par Lawrence Ng qui restera toujours à mes yeux le méchant qui surjoue dans Lethal Panther de Godfrey Ho. Tout pourrait aller pour le mieux, sauf que Wilson, il a également une relation avec Moon Lee. On a presque envie de le comprendre, comment choisir entre les deux ? Mais il a choisi, puisqu’il va épouser Cynthia Khan, et essaye donc de prendre ses distances avec son amante. Qui va très mal le prendre. Très mal, dans le genre, je vais t’exploser la gueule et accuser ta future femme de ton meurtre. Et rapidement, le film se retrouve avec les défauts de ses qualités, en tentant de s’éloigner de certains clichés du genre. Mais cette volonté, et bien, ça fait malgré tout du bien. Oui, l’intrigue de base est plutôt banale, mais le film essaye de développer ses personnages, et délaisse souvent l’action pour livrer un film qui se veut plus dramatique. Et ce qui surprend, c’est d’une, que Cynthia Khan dans un rôle plus fragile que d’habitude s’en sort très bien, mais surtout que Moon Lee, dans un rôle à fleur de peau, est excellente ! On sent tout de suite dés le début qu’il ne faut pas venir la faire chier, quand elle défonce son partenaire d’entrainement. En gros, une flic presque modèle… si elle n’avait pas un caractère si impulsif et violent. Alors oui, l’intrigue a ses gros défauts, avec des flashbacks inutiles, des moments un peu tirés par les cheveux pour faire avancer l’intrigue, des maladresses, mais l’effort est louable et appréciable car les actrices y croient. Presque dommage du coup qu’Ôshima Yukari soit en arrière plan une bonne partie du film. D’ailleurs, on notera à ses côtés les participations de Waise Lee (Une Balle dans la Tête), traversant le film de manière inutile, ou d’Eric Tsang en beau père amusant.

Par contre, voilà, du coup niveau action, le film passé son introduction freine brusquement. Forcément quand ça se dispute, c’est bien plus musclé qu’en Amérique, à coups de High kick, mais niveau action pure et dure finalement, il faudra presque attendre le final, le film se voulant plus dramatique et policier au final. Sans que cela ne dérange réellement ironiquement. Le film parfois ne nous donne pas toujours ce que l’on attend de lui, mais ce qu’il propose, il le fait avec sérieux. Sans doute aussi que la date de sortie du film y joue, puisque nous sommes en 1993, et que si le genre parvenait encore à nous offrir quelques rafraichissantes bobines comme Angel Terminators 2 (justement avec Moon Lee et Ôshima Yukari), le public s’était totalement désintéressé du genre, les budgets descendaient encore plus, l’action se faisait plus rare et clairement moins bonne, et les bons films l’étaient tout autant (rares). Du coup, même si pas exceptionnel et parfois maladroit sur certains aspects, on retiendra l’effort, celui d’éviter les interminables discussions dans les bureaux de la police, et celui de donner un rôle différent à Moon Lee. Car désolé Cynthia, tu as beau être très convaincante, mais voir les pétages de plombs de Moon Lee, avec ce personnage totalement déséquilibré qui va lancer un rire diabolique avant de menacer des innocents, et bien ça marche. Et puis, forcément, il y a le final qui retrouve la bonne vieille formule explosive que l’on connaît. Et si on est loin des meilleures chorégraphies du genre, ou même des scènes les plus explosives, et bien son final entre Cynthia Khan, alliée par Ôshima Yukari, face à une Moon Lee qui n’hésite même pas à y aller à coups de mitrailleuse, c’est réjouissant. Même si ça abuse un peu de ralenti, et que c’est ultra court. Surtout si on compare le film a l’autre métrage de 1993 qui voulait voir grand et réunir les mêmes actrices à l’écran pour un résultat mitigé, et même inférieur : The Avenging Quartet. Oui, on oubliera sans doute vite le film, qui n’est clairement pas le meilleur du genre, ni de ses actrices, mais sur le moment, et bien, on passe un bon moment, et au final on ne lui demandait rien de plus !

Les plus

Cynthia Khan, Moon Lee et Ôshima Yukari dans le même film
Moon Lee qui pète un câble
Des combats sympathiques…
Des efforts pour diversifier une formule

Les moins

Un scénario parfois un peu bordélique et usant trop de facilités
Quelques longueurs
…Mais on pouvait attendre plus avec un tel casting

En bref : La morale du film ? Si vous épousez Cynthia Khan, rompez avec Moon Lee, sinon vous allez en prendre plein la gueule (et accessoirement, devoir changer tout votre mobilier). Plus sérieusement, A Serious Shock Yes Madam est un film tardif réunissant 3 des stars du genre. Pas parfait, parfois un peu longuet, et on pouvait clairement en attendre plus niveau action, mais le spectacle demeure sympathique et divertissant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :