THE H.K. TRIAD (O記三合會檔案) de Clarence Ford (1999)

THE H.K. TRIAD

Titre original : O記三合會檔案
1999 – Hong Kong
Genre : Policier
Durée : 1h42
Réalisation : Clarence Ford
Musique : EMP
Scénario : Wong Jing

Avec Lau Ching-Wan, Francis Ng, Athena Chu, Diana Pang, Michael Tse, Patrick Tam et Frankie Ng

Synopsis : Ho et Lok sont deux frères pauvres mais ambitieux dans le Hong Kong des années 60. Ils partagent tout, et vont monter dans le monde du crime, Ho devenant chef de la Triade et Lok chef de la police.

Wong Jing, on le connaît surtout pour ses comédies potaches parfois un peu lourdes et ses produits surfant sur la mode actuelle. En 1999, il écrivait et produisait ce H.K. Triad en confiant les rennes à l’honnête artisan Clarence Ford (ou Fok), qui avait déjà réalisé pour lui Naked Killer quelques années plus tôt, et à qui l’on doit également Les Guerriers du Temps (Iceman Cometh) et Special ID récemment. Un très honnête artisan, faisant ce qu’il peut avec le script à sa disposition. Dans le cas qui nous intéresse aujourd’hui, un script de Wong Jing, qui va alterner sans arrêt entre la nostalgie des années 60/70, la violence sèche et barbare du milieu des triades, et des notes d’humour parfois malvenues. Lau Ching-Wan (My Dear Son, Full Alert, Colour of the Truth) et Francis Ng (Infernal Affairs 2) jouent donc deux frères d’armes, qui partagent absolument tout. Les soucis, l’argent, les femmes. Le film nous est raconté par un Ho vieillissant, qui parle de ses expériences dans le milieu des triades devant des policiers. Le film se construit donc sous la forme de flashback.

Les deux acteurs sont parfaits la plupart du temps et donnent vie à leurs personnages, tandis que Clarence Ford nous offre une très honnête reconstitution des années 60. La direction artistique, la musique, les costumes, on se croirait de retour dans ces années là, et l’ensemble se fait crédible et même passionnant. Mais le hic viendra rapidement des changements de tons, qui vont surprendre le spectateur, et, on en a l’impression, les acteurs même. Il ne sera pas rare de passer à des scènes de dragues un peu ringardes et ratées provenant directement du cinéma de Wong Jing à des scènes plus graves, voir carrément glauques et très graphiques. On passe donc, notamment dans la première partie du récit, avec la lente ascension des personnages, du coq à l’âne.

Ces fréquents changements de ton sembleront surprendre parfois les acteurs, en particulier Francis Ng, qui a l’air parfois de se demander comment il doit jouer tel ou tel instant. Rien de bien dramatique cependant, l’acteur restant toutefois fidèle à lui-même et fournissant un très honnête travail, et le film restant divertissant. Le métrage devient d’ailleurs bien plus convaincant dans sa seconde partie, lorsque Ho devient chef de Triade et Lok chef de la police. Le rythme s’accélère, l’humour se fait bien moins présent, le ton devient encore un peu plus sombre, et Clarence Ford semble mieux maîtriser son sujet. Il apporte son savoir faire à l’entreprise de Wong Jing, entre une reconstitution d’époque très stylisée dans la première partie et un ton plus grave et rythmé dans la seconde. Un bon moment.

Les plus

Un film bien divertissant
Francis Ng et Lau Ching-Wan
Des moments bien violents

Les moins

Des touches comiques malvenues
Beaucoup de changements de ton

En bref : Malgré quelques faiblesses et fautes de goût, le métrage se montre rythmé et plutôt intéressant dans le fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :