BOSS LEVEL de Joe Carnahan (2021)

BOSS LEVEL

Titre original : Boss Level
2021 – Etats Unis
Genre : Action
Durée : 1h34
Réalisation : Joe Carnahan
Musique : Clinton Shorter
Scénario : Chris Borey, Eddie Borey et Joe Carnahan

Avec Frank Grillo, Mel Gibson, Naomi Watts, Will Sasso, Selina Lo, Michelle Yeoh, Ken Jeong, Sheaun McKinney et Annabelle Wallis

Synopsis : Roy Pulver a un vrai problème : chaque matin, il est attaqué par une horde d’assassins venus le liquider. Mais qu’il soit abattu, poignardé ou éparpillé en mille morceaux, sa journée recommence, encore et encore, ramenant à chaque fois cet ancien agent de la Delta Force au point de départ ! Pour parvenir à sortir de cette boucle temporelle, Roy doit survivre un autre jour …

Boss Level, le dernier film réalisé par Joe Carnhan, réalisateur du Territoire des Loups ou de Narc, est enfin là. Oui, il aura galéré, passant de distributeurs en distributeurs, avant de débarquer en 2021 directement en VOD via Hulu. Sortie par la petite porte, mais sortie malgré tout. Alors, ce film d’action rendant hommage aux jeux vidéo avec un budget de 45 millions, ça vaut quoi ? Et bien c’était très sympathique, même si on m’avait sans doute un peu trop vendu le métrage, d’où une petite déception. Car Boss Level, c’est fun, ça a de bonnes idées, l’action est très sympathique et lisible, le casting a la classe, mais c’est aussi bourré de défauts, de petites longueurs. Boss Level donc, c’est l’histoire de Roy, joué par ce cher Frank Grillo, acteur de seconde zone charismatique avant tout connu chez nous pour la trilogie American Nightmare (The Purge) et vu l’année dernière dans Jiu Jitsu aux côtés de Nicolas Cage et Tony Jaa. Ce n’était malheureusement pas glorieux. Mais voilà, Roy, c’est un ancien soldat, le genre de mecs qu’il ne faut pas faire chier, et pas de bol pour lui, il se retrouve prisonnier d’une boucle temporelle qui l’oblige à revivre encore et toujours la même journée. Sauf que dés son réveil, une horde de tueurs à gage est après lui, il apprend également que sa femme est morte la nuit précédente et que son fils va se retrouver seul. En une journée, qui se répète à l’infini, Roy va devoir trouver comment vaincre chacun des tueurs à ses trousses, savoir ce qui est arrivé à sa femme, sauver son fils, et bien entendu, découvrir qui est derrière tout ce bordel, qui veut sa mort, et pourquoi il revit toujours la même journée. Un spectacle relativement fun donc en perspective, avec de l’action qui essaye d’éviter les CGI, de la punchlines, tout ça.

Mais dans un premier temps, Boss Level ne brille surtout pas par son originalité, puisqu’il ne fait que reprendre le concept d’Un Jour Sans Fin, qui fait les beaux jours du cinéma récemment, avec les Happy DeathDay chez Blumhouse par exemple, ou encore Edge of Tomorrow et tant d’autres. Le souci, c’est qu’il en récupère les défauts également. À savoir déjà cette envie toujours présente d’expliquer dans les moindres détails son concept. Pourquoi la boucle temporelle, comment cela a débuté et j’en passe. Ce qui n’était finalement jamais expliqué dans le film modèle, Un Jour Sans Fin. Heureusement, par son aspect jeu vidéo et donc die & retry, Boss Level a quelques atouts dans sa poche. Surtout que l’action est plutôt bonne, avec fusillades, courses poursuites en voitures, combats à l’épée, le tout avec des notes d’humour qui font plutôt mouche. Et si aucune vraie scène d’action ne sort du lot ou ne marquera les esprits, l’ensemble va plutôt vite, puisque tout commence d’entrée de jeu, avec le début de la fameuse journée, le tout raconté par notre personnage, en voix off, qui nous explique ce qu’il se passe, qui est à ses trousses, comment il peut vaincre tel ou tel ennemi, les petits surnoms qu’il leur trouve et j’en passe. Là aussi il est dommage de voir que le film trahit quelque peu son concept. Il nous propose un point de vu unique, celui de Roy qui raconte le film, son ressenti, ses choix, les événements également donc, sauf que le film, parfois, il veut un minimum développer ses personnages secondaires, ce qu’il ne peut pas faire en gardant son point de vu. Du coup, parfois, le film change, nous met des flashbacks, quelques scènes que Roy n’aurait pas pu voir, comme une discussion entre sa femme, jouée par Naomi Watts, et son patron, joué par Mel Gibson.

Les acteurs sont bons d’ailleurs, mais outre le fait que le film trahit alors son concept, ce qui finalement pourrait être considéré comme mineur puisque Boss Level n’est qu’un petit film d’action, c’est qu’il n’y arrive pas vraiment à les développer. Une ou deux scènes par-ci par-là ne va pas donner assez de profondeur à la femme de Roy, ou au grand méchant du métrage, Mel Gibson donc. Dommage. Mais finalement, on peut surtout lui reprocher de commencer sur les chapeaux de roue, de ne pas perdre de temps, pour finalement se retrouver mi-parcours avec quelques longueurs. Rien de dramatique, mais justement, en voulant dramatiser un peu son concept et ses personnages, le film traine un peu la patte. Il ne faut surtout pas en fait chercher trop loin avec Boss Level, et le prendre pour ce qu’il est. Du petit divertissement bien calibré, bien interprété, et bien filmé aussi d’ailleurs, au concept déjà vu mais toujours sympathique, mais qui aurait finalement été bien meilleur s’il était resté dans cette petite simplicité qui le caractérisait au départ. C’était bien finalement de vouloir donner de la profondeur à son univers, mais Boss Level le fait parfois maladroitement (le coup du fils), ou finalement fonce directement dans la caricature, avec son grand méchant. On passe un bon moment, mais il est possible que j’oublie totalement le film d’ici quelques mois.

Les plus

L’action très sympathique
Super casting
Parfois amusant
En soit, un film fun, bourré d’action, plutôt court

Les moins

Des maladresses, facilités et moments trop caricaturaux
Des petites longueurs

En bref : Boss Level, c’est un concept connu avec un gros aspect jeu vidéo, le tout blindé d’action fun avec un casting plus que compétent. C’est parfois bien maladroit, parsemé de pleins de petits défauts, mais la proposition reste attachante.

2 comments

  1. Oui il est quand même bien sympa ce film. Je comprends tes réserves. J’ai eu les mêmes. Puis… je sais pas, j’ai fini par me prendre au « jeu ».

    Et puis finalement le film a connu tellement de galères, que c’est quand même bien qu’il soit sorti, même imparfait.

    Naomi Watts raaaah….

    1. Il est clairement sympa hein. Mais bon, une personne que l’on connait tout les deux me l’avait un peu survendu, et j’en attendais probablement beaucoup trop. Du coup oui, ça reste un bon petit divertissement d’action bien fichu, carré. Puis bon, Frank Grillo dans un bon film, ça c’est cool (non parce que j’ai vu un navet avec Grillo et Willis la semaine dernière, critique bientôt en ligne, mais pfiou, c’était triste pour lui).

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *