Atelier Ryza 2: Lost Legends & The Secret Fairy (2020 – JRPG – Playstation 4)

ATELIER RYZA 2 : LES LÉGENDES OUBLIÉES ET LE SECRET DE LA FÉE

Sortie : 3 Décembre 2020 (Japon), Janvier 2021 (Europe)
Studio : Gust Co Ltd
Editeur : Koei Tecmo
Genre : Alchimie toujours
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : Playstation 4
Existe sur : Playstation 4 et 5, Nintendo Switch, PC

Synopsis : Trois ans après les événements du premier jeu, Ryza vit toujours sur l’île de Kurken où elle travaille comme alchimiste. Son ami Tao, étudiant à la capitale depuis, fait appel à ses talents pour aller explorer des ruines qui auraient un rapport avec l’alchimie. Ça tombe bien puisqu’au même moment, le père de Bos, ami de Ryza, découvre une pierre mystérieuse qu’il confit à Ryza.

Des fois, on se demande bien quand est-ce que certains développeurs se reposent. C’est le cas de Gust, qui livre un épisode minimum par an de sa saga Atelier pour le compte de Koei Tecmo, leur éditeur, jamais bien loin d’une nouvelle technique pour amasser l’argent des joueurs (Koei Tecmo, c’est également la saga Dead or Alive et ces seasons pass à 80 euros). Surtout que Gust, à côté, dans son « temps libre », a livré un très sympathique Blue Reflection, devenu depuis une licence, avec un animé, un jeu mobile mais également une suite en approche sur console, rien que ça. Et Atelier Ryza en 2019, ce fut le plus grand succès de la saga Atelier. Pas de temps à perdre, une suite est mise en chantier. D’habitude, dans la saga Atelier, chaque nouveau jeu place l’héroïne du précédent dans un rôle secondaire, pour nous apprendre en gros les rudiments de l’alchimie. Mais là, pour la première fois, non, une suite directe, Ryza a droit à sa seconde aventures, avec toujours à ses côtés Tao, Klaudia et Lent. Et vu que j’avais beaucoup aimé le premier Atelier Ryza, et que les quelques nouveautés annoncées par ce nouvel opus me faisaient bien envie, pourquoi se refuser ce petit plaisir, ces nombreuses heures en plus à explorer, à ramasser des ingrédients, à faire de l’alchimie, et à combattre moult ennemis faisant 10 fois ma taille ? Oui, dans Atelier Ryza 2, on nous promettait une Ryza plus souple, mais toujours avec de bonnes cuises ! En gros, cette fois-ci, Ryza pourrait carrément nager, plonger sous l’eau, et même escalader certaines surfaces ou se servir d’un grappin pour passer outre certains précipices. Alléchant !

Atelier Ryza 2 reprend trois ans après le premier jeu. Ryza vit toujours à l’île de Kurken, mais heureusement, elle part très rapidement en voyage vers le continent, et la capitale, afin de retrouver Tao, qui lui demande de l’aide. Une nouvelle carte, de nouvelles villes, nouveaux donjons, et donc, de nouveaux terrains de jeux s’ouvrent à nous. Mais pour cela, il faudra être patient. Car si Atelier Ryza 2 est un jeu sur lequel j’aurais passé avec plaisir de nombreuses heures, on ne peut nier qu’il récupère quelques défauts de son ainé, et a droit à quelques nouveaux défauts bien à lui. Rien n’est jamais parfait. Comme dans le premier opus, c’est une introduction sous forme de tutoriel ultra dirigiste qui nous attend en début de partie, et oui, ça pourrait rapidement emmerder certains joueurs. Ça parle, ça parle, on nous présente quelques nouveaux personnages qui vont rejoindre l’aventure, notamment Patricia, étudiante et amie de Tao, on nous présente les différents quartiers de la capitale, la map de manière générale avec ces différents embranchements, on nous place cash les enjeux avec ces cinq donjons à explorer, et on nous présente la mascotte du jeu, à savoir Fi, petite créature dont l’œil éclot assez tôt dans le jeu, et qui va prendre de l’importance, dans l’histoire et dans la manière de nous être raconté aussi d’ailleurs.

Pendant quatre ou cinq bonnes heures, le joueur n’est pas très actif, subissant l’histoire, les interactions, et croulant sous les informations, très nombreuses. Mais dés qu’enfin, on récupère un peu de liberté, il faut avouer que Atelier Ryza fait fort niveau contenu. Entre les quêtes secondaires, les quêtes de personnages, les cinq donjons qu’il faudra explorer, les objets à récolter pour faire de l’alchimie et donc, les différents instruments de récolte qu’il faudra fabriquer soi-même, un arbre de compétences immense… Et ça ne s’arrête pas là, puisque le jeu nous rajoute des quêtes à récupérer dans un café, qui augmenteront notre réputation auprès des différents habitants de la ville (les commerçants, les agriculteurs, les enfants), ce qui va influer sur les prix d’achats et de ventes des différents quartiers. Ah, et on aura toujours dans notre chambre notre brave Puni, qu’il faudra nourrir pour l’envoyer en voyage et qu’il nous ramène des objets, à la fois pour l’alchimie mais aussi pour décorer notre chambre. Oui, du contenu, il y en a, un peu trop même, par moment, on croule sous ce contenu annexe. Ah, je vous ai dis que l’on pouvait également donner des ingrédients et objets à une vendeuse afin d’améliorer la qualité des produits que l’on achète, voir la quantité ? Ouais, il y a de quoi faire, pour ceux qui aiment fouiner et découvrir tout ce que le monde virtuel que l’on met à notre disposition a à proposer. Heureusement, parfois, beaucoup de ce contenu se fait tout naturellement au fur et à mesure de nos sorties, et il arrive que l’on puisse compléter une quête à la seconde où elle arrive pour le joueur qui aura déjà pas mal vadrouillé et récolté.

Preuve dans le fond que le monde d’Atelier Ryza 2 a été plutôt bien conçu. Le moteur graphique semble être le même que celui du premier opus d’ailleurs, et du coup, si l’on adhère au style, c’est un plaisir pour les yeux. Les temps de chargements ne sont pas si grands que ça, l’ensemble est fluide à quelques ralentissements près (qui seront surtout survenus pour ma part en début de partie, après, tout roule). Musicalement, même son de cloche, l’équipe de Gust maîtrise et Atelier Ryza 2 est un doux plaisir pour les oreilles, dans le même ton que le premier jeu. Mais bon, nous sommes dans un jeu de la saga Atelier, et dans un JRPG, donc on sait par avance que le titre ne sera pas forcément une claque technologique, et ce que l’on attend de lui, c’est plus de voir ce que Gust a fait pour innover dans les deux domaines importants, à savoir, les combats et l’alchimie. Au niveau des combats, j’ai envie de dire que c’est du tout bon. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu un système de combat aussi fluide d’ailleurs, c’est vous dire à quel point tout fonctionne. En pseudo tour par tour, l’action n’est jamais en pause, si bien que le joueur devra réagir vite, changer de personnage à la volée, connaître les faiblesses et avantages de ses personnages, ce qui demande forcément un temps d’adaptation, bien que le jeu ne soit pas d’une grande difficulté, exception faite comme souvent du boss post game, extrêmement retord pour le coup, bien plus que dans Atelier Firis ou dans le premier Atelier Ryza, mes deux seules comparaisons possibles. On se retrouve là face à un boss sac à PV ayant énormément de résistances, faisait très très mal lorsqu’il balance son attaque ultime, et qu’il faudra frapper des dizaines et des dizaines de fois pour espérer le faire passer en état de choc.

Mais là est un autre débat, ne concernant que les férus de JRPG qui veulent connaître les moindres secrets de leurs jeux, et les complétionnistes voulant le saint 100%. Car avant ce fameux boss optionnel, le reste n’est pas très difficile, à un ou deux moments près si l’on est mal préparé. On a toujours le choix d’attaquer, de se servir d’objet à condition d’avoir assez de CF, des points qui augment à chaque attaque magique. Et ces attaques magiques, on les fait en utilisant des PA, des points d’attaques que l’on gagne… Oui, en attaquant. Ajoutons à cela toujours des requêtes en plein combat de la part de nos alliés qui peuvent, au choix, nous donner des boost ou leur faire faire une attaque dévastatrice, et le fait qu’une fois le niveau de tactique du combat au niveau 5, on peut lancer NOTRE attaque ultime, et on a là un excellent système de combat, simple à comprendre et à prendre en main, malgré pas mal de subtilités, surtout si l’on ajoute à tout ça une autre attaque dévastrices, que l’on pourra configurer, pourse déclencher par exemple si l’on utilise en même temps trois bombes différentes. Atelier Ryza 2 est accessible, et dans le fond, c’est aussi la force des jeux Atelier. De plus, il est toujours amusant de voir les ennemis plus faibles que nous fuir à notre approche sur la carte. Mais voilà, les combats sont funs et ultra dynamiques. Heureusement d’ailleurs, car ils me paraissent plus nombreux que par le passé. Non pas que l’alchimie soit en arrière plan, loin de là, car encore une fois, pour être bien préparé au combat, il va falloir se mettre à l’alchimie, créer des objets puissants, soit à utiliser sur le terrain, soit pour être certain de se construire des armes et armures bien puissantes.

On retrouve un système assez similaire au premier Atelier Ryza, mais qui a encore une fois été affiné. La possibilité d’utiliser des huiles pour changer la couleur de certains ingrédients et donc de ne pas se retrouver bloqué à certains endroits, mais aussi de récolter des effets et caractères qui se cumulent, voilà qui aide, facilite l’alchimie, et la rend limite encore plus addictive qu’avant. Car oui, n’utiliser que des matériaux de très haute qualité ne va pas seulement monter le niveau de l’objet que l’on veut, mais parfois, si l’on utilise que des objets clés ayant des attributs +5 en attaque, en défense, voir en tout, et bien, on peut se retrouver facilement avec un objet final ayant du +30 dans toutes les catégories, en plus des effets pouvant nous rajouter 10% voir plus. C’est sans doute cette alchimie plus flexible qu’avant qui permet d’ailleurs au jeu d’être relativement facile, même dans les derniers affrontements. Les possibilités sont énormes, et il ne sera au final pas rare de se gratter la tête devant notre chaudron, en se disant qu’il faudrait mieux gagner des gemmes pour pouvoir copier un objet et ainsi créer un métal de meilleure qualité et avec de meilleurs attributs pour ensuite faire l’arme que l’on souhaite. C’est ainsi que sans s’en rendre compte, alors que l’histoire principale n’est pas si longue que ça, que l’on aura passé plus de temps à faire de l’alchimie qu’à se battre ou explorer. De toute façon, on ne va pas mentir, l’histoire a un ton souvent léger, malgré certains thèmes plus graves que le scénario tente d’incorporer au récit, et la présence de Fi n’est pas innocente à ce niveau.

Tout le jeu tourne finalement autour de cette petite bête volonté au cri perçant. FIiiiiiiiiii ! Il va falloir l’aimer, puisqu’à chaque donjon, Fi va se nourrir et prendre des forces. Rien de dramatique donc au niveau de l’intrigue, même si certains moments sont plutôt maladroits. Là où c’est plus dommage par contre, c’est clairement que l’aventure est encore plus dirigiste que dans le premier opus. Pas ou peu d’explorations, le chemin est tout tracé, on s’éloigne rarement des rails voulus par le jeu. Même le fameux boss optionnel dont je vous parlais est d’une facilité assez étrange à trouver, là où le précédent nous donnait 5 boss optionnels et qu’il fallait explorer la carte pour les trouver. Pas ici, très peu d’explorations, ce qui est dommage, puisqu’en effet, Ryza peut maintenant nager, plonger et même grimper aux lianes et certaines roches. Un ajout sympathique certes manette en main mais finalement peu utile puisque le jeu n’en tire pas parti. Dans le même ordre d’idée, il est dommage de voir les personnages les plus intéressants rester en arrière plan, voir ne pas faire parti de notre équipe, pour se coltiner à la place Patricia ou Serri, moins intéressants. Ça ne rend pas le jeu mauvaise, ou l’aventure trop frustrante, on prend clairement du plaisir à faire ce nouveau Atelier, mais ça le rend clairement un peu décevant, et inférieur à son prédécesseur.

Les plus

Retrouver Ryza, Tao et quelques autres
Toujours plutôt joli et fluide techniquement
Les combats, encore plus dynamiques
Un système d’alchimie plus permissif et affuté
Beaucoup de contenu annexe, voir trop parfois
Des thèmes musicaux doux et joyeux

Les moins

Encore un peu longuet à démarrer
Très dirigiste, peu d’exploration finalement
De nouveaux personnages moins intéressants
Quelques rares ralentissements

En bref : Atelier Ryza 2 avait toutes les cartes en main. Si Gust a amélioré les combats et l’alchimie, affinant encore une fois la formule de la saga Atelier, il y a à redire sur le reste, tant c’est encore plus dirigiste qu’avant. Et si le contenu annexe est énorme, une fois le jeu terminé, il n’y a qu’un malheureux boss optionnel. Pas de fins multiples, de nouvelles zones, de défis, rien. Dommage. Mais le jeu reste sympathique pour l’amateur de JRPG, et l’amateur des Atelier.

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *