BLOOD-C: THE LAST DARK de Shiotani Naoyoshi


Blood-c the last darkBLOOD-C: THE LAST DARK

Titre original: Blood-C : The Last Dark
2012 – Japon
Genre: Animation
Réalisation : Shiotani Naoyoshi
Musique: Satô Naoki
Scénario : Fujisaku Junichi et Ôkawa Nanase

Avec  les voix de Mizuki Nana, Nojima Kenji, Abe Atsushi, Hashimoto Ai, Fukuyama Jun et Suwabe Junichi

Synopsis : Tokyo, six mois après les évènements de la série animée Blood-C. Saya, l’une des vampires les plus dangereuses de son espèce, qui a subi un lavage de cerveau dans la série, erre dans la ville pour retrouver et surtout se venger de Fumito, auteur de ses malheurs. Elle rencontre un groupe de jeunes activistes cherchant à contrer les plans de la puissante organisation secrète Tower que dirige Fumito, suite à la politique répressive qu’elle instaure dans la mégalopole et ses nombreux méfaits; Elle se joint à eux pour accomplir sa vengeance.

BloodCthelastdark02BloodCthelastdark03BloodCthelastdark05BloodCthelastdark06BloodCthelastdark08BloodCthelastdark16

Bien que déséquilibrée et avec une fin un peu bancale, mais spectaculaire, la série animée Blood-C, énième variation (suite) de Blood the Last Vampire, a du avoir un certain succès, puisqu’un an après sa diffusion, c’est un long métrage à direction des salles de cinéma qui lui fait suite. Il faut dire que la fin était en suspens, et Saya ne demandait qu’à revenir. La même équipe ou presque revient. Les mêmes doubleurs pour les rôles de Saya et de son ennemi, Fumito, le même compositeur, les deux mêmes scénaristes à la base. Par contre, pour le passage en mode long métrage d’animation, changement de réalisateur, et cela s’en ressent parfois, le film affichant, dans ses combats, ses plans, et même son graphisme, beaucoup plus d’ambition. Et en guise de longue scène d’ouverture, le métrage fait en plus plaisir au fan en retournant à la source, en rendant hommage à l’animation Blood The Last Vampire, avec une scène dans un train, dans lequel Saya va devoir affronter un monstre. Utilisant des plans en 3D qui en mettent plein la vue, une réalisation très dynamique, un graphisme un peu plus fin que dans la série et une musique épique, le début fait assurément mouche. D’autant que l’action ne se déroule plus dans un petit village comme dans la série, mais à Tokyo, dans la grande ville, de nuit. Et donc le graphisme peut afficher également plus d’ambitions à ce niveau, avec de grands bâtiments, les lumières de la ville, et des reflets sur les voitures et bâtiments. Ce début nous en met plein la vue, nous plonge dans l’ambiance sombre et gore avec un vrai plaisir, et le film commence bien.

BloodCthelastdark21BloodCthelastdark22BloodCthelastdark26BloodCthelastdark27BloodCthelastdark28BloodCthelastdark32

De nouveaux personnages font alors leur apparition directement après la scène d’ouverture, et le film nous présente ses enjeux. Saya est animée par la vengeance, vengeance envers Fumito qui l’a manipulé dans la série dont le film fait suite. Dans sa quête, elle va être aidée par un groupe d’activistes dont le but est justement  de faire tomber la société de Fumito. Suite directe, on peut pourtant regarder le film sans avoir vu la série, même si dans le fond, ce serait dommage.  Film pour le cinéma, Blood-C : The Last Dark, en plus d’afficher plus d’ambition, une durée cinéma mais également un graphisme un peu plus fin et l’insertion de beaucoup plus de plans en 3D, va également se faire plus ambitieux au niveau des affrontements, face à des monstres parfois gigantesques (le boss de fin), mais va également se permettre de montrer Saya nue dans le bain (information inutile écrite, c’est bon !). Malheureusement, comme pour la série animée, le métrage va parfois faire mouche, et parfois, un peu moins. Le scénario dans un premier temps, va se heurter aux mêmes soucis que la série. Si l’ensemble passe plutôt bien et se veut même cohérent dans son ensemble, on pourra crisser des dents devant certains facilités pour le final, un peu tiré par les cheveux quand on se rappelle bien de tout ce qui précédait. Dommage. Mais l’ensemble ne perdant jamais de temps en explications inutiles, l’ensemble passe bien et on se laisse aller dans tous les cas au spectacle visuel, d’autant plus que certaines scènes sont très prenantes, et je ne parle pas que de la scène d’ouverture.

BloodCthelastdark35BloodCthelastdark38BloodCthelastdark40BloodCthelastdark47BloodCthelastdark49BloodCthelastdark52

Diverses scènes disséminées dans le métrage, que ce soit des scènes d’action (comme la scène dans le lycée) ou intimistes, quand Saya fera la connaissance d’un des membres du groupe et se liera doucement d’amitié avec, fonctionnent parfaitement. Mais à côté de ça, beaucoup de personnages secondaires ne sont pas assez développés et n’ajoutent pas grand-chose au récit malheureusement. Fumito, le grand méchant de l’histoire, est assez en retrait également et ne sera pas développé comme il se doit, restant ainsi plutôt énigmatique. Mais contrairement à la série, le scénario va souvent à l’essentiel, évolue constamment, et ne se permet aucune baisse de rythme ou moment répétitif, ni aucun moment vraiment niais, comme au début de la série. Le final reste donc plutôt facile en terme de scénario, et la fin est toujours ouverte pour un possible retour de Saya, personnage toujours un peu énigmatique mais se révélant un peu plus au fur et à mesure des différents produits estampillés Blood. Il aurait sans doute fallut une durée plus conséquente pour palier à certains défauts comme un final expéditif ou ses personnages secondaires peu développés, mais en soi, Blood-C : The Last Dark remplit son contrat de divertissement, en nous offrant un spectacle esthétique gore fort réussi.

BloodCthelastdark54BloodCthelastdark57BloodCthelastdark500BloodCthelastdark59BloodCthelastdark53BloodCthelastdark62

150

Les plus:

Techniquement très bon

Très bonne ambiance

Retrouver Saya

La scène d’ouverture

Les moins:

Un final expéditif

Quelques personnages peu développés

 

En bref: Blood-C : The Last Dark en met plein la vue. Quelques défauts qu’il partage le plus souvent avec la série dont il fait suite, mais le spectacle est assuré.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s