GUILTY OF ROMANCE de Sono Sion


guiltyofromanceGUILTY OF ROMANCE

Titre original: Koi No Tsumi – 恋の罪
2011 – Japon
Genre : Drame
Réalisation : Sono Sion
Musique : Morinaga Yasuhiro
Scénario : Sono Sion

Avec Kagurazaka Megumi, Togashi Makoto, Mizuno Miki, Kojima Kazuya et Nikaido Satoshi

Synopsis : Izumi est mariée à un célèbre romancier romantique mais leur vie semble n’être qu’une simple répétition sans romance. Un jour, elle décide de suivre ses désirs et accepte de poser nue et de mimer une relation sexuelle devant la caméra. Bientôt, elle rencontre un mentor et commence à vendre son corps à des étrangers, mais chez elle, elle reste la femme qu’elle est censée être. Un jour, le corps d’une personne assassinée est retrouvé dans le quartier des « love hôtels ». La police essaie de comprendre ce qui s’est passé.

GuiltyofRomance02GuiltyofRomance03GuiltyofRomance05GuiltyofRomance08

Alors qu’au début des années 2000, Sono Sion était encore inconnu de beaucoup et ces œuvres s’exportaient encore difficilement (Strange Circus, Hazard et Exte sont toujours inédits en France), sa carrière s’emballa peu de temps après le tournage de son chef d’œuvre, Love Exposure. Les projets s’enchaînèrent les uns après les autres, avec souvent des sorties française (pour Guilty of Romance, The Land of Hope, Why Don’t You Play in Hell ?). Si certaines de ces œuvres restent inédites (Himizu par exemple), le réalisateur a enfin un public, une reconnaissance. En 2011, juste après avoir livré le culte Cold Fish pour le compte de la société Sushi Typhoon, il se lance dans le projet Guilty of Romance. Un film nous dépeignant le portrait de trois femmes bien différentes. Du moins dans sa version intégrale, puisqu’en dehors du Japon, ce sera une version écourtée d’une demi-heure qui arriva, mettant carrément un des personnages de côté, celui de l’inspectrice jouée par Mizuno Miki (Hard Revenge Milly). Quel dommage de voir cette actrice pleine de talent reléguée au rang d’apparition lors de la scène d’ouverture et de la scène finale du montage international du film. Surtout que l’introduction du métrage nous lance sur une gigantesque fausse piste, avec la découverte macabre dans un lieu désaffecté d’un corps humain, dont les différents morceaux sont attachés à des mannequins.

GuiltyofRomance10GuiltyofRomance11GuiltyofRomance13GuiltyofRomance14

Glauque, surréaliste, mais passé cette scène, nous faisant penser à un thriller glauque, le métrage part dans une direction différente pour nous faire le portrait très différent de différentes femmes. Trois femmes (disons deux donc pour la version courte) différentes dans leur caractère, dans la place qu’elles ont dans la société, et bien entendu, dans leur sexualité. Mizuno Miki, éclipsée donc, est une femme policière, moderne, investie dans son travail, sérieuse à tout point de vue. Togashi Makoto joue elle une femme travaillant dans le milieu universitaire, très cultivée, mais également très ouverte, sexuellement, dans sa façon d’être avec le monde qui l’entoure, et n’ayant aucunement honte de ce qu’elle est. Et dans le premier rôle, Sono Sion reprend Kagurazaka Megumi (sa femme dans la vraie vie), qu’il utilisait déjà dans Cold Fish l’année précédente. En début de métrage, elle semble d’ailleurs en quelque sorte reprendre le même type de rôle que dans Cold Fish : une femme au foyer, limite soumise à son mari et son bonheur, et aucunement épanouie à aucun niveaux. Mais au fur et à mesure de ses rencontres et de ses errances, la jeune femme va se trouver, s’épanouir, découvrir le sexe, la folie.

GuiltyofRomance15GuiltyofRomance16GuiltyofRomance20GuiltyofRomance21

De quoi permettre à Sono Sion de nous livrer son classique mix de genre, de ton, de rythme, de thèmes, en passant par l’érotisme, le gore, l’humour grotesque, opposant la vie quotidienne de jour, filmée en lumière naturelle, avec des tons blancs permanents, aux errances nocturnes aux couleurs beaucoup plus chaudes, ténébreuses, colorées. Le fond n’est pas inintéressant, loin de là, et Sono Sion parvient à nous passionner en parlant avant tout du plaisir féminin, et de l’épanouissement de la femme, parfois avec subtilité, parfois beaucoup moins, défonçant les préjugés et autres à grand coup de marteau. Néanmoins, par moment, le réalisateur se perd quelque peu dans son récit, livrant quelques moments moins inspirés, et un final un peu poussif et débarquant quelque peu artificiellement dans sa version courte. L’ensemble se fait bien entendu d’un très bon niveau et comblera les amateurs du réalisateur, mais voir la version courte équivaut à manquer une grande partie du film, reliant le reste avec beaucoup plus de logique.

GuiltyofRomance23GuiltyofRomance25GuiltyofRomance26GuiltyofRomance27

14

Les plus:

Trois portraits de femmes

Très bien filmé

Des scènes dérangeantes

Les moins:

La version internationale

 

En bref: Sono Sion ne signe pas son meilleur film, loin de là, mais livre une réflexion importante sur la femme, sa sexualité et sa place dans la société. Dommage pour les coupes de la version internationale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s