UN JUSTICIER DANS LA VILLE (Death Wish) de Michael Winner (1974)

UN JUSTICIER DANS LA VILLE
Titre original : Death Wish
1974 – Etats Unis
Genre : Policier
Durée : 1h34
Réalisation : Michael Winner
Musique : Herbie Hancock
Scénario : Wendell Mayes d’après le roman de Brian Garfield

Avec Charles Bronson, Hope Lange, Vincent Gardenia, Steven Keats, William Redfield, Stuart Elliott, Kathleen Tolan, Jack Wallace et Jeff Goldblum

Synopsis : Paul Kersey est un homme tranquille travaillant dans un cabinet d’architectes et vivant à New York avec son épouse, Joanna, et sa fille, Carol. Ancien objecteur de conscience pendant la guerre de Corée, Paul est pacifiste et a horreur de la violence et des armes à feu. Après avoir passé des vacances à Hawai avec sa femme, il reprend le travail. Mais quelques jours plus tard, son beau-fils l’appelle pour l’informer que sa femme et sa fille ont été hospitalisées d’urgence. Elles ont été violemment agressées chez elles par une bande de voyous. Joanna décède des suites de ses blessures à l’hôpital. Carol s’en sort mais reste profondément perturbée. Paul devient alors un homme brisé, noyant son chagrin dans son travail. Il sait que les agresseurs ne seront jamais retrouvés, car la ville subit alors une vague de criminalité sans précédent.

Après avoir parlé des suites et du remake, il était temps que je m’attelle à ce premier opus ! En 1974, le réalisateur anglais Michael Winner et l’acteur Charles Bronson ont déjà travaillé plusieurs fois ensembles. Ils avaient livrés l’excellent le Flingueur en 1972. Le film n’as pas eu le succès espéré, mais Bronson a été repéré par Dino De Laurentiis, qui lui fait signer un contrat pour trois films. Et après deux échecs commerciaux, Un Justicier dans la Ville deviendra le troisième métrage, où Bronson recollabore avec Winner, qui a entre les mains le scénario. Un scénario dont le fond plait à Bronson, mais qui demande des réécritures, notamment pour son personnage, transformant le banquier du roman en architecte. Avec un budget de 3 millions de dollars seulement, l’équipe tourne le film qui adapte le roman de Brian Garfield. Et le succès, surprise, est au rendez-vous, le film devient le succès de l’été 1974 aux Etats Unis (en France, il ne débarque qu’en Octobre de la même année). Le film engendre environ 22 millions de dollars, soit plusieurs fois sa mise initiale, et propulse Bronson au rang de star, alors qu’il est déjà assez âgé (53 ans) et que sa carrière contient bon nombre de grands films. Mais voilà, Bronson devient enfin une star en Amérique, et Un Justicier dans la Ville devient culte. Encore plus à l’aube des années 80 avec la sortie du film en VHS, puis en 1982 avec la continuité de la saga, toujours avec Bronson, et Winner à la réalisation. L’époque de la sortie du film joue, New York subissant alors une vague de criminalité, et l’idée d’un homme arpentant les rues pour faire justice lui-même étant un sujet parlant à la population. Et puis il faut tout simplement avouer que le film lança la mode des vigilante. Car si l’histoire d’une vengeance après un événement traumatisant n’est pas nouvelle dans le monde du cinéma (ou ailleurs), Un Justicier dans la Ville ajoute un petit élément qui vient tout changer.

À savoir que le climat de violence au sein de New York et le manque d’éléments ne permet pas à la police de retrouver les coupables. Pas de vengeance donc ici, mais juste un Charles Bronson qui, meurtrit, dépité, décide de se balader dans les rues, et d’éliminer la racaille. Non pas aveuglément, il doit être sûr, et donc agir lorsqu’il est témoin d’un événement, ou qu’il devient la cible de criminels qui se disent qu’un vieil homme moustachu de 53 ans ne leur posera aucun soucis. Et même si l’on peut penser que le métrage glorifie la violence, ou la mode des vigilante, il n’en est rien. Bien entendu, qui n’a jamais rêvé de pouvoir mettre un terme soi-même à la criminalité qui explose dans les rues ? Mais Death Wish va plus loin, puisque tout débute face à l’impuissance des forces de l’ordre, que le métrage critique ouvertement, et joue énormément sur l’ironie de la situation, lorsque les hauts gradés se rendent compte que grâce au vigilante, la criminalité a chutée de moitié. Un constat amer de la société en quelque sorte. Mais pas que, puisque le film démontre bien que si Bronson, ou du moins son personnage, Paul Kersey, se lance dans une mission, une quête sans fin, sans doute pour combler le vide et l’amertume en lui, et bien, il n’y a justement pas de fin à sa quête. Rien qui ne viendra l’apaiser. Si bien que même lorsque la police a des soupçons sur son identité, il ne peut s’empêcher de prendre son arme et de rejoindre les rues en quête de sa prochaine proie. Il sait bien entendu que chaque virée nocturne pourrait bien être la dernière, mais avec sa femme morte (des mains de Jeff Goldblum dans son premier rôle d’ailleurs) et sa fille dans un état de légume dans une clinique, avec son beau fils qui déclare forfait en disant que fuir et se rabaisser face à la criminalité, c’est être civilisé, il n’a rien à perdre, rien pour l’arrêter, et rien pour se raccrocher.

Pourtant au départ, il se noie dans son travail pour oublier, pour aller mieux, en faisant ce qu’il fait de mieux, à savoir être architecte. Il semble même aller mieux lors de son escapade loin de New York, mais dés qu’il revient dans la ville, les récents événements le rattrapent. Oui, Un Justicier dans la Ville est intéressant dans ses différentes thématiques, qu’elles soient traitées avec sérieux ou ironie par moment. Mais le film doit également beaucoup à la rigueur de Michael Winner à la mise en scène, qui soigne son film et, comme de nombreux cinéastes des années 70 et 80, dépeint un New York nocturne qui craint tout simplement. Sans oublier Bronson dans le rôle titre, qui trouve là le rôle de sa vie, celui qui marquera sa carrière, et malheureusement pour lui, va le hanter jusqu’à la fin via les nombreuses suites, qui prennent au départ le chemin du cinéma d’exploitation pur et dur avec Un Justicier dans la Ville 2 et 3 (toujours réalisés par Winner) puis le chemin du DTV sans grande envergure avec les quatrième et cinquième opus, dont le dernier, arrivant tardivement, touchera vraiment le fond. De la saga, on retiendra surtout ce premier film, sérieux, noir, prenant, qui en a inspiré plus d’un (lançant donc la mode, parodié de nombreuses fois dans les Simpsons, dans American Dad, auquel beaucoup rendent hommage avec des difficultés Death Wish dans des jeux vidéo), ou en plaisir coupable (c’est mon cas) les deux premières suites. Ou son remake signé Eli Roth avec Bruce Willis, finalement potable, mais prenant plus la voie du film de vengeance (comme le second opus) que du film de vigilante. Mais s’il faut voir un film dans cette longue saga, ce sera assurément ce premier film, produit typique des années 70, succès surprise, mais réel bon film qui a des choses à dire. Peut-être moins explicitement que le roman, mais néanmoins intéressant voir passionnant par certains aspects.

Les plus

Charles Bronson très bon dans son rôle
La mise en scène appliquée de Michael Winner
Le New York nocturne et sombre des années 70
Un propos intéressant à plusieurs niveaux

Les moins

Le degré de violence peut paraître ridicule aujourd’hui

En bref : Dernière grande collaboration entre Charles Bronson et Michael Winner après le grand Le Flingueur, Un Justicier dans la Ville est un grand film, qui a des choses à dire, et le fait bien, sans détours, sans longueur, en s’appliquant. Il lança une saga mais c’est une autre histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :