ERASERHEAD de David Lynch


ERASERHEAD

Titre original : Eraserhead
1977 – Etats Unis
Genre : Drame
Réalisation : David Lynch
Musique : David Lynch et Alan Splet
Scénario : David Lynch
Avec Jack Nance, Charlotte Stewart, Allen Joseph, Jeanne Bates, Judith Roberts et Laurel Near

Synopsis : Un homme est abandonné par son amie qui lui laisse la charge d’un enfant prématuré, fruit de leur union. Il s’enfonce dans un univers fantasmatique pour fuir cette cruelle réalité.

In heaven, everything is fine ! Les années 70 auront vu un nombre incalculable de grands metteurs en scène commencer leur carrière. John Carpenter, David Cronenberg, et bien entendu, David Lynch. Mais là où Carpenter en sortant de son école aura un film en boite (Dark Star) et enchaînera ensuite plutôt rapidement sur Assaut, David Lynch lui aura commencé son Eraserhead en 1971, avant de l’achever cinq années plus tard, en 1976. Quand aux droits du film, il les aura vendu après s’être installé avec sa femme à Los Angeles, lors d’une pause repas alors qu’il s’occupait de peindre des maisons. Une production bien longue, entre une grande difficulté pour trouver des financements du à un scénario qui ne faisait que 22 pages, puis au décès (de cause naturelle) du premier directeur de la photographie, qui fut changé en cours de route. Le tournage s’étira tellement que durant une année entière, David Lynch emménagea dans… la chambre de son personnage principal. Eraserhead, à sa sortie fut très rapidement remarqué, passant durant plusieurs années en séance de minuit dans divers cinéma, et comptant dans sa base de fans quelques personnalités comme John Waters ou Stanley Kubrick, qui d’ailleurs projetteras le film à son équipe pour les mettre dans l’ambiance avant de tourner The Shining. Il faut dire qu’avec ce premier film, David Lynch frappe déjà très fort, en livrant un cauchemar éveillé qui n’est comparable à aucun autre film. Tourné dans un noir et blanc hyper contrasté et en 1.33 (4/3 donc, passant en 1.77 lors de sa récente restauration), Eraserhead est un cauchemar pas forcément bien accessible aux premiers abords (voir aux seconds aussi), un film qui se fiche quelque peu des conventions de l’époque en terme de narration ou de manière de filmer, et qui fait ce qu’il a à faire.

Eraserhead, c’est un cauchemar donc, souvent abstrait, et qui n’est pas forcément fait pour mettre à l’aise. Le travail sur la photographie ultra contrastée et sur l’ambiance sonore, industrielle et constante, mettent directement dans le bain. Eraserhead est un voyage dans le mental d’un homme (Jack Nance, qui réapparaîtra dans chaque film de Lynch dans des petits rôles, jusqu’à Lost Highway en 1997) qui a de grosses craintes face à ce qui lui arrive. Eraserhead parle de l’engagement, et surtout, de la naissance d’un enfant. Le fait que Lynch venait d’être père au début de la production expliquerait bien des choses, l’artiste propulsant ses propres peurs sur l’écran. Extrêmement influencé durant l’écriture par La Métamorphoses de Kafka (ça s’en ressent) puis durant le tournage par pas mal de sons qu’il aura lui-même enregistré avec Alan Splet, Lynch nous balance dans son cauchemar éveillé, dans le quotidien de son personnage tourmenté, effrayé par la sexualité, par la parentalité, et sombrant dans la folie, alors qu’il se retrouve seul à devoir s’occuper de son bébé difforme, et qu’il imagine une femme étrange qui chante dans… son radiateur. Dis comme ça, aucun doute, nous sommes bien chez Lynch, et dés son premier métrage, le réalisateur nous présente son univers hors norme, et met en place des éléments qui seront des clés de son cinéma. L’usage du son qui devient aussi important que l’image dans ce qu’il raconte et surtout dans le malaise provoqué, le sol du hall de chez Henry qui est le même que celui des années plus tard de la Red Room dans Twin Peaks, une lenteur hypnotique, et surtout, des lumières qui parfois, s’éteignent et s’allument sans raison. Un Lynch donc libre de créer et de laisser libre cours à son imagination, et beaucoup plus proche de ce qu’il fera passé Twin Peaks que de ses métrages des années 80, comme Elephant Man, Dune et Blue Velvet.

Eraserhead est une œuvre unique, que l’on ai aimé ou non, compris ou non, Eraserhead marquera le spectateur de son empreinte unique et va continuer de fasciner, d’interroger ou de dégouter aussi parfois. Dès son ouverture étrange et fascinante, dés la première apparition de Jack Nance et sa coupe de cheveux improbable, Eraserhead marque les esprits, et le spectateur non avertis ira de surprises en surprises. De ce repas de famille hyper étrange et malsain jusqu’à l’apparition de ce nouveau né difforme et incroyablement bien fait (et dont on ne saura jamais comment il a été fait), Eraserhead surprends, fascine, ne met certainement pas à l’aise, et ses images marquent le spectateur, à l’image de cette chanteuse venant hanter les rêves d’Henry. Le tout avançant jusqu’à un final totalement hypnotique, barré, hallucinatoire aussi. Mais surtout, troublant, autant par la signification (possible) des images que par leur contenu. Clairement, Eraserhead est une proposition de cinéma radicale, qui n’est clairement pas pour tout le monde, mais qui pourra pourtant parler à pas mal de monde pour ses différents thèmes abordés, en particulier le rapport avec la naissance. Car sous son côté étrange, ses images surréalistes, Eraserhead ne serait pas tout simplement un drame d’une banalité affligeante ? Celle d’un homme forcé d’épouser la jeune femme qui l’avait pourtant laissé, puisque celle-ci a mit au monde un bébé prématuré qui serait lui. Lynch parvient dans un sens à mettre en image son film le plus étrange et le plus théâtral, mais également son film le plus encré dans un quotidien totalement banal (un peu par la suite à l’image de Blue Velvet et Twin Peaks). Et c’est sans doute ce qui rend le film aussi troublant, même 41 ans après.

Les plus

La bande son donnant une ambiance unique
L’ambiance glauque
Des images inoubliables
Des thèmes forts

Les moins

Inaccessible pour le grand public

 

En bref : Eraserhead est un film fascinant et troublant, radical dans sa proposition de cinéma différente, et qui va autant marquer des spectateurs en les faisant adhérer ou rejeter l’œuvre. Lynch frappe très fort dés son premier métrage.

4 commentaires

  1. Unique, c’est le mot ! Je me souviens avoir découvert « Eraserhead » sur Arte au milieu des 90’s et en avoir été tout retourné. Avec ce film, tu as l’impression de découvrir une autre planète. C’est comme lorsque tu te mates pour la première fois « 2001 » ou un Jodorowsky : tu n’en reviens pas, tu n’en reviens d’ailleurs jamais… Lynch balance ici des concepts visuels et sonores complètement dingues, transforme un drame intimiste sur la paternité (comme tu le dis) en cauchemar industriel et organique. Bref, rarement cinéaste nous aura remué les sens comme le roi David…

    1. Chanceux, je l’ai découvert plus tardivement en DVD, c’est Dune et Blue Velvet que j’avais découvert sur Arte à l’époque, ainsi que Lost Highway qui fut également un grand choc.
      Lynch aura continué de nous remuer les sens comme tu dis tout le long de sa carrière jusqu’à sa saison 3 de Twin Peaks, même si elle divise énormément. Eraserhead contient déjà tout ce que sera son cinéma, niveau expérimentation, niveau sonore avec un soin très particulier pour les bruitages et l’ambiance.

  2. Bel article pour ce film que je n’ai pas redecouvert depuis longtemps.
    Le domaine du rêve qu’il explore me semble également assez proche de celui décrit par Lynch dans la dernière saison de Twin Peaks, comme s’il revenait à sa source à ses débuts. Une œuvre en boucle, bouclée.
    Remarquable.

    1. À l’époque de sa sortie ciné, j’avais vu certaines expérimentations de INLAND EMPIRE comme étant un petit retour à Eraserhead déjà, bon, le sens esthétique 35mm en moins, Inland était de la Mini-DV bien granuleuse mais bon. Eraserhead en fait semble surtout à part, dans la première partie de la filmographie de Lynch qui reste plus au moins classique, de Elephant Man à Sailor et Lula, avant qu’il ne reparte vers quelque chose de totalement onirique avec Twin Peaks, série et film, et qu’il continue sur cette lancée. En fait, thématiquement et formellement, Eraserhead et Une Histoire Vraie se sont perdu haha

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s