CANDYMAN de Bernard Rose


CandymanCANDYMAN

Titre original: Candyman
1992 – Etats Unis
Genre: Fantastique
Réalisation : Bernard Rose
Musique: Philip Glass
Scénario : Bernard Rose d’après Clive Barker

Avec Virginia Madsen, Tony Todd, Xander Berkeley, Kasi Lemmons et Vanessa Williams

Synopsis : Helen Lyle, jeune étudiante, découvre la terrifiante légende urbaine de Candyman: un effroyable tueur qui apparait chaque fois que l’on prononce cinq fois son nom devant un miroir. Son enquête sur le sujet va la conduire irrémédiablement sur un terrain parsemé de meurtres atroces…

Candyman102Candyman104Candyman105Candyman107

Candyman, Candyman, Candyman, Candyman, Candyman ! C’est bon, je suis toujours vivant pour vous parler du film ! Candyman, sorti en 1992, qui vit alors un nouvel icône du cinéma d’horreur naître, icône qui fut malheureusement détruit dés le second métrage de la franchise en 1995. Tiré de la nouvelle de Clive Barker The Forbidden, qu’il avait lui-même adapté en court métrage lors de ces jeunes années, Candyman est réalisé par Bernard Rose. Un réalisateur capable du meilleur (Paperhouse, Candyman) comme du pire (le récent SX Tape). Ici, il maîtrise parfaitement son sujet et découpe clairement son intrigue en deux. La première partie, celle la plus terre à terre (qui a dit la plus réussie ?) nous invite à suivre le chemin d’Helen, une étudiante qui fait un mémoire sur les légendes urbaines. Sujet trop rare dans le monde du cinéma et surtout rarement très bien exploité (la saga Urban Legend hein…). Ici, le traitement est avant tout réaliste. On nous entraine dans les bas fonds de Chicago pour comprendre la légende, son origine, la peur qu’elle provoque chez certaines personnes faibles (ou jeunes), et son utilisation par des personnes mal intentionnées afin de continuer à propager la peur.

Candyman108Candyman109Candyman110Candyman112Candyman113Candyman114

Voir la trop rare Virginia Madsen (Dune, Highlander 2) à l’écran évoluer dans l’envers du décor et approfondir sa thèse en risquant parfois sa vie en allant dans les quartiers chauds est prenant, d’autant plus que Bernard Rose, en plus de maîtriser l’écriture de son sujet, en maîtrise la forme, et est aidé à la fois par Clive Barker, ici producteur exécutif, et par Philip Glass, compositeur d’une musique douce convenant à merveille à l’univers de Candyman. Sa partition, dés les premiers instants et l’apparition du titre, captive le spectateur et le fait rentrer dans cet univers de faux semblants et de légendes urbaines. Et si Helen découvre un mythe et une réalité ignoble dans les pires ghettos de la ville, elle va vite se heurter à la légende même. Rapidement, Candyman vire alors dans le fantastique pur et dur en matérialisant la légende urbaine. À partir de là, Helen perd pied peu à peu, basculant dans un mélange de rêve et de réalité parfois déstabilisant, et Candyman prend forme pour commencer son carnage, et ainsi maintenir la croyance que les humains portent en lui.

Candyman115Candyman116Candyman117Candyman118Candyman119Candyman123

Car, fait intéressant, Candyman a besoin de la croyance des gens pour survivre, un peu à la manière de Freddy Krueger. La différence est que Candyman est un film sérieux de bout en bout, sans aucune note d’humour. Les mises à mort sont brutales et gore, et surviennent sans prévenir (le premier meurtre surprend, puisqu’il signe le basculement d’Helen dans la folie), et Tony Todd (Destination Finale) campe là un Candyman effrayant et surtout imposant, avec sa stature, son long manteau noir et son crochet à la place de la main. Bernard Rose maîtrise chaque aspect de son film, bien que l’on pourra lui trouver quelques faiblesses (notamment dans son alternance rêve/réalité, ou dans son final arrivant très rapidement), et rend crédible, prenant, voir par moment choquant son métrage, puisque le gore comme dit plus haut arrive sans prévenir, ce qui augmente l’impact des scènes. Une réussite du cinéma de genre, rapidement oubliée dés l’arrivée de Candyman 2, qui n’ajoute finalement pas grand-chose, puis surtout de Candyman 3, venant ruiner la saga et y mettre un terme en 1999.

Candyman124Candyman126Candyman127Candyman130Candyman129Candyman131

16

Les plus:

Une première partie réaliste

Un traitement intéressant des légendes urbaines

Tony Todd effrayant

Le score musical de Philip Glass

Les moins:

Par moment, on alterne trop rêve et réalité

 

En bref: Candyman marque l’apparition d’un nouvel icône du cinéma d’horreur. Un film bien plus intelligent qu’il n’y paraît.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s