JUNKRAT TRAIN (狂鼠列车) de Lin ZhenZhao (2021)

JUNKRAT TRAIN

Titre original : Rat Disaster – 狂鼠列车
2021 – Chine
Genre : Suspense animalier
Durée : 1h33
Réalisation : Lin ZhenZhao
Musique : Zhu Yunbian
Scénario : Shuang Hou et Zhang Shangfan

Avec Xia Yi-Yao, Yin Chao-Te, Yongbo Jiang, Cheng Junwen, Zhu Ya, Hu Songshi et Wang Ying

Synopsis : Su Zheng Huai monte à bord d’un train avec sa famille. Mais peu après le départ du train, celui-ci est attaqué par une armée de rat. Son fils est mordu, et pour le sauver ainsi que d’autres passagers, Su Zheng décide de se rendre à l’hôpital de Xiaobaihe pour trouver des médicaments.

Vous aviez aimé Dernier Train pour Busan ? C’est votre droit. Je ne suis pas fan du film, que je trouve malgré tout bien sympathique hein, mais voilà, succès oblige, on le sait, ça va faire des rejetons. L’annonce de l’achat des droits pour un remake US a d’ailleurs été très rapide après le succès du film à l’époque. Mais entre temps, plus rien, si ce n’est une pseudo suite ratée se déroulant dans le même univers, le bien risible Peninsula. Pourquoi je vous parle de Dernier Train pour Busan ? Et bien c’est simple, et ce n’est pas nouveau, mais depuis que la Chine se met à produire en masse des produits pour les plateformes de streaming façon iQiyi, ils se lancent aussi dans des remakes non officiels. Escape of Shark qui était une repompe totale de Bait 3D, Crazy Tsunami qui était leur version de Crawl. Bref, la liste est longue comme ma… comme mon bras. Et Junkrat Train, aussi appelé Rat Disaster, mais en vrai, le film étant produit uniquement pour le marché Chinois, aucun titre anglais n’est véritablement officiel, et bien c’est Dernier Train pour Busan, avec une petite particularité qui transparaît dans le titre anglais : les zombies sont remplacés par des rats. Et bien pourquoi pas. Surtout qu’après inspection, le réalisateur, Lin ZhenZhao n’est pas un inconnu des films fauchés à grand spectacle, ni des films pour les chaines de streaming, puisqu’il a déjà signé Snakes 1 et 2, The Enchanting Phantom et quelques autres métrages à destination du public Chinois. Et son Snakes, et bien, c’était exactement ce que le titre laisse entendre. Un serpent en CGI raté, mais finalement un film d’aventures tout à fait sympathique. Je m’attendais au même programme ici avec ce Junkrat Train, surtout que les différents avis glanés ici et là sont plutôt positifs. Et après lecture de ces avis, je parviens même à les comprendre. Souvent, ils résument d’ailleurs bien les choses, et finalement, mon point de vu.

Car Junkrat Train a bien des défauts, et son principal, on s’en doute, ce sont ces effets spéciaux, ces CGI assez atroces. Beaucoup le disent, si l’on parvient à passer outre, le métrage est tout à fait honnête, plutôt bien réalisé et j’en passe. Le souci, c’est que là où Snakes était un réel film d’aventures avant de mettre son serpent en avant, serpent peu convaincant quand il bougeait et attaquait, mais déjà plus crédible lorsqu’il bougeait lentement, et bien ici, avec des rats, les petites bêtes sont rarement voir jamais immobiles, et ça grouille dans tous les coins, et du coup, jamais les effets spéciaux ne sont convaincants. Et comme le film veut absolument souvent les mettre en avant, pour moi, ça a eu un effet bœuf. Le métrage n’a pas fonctionné pour moi. Lin ZhenZhao tente pourtant, et s’applique même. Il tente des plans séquences, des mouvements de caméras plutôt bien vus et classes, mais rien à faire. Comme pour Dernier Train pour Busan, on a une famille, des passagers qui ne vont pas hésiter à sacrifier les autres pour leur propre survie, une fuite en avant vers les premiers wagons, des arrêts à quelques gares. Par moment, le film tente même d’innover et ne pas être une simple copie du film Coréen, passant une partie de son aventure carrément hors des wagons, dans des rues, infestées de rats, lorsque nos héros principaux tentent de se rendre à un hôpital, pour découvrir que les rats sont partout. On pense au jeu vidéo A Plague Tale dans ses cas là, où fait bien plus amusant, à l’affreux film de zombie World War Z lorsque les rats montent les uns sur les autres pour atteindre le sommet d’un mur, et donc, atteindre nos personnages. Oui, j’ai souri devant cette copie que je n’attendais pas. Mais ça n’a pas suffit à me faire passer outre ces CGI franchement dégueulasses.

La qualité des CGI vient rendre certaines scènes voulant jouer sur l’émotion totalement ratées, et surtout risibles. Je pense à ce moment où le père court sur les rails avec une armée de rats derrière lui, mais que l’on sent bien que c’est approximatif, et qu’en plus, l’acteur court hyper doucement, alors que dans quelques scènes précédentes, on voit bien les rats aller super vite. Même cas de figure quand les rats, nombreux, sont sur des personnages pour les attaquer, ou alors lorsqu’ils sont censés décorer leurs victimes. On a plus l’impression de voir des masses se déplacer au sol avec l’allure d’un serpent, ou sauter maladroitement sur les victimes mais ne clairement pas être physiquement sur les acteurs. Je sais que j’accorde normalement moins d’importance aux effets lorsqu’il s’agît d’une toute petite production, et c’est clairement le cas ici. Nous sommes face à une petite production, mais qui met un peu trop ses défauts en avant. Et c’est dommage, car le réalisateur l’avait prouvé avec Snakes, il n’est pas manchot. Ici aussi d’ailleurs, on peut le dire, la photographie est propre, la mise en scène tente des choses, et une ambiance parvient parfois à se poser, comme lorsque les personnages arrivent dans des rues désertes, ou qu’ils explorent des souterrains. En fait, quand le scénario et le réalisateur se concentrent sur autre chose que les rats, le film parvient alors à offrir de belles choses, ou du moins des choses plus intéressantes et crédibles, car on ne va pas mentir non plus, dans le fond, le scénario, en plus de reprendre la trame de Dernier Train pour Busan et quelques concepts vus ailleurs, il ne nous offre rien de mémorable, avec une famille déconstruite à sauver, des bons sentiments et j’en passe. Bref, je n’étais peut-être pas d’humeur ce jour là, mais pour moi, c’est plus proche d’un Escape of Shark que d’un Crazy Tsunami.

Les plus

Une mise en scène et photographie soignées
Une poignée de scènes réussies
En soit le récit est rythmé

Les moins

Les CGI, vraiment hideux
Et le film appuie beaucoup trop sur ses effets justement
Clichés, emprunts, facilités

En bref : Junkrat Train, ou Rat Disaster, c’est encore un film animalier à destination du streaming Chinois. Mais là où Snakes et Crazy Tsunami avaient des défauts, mais proposaient malgré tout du bon divertissement, du suspense ou de l’aventure, ici, le film se focalise beaucoup trop sur ses rats, et donc, ces CGI foireux, et la pilule passe moins bien pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :