ANGEL TERMINATORS 2 (火種) de Tony Liu et Chan Lau (1993)

ANGEL TERMINATORS 2

Titre Original : 火種
1993 – Hong Kong
Genre : Action
Durée : 1h40
Réalisation : Tony Liu et Chan Lau
Musique : Tang Siu-Lam
Scénario : Lee Ho-Kwan

Avec Sibelle Hu, Moon Lee, Ôshima Yukari, Jason Pai Piao, Lo Lieh, Norman Ng, Miheil Wong, Lee Ho-Kwan, Karel Wong et Sophia Crawford

Synopsis : Sibelle et Bao forment un tandem de policiers extrêmement efficace. La fille de Bao, Bullet, sort de prison mais refuse de lui parler. Elle préfère rejoindre ses amis dont Chitty. Ce petit groupe va alors voler les bijoux d’un jeune boss de triades complètement déjanté, qui décide de se venger.

Tourné en 1990 mais sorti en 1992, le premier Angel Terminators n’a pas remporté le succès espéré lors de sa sortie à Hong Kong. Pourtant, le film a ses fans, et il faut avouer qu’entre son ton noir, quelques scènes bien violentes, la présence de Dick Wei pour un (trop) rapide combat final, ainsi que la présence de quelques fusillades bien violentes comme il faut, le film avait de quoi plaire à l’amateur de Girls With Guns. C’est assez surprenant donc de voir débarquer un an après une suite, enfin, fausse suite puisqu’elle n’en a que le nom. Wai Lit ne rempile pas à la mise en scène, et est remplacé par Tony Liu et Chan Lau. Le second, avant tout acteur, n’a clairement pas une grande carrière comme réalisateur, juste cinq métrages, avec Angel Terminators 2 en dernier, signé juste après un… Erotic Passion. Par contre, Tony Liu, ou Tony Lou Chun-Ku, ou pleins d’autres surnoms, on le connaît bien, puisqu’il est l’un des plus grands représentants du Girls with Guns, avec Killer Angels, Devil Hunters, The Dragon Fighter, Dreaming the Reality, Mission of Justice et j’en passe. Un monsieur fin et délicat qui connaît le genre donc. Mais aux films à la qualité inégale, entre eux, et même au sein même des films. Dreaming the Reality par exemple, par moment, il envoie du lourd… mais mi-parcours, il se traîne un peu en longueur. Au final, le plus fou dans tout ça, c’est de le voir, dés 1991, reprendre Moon Lee en actrice principale, car oui, entre son charisme et ses capacités martiales à l’écran, il y a de quoi vouloir l’embaucher, mais la reprendre dans Dreaming the Reality, Mission of Justice et Angel Terminators 2 après l’accident presque fatal du final de Devil Hunters. Pareil pour Sibelle Hu. Mais je m’égare. Angel Terminators 2 donc, sorti et à présent épuisé chez Spectrum Films, est un digne représentant des Girls With Guns. Assez différent du premier film, beaucoup plus proche des films habituels de Tony Liu, hyper généreux, avec bien évidemment quelques petites longueurs et bavardages pas toujours utiles… mais par moment bien jouissif comme il faut.

En fait, en terme d’action pure et de divertissement musclé, il fait même mieux que le premier film. Il est juste moins appliqué, ce qui en fait, en terme de cinéma, oui, un moins bon film. Mais comment ne pas s’extasier dés le début par ce raid de la police lors d’une prise d’hôtel dans un restaurant, où Sibelle Hu débarque et bute des truands par paquets de 15, car à Hong Kong, on tire, puis après on… ah non, plus possible de poser les quêtions aux morts ! Mais en gros, ça commence fort, quatre premières minutes où ça tire dans tous les sens. Hu est d’ailleurs plus convaincante ici que dans Dreaming the Reality, même si encore une fois, souvent doublée. Puis on enchaîne sur une structure assez classique pour du Tony Liu, avec des personnages qui débutent l’aventure de manière séparée, Sibelle Hu en flic acharnée d’un côté, et de l’autre côté, Ôshima Hikari, autre fidèle représentante du genre, jouant Bullet, sortant de prison, et Moon Lee donc, qui d’entrée de jeu nous fait une petite démonstration de ses talents dans une salle de gym. Oui, une longue fusillade, un combat plus que sympathique, l’introduction des personnages qui pour avoir la classe mettent des lunettes de soleil même lorsque c’est super nuageux à Hong Kong, puis l’introduction de ce qui fera office des méchants de l’intrigue. 12 minutes au compteur. On pourrait craindre un souci que le réalisateur donc ne parvient pas toujours à gérer, à savoir un gros ventre mou avant l’élément déclencheur de l’intrigue. Sauf que pas vraiment. Enfin oui, forcément, le rythme va un peu plus se poser, mais le scénario va tenter de donner un minimum d’épaisseur aux différents personnages, avec Bullet donc qui sort de prison, et dont le père est flic, avec un coup que les filles vont organiser en s’attaquant aux mauvaises personnes. Mieux, le réalisateur va s’appliquer même pour certaines scènes anodines, là où parfois, les dialogues sont filmés de manière simpliste avant la prochaine explosion, comme dans Devil Hunters. Ce dialogue de nuit entre Ôshima Hikari et Moon Lee sur les toits de Hong Kong, éclairés au néon, fonctionne bien par exemple.

Et malgré des combats parfois courts en milieu de film, l’ensemble se fait plutôt fluide et se suit sans soucis, même si comme souvent, l’intrigue autour d’Ôshima et de Moon Lee se suit avec plus de plaisir que l’intrigue policière avec Sibelle Hu. Heureusement, arrivé à la scène du centre commercial, alors qu’il reste encore trente minutes au compteur, Angel Terminators 2 passe la seconde, enchaînant les quelques moments de bravoures. Et ce malgré quelques accélérés lors de combats assez abusifs par moment. La scène du centre commercial contient quelques affrontements forts sympathiques avec les deux actrices, Ôshima aura carrément droit à son moment de bravoure épique peu de temps après, au ralenti s’il vous plait (mieux vaut ça que l’accéléré), et hyper violent, avant un affrontement final d’environ 10 minutes où Sibelle Hu, armée d’un fusil à pompe, fait tout exploser (il faudra me dire quelle genre de cartouches elle utilise pour un tel effet haha), pendant que Moon Lee elle va nous montrer l’étendue de ses talents en enchaînant les combattants, dont une certaine Sophia Crawford, avec qui elle avait déjà tournée par le passé, dans New Kids in Town, Mission of Justice, The Big Deal ou encore Beauty Investigator. Tout un programme donc, et il faut l’avouer, ce long final, il est jouissif et il fait clairement oublier les quelques égarements ou faux pas du film. C’est excessif, ça ne s’arrête pas, ça explose, ça en prend plein la gueule, et martialement, c’est d’un très bon niveau. Que demander de plus ? D’autres films avec Moon Lee en Blu-Ray en France oui !

Les plus

Le casting féminin parfait
L’action explosive
Les quelques moments de bravoure
Des efforts certains niveau personnages

Les moins

Toujours un petit passage à vide
Des clichés ? Evidemment !

En bref : Moins assidu que le premier film sur pas mal de points, Angel Terminators 2 reste pourtant une excellente fausse suite, qui peut compter sur son casting féminin pour nous impressionner avec des séquences explosives assez jouissives.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :