THE COLONY de Jeff Renfroe (2013)

THE COLONY

Titre original : The Colony
2013 – Canada
Genre : Science Fiction / Horreur
Durée : 1h33
Réalisation : Jeff Renfroe
Musique : Jeff Dana
Scénario : Jeff Renfroe, Svet Rouskov, Patrick Tarr et Pascal Trottier

Avec Kevin Zegers, Laurence Fishburne, Bill Paxton, Charlotte Sullivan, Dru Viergever et Atticus Dean Mitchell

Synopsis : Une nouvelle période glaciaire a rayé de la carte une bonne partie de l’humanité. Les survivants sont cantonnés à vivre dans d’énormes bunkers isolées les unes des autres. Lorsque la colonie 7 ne donne plus aucun signe de vie, Sam et Briggs montent une expédition afin de comprendre pourquoi tout contact a été perdu…

Production Canadienne de seulement 16 millions de dollars, The Colony se présente comme un petit film post apocalyptique glacial, puisqu’il se déroule entièrement sous la neige. Clairement découpé en deux parties très différentes, The Colony nous présente la Terre du futur. La glace est partout, les humains sont peu nombreux et vivent dans des colonies, et le moindre signe de maladie et on vous donner le choix : mourir ou quitter la colonie, au risque de mourir de froid dehors. Ce qui attire le spectateur dés les premiers instants, outre son cadre (car les films sous la neige, c’est beau, mais rare : The Thing, Antarctic Journal), c’est son casting. Laurence Fishburne se retrouve en leader d’une colonie et nous fait oublier sa prestation dans Predators. Il est ici crédible. Et si dans le premier rôle, on trouve Kevin Zegers (L’armée des Morts, Détour Mortel), malheureusement assez sous développé et manquant de vraie présence à l’écran pour s’imposer, on retrouve également ce bon vieux Bill Paxton (Aliens, Predator 2, Twister), bien trop rare à l’écran maintenant et c’est dommage. Il joue ici un maniaque de la gâchette qui aimerait bien avoir un peu plus de pouvoirs dans la colonie. La première partie pose les bases, avec le développement des personnages, la situation initiale, et ça fonctionne très bien. Classique oui, pas parfait (certains effets numériques paraissent moins travaillés que d’autres), mais prenant.

Car le réalisateur, Jeff Renfroe (le film Syfy Sand Serpents, sic !) sait ce qu’il fait, et pose une véritable ambiance. Si bien que l’ensemble devient prenant. Et quand cette belle petite colonie reçoit un message de détresse d’une autre colonie qui ne donne plus de nouvelles depuis, il faut aller sur place pour voir de quoi il retourne, et on pense immédiatement au chef d’œuvre des films en milieu enneigé : The Thing. La différence s’arrête ici, déjà parce que The Colony ne joue pas dans la même cours, mais également parce qu’une fois arrivé sur place, le métrage prend une dimension totalement différente et plus réaliste. Les premiers pas de nos personnages dans la colonie désertée sera un très bon moment, le réalisateur continuant de poser son ambiance. Des couloirs vides, une réalisation correcte, il n’en fallait pas plus pour que le moindre son fasse monter la tension. Ce qui sera le cas, juste avant que le métrage, jusque ici totalement divertissant malgré son côté classique et son manque d’action, ne change radicalement pour entrer dans le film d’horreur simple, la pure série B, au détriment de l’ambiance. Ce que l’on gagne en action, on le perd clairement au niveau du reste. La rupture est sans appel, nette et brutale.

Un peu comme si le réalisateur ne devait pas perdre de temps, il passe d’une partie à l’autre en un éclair, et c’est dommage, puisqu’il désamorce lui même la tension qu’il commençait à instaurer depuis seulement quelques minutes. La seconde partie donc change radicalement la donne en se voulant la plus classique, mais également la plus brutale. L’ambiance, la neige, la tension, tout cela laisse place à l’action, le sang, le gore. Clairement plus marqué par le cinéma de genre, cette partie déçoit sans pour autant être mauvaise. Si elle se veut plus percutante (car un coup de hâche, ça fait mal), elle y perd en intensité, et l’ensemble interpelle moins. Ceci dit, loin d’être déshonorante, cette seconde partie met Bill Paxton sur le devant de la scène et nous offre quelques moments violents réussis et parfois inventifs. Malgré le manque de moyens, l’ensemble tient la route sur toute la ligne, le réalisateur voulant assurément bien faire, sans en faire trop. Il reste sobre la plupart du temps, et cela aide. En bref, The Colony est une bonne surprise. Pas un chef d’œuvre, mais un très honnête divertissement plein de bonnes choses.

Les plus

Une excellente première partie
Laurence Fishburne et Bill Paxton
Bien rythmé

Les moins

Une seconde partie plus classique
Quelques effets numériques perfectibles

En bref : Une première partie basée sur l’ambiance et les personnages, avant une rupture de ton pour aller dans l’horreur et l’action. Pas parfait, mais du bon boulot.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :