THE SHRINE de Jon Knautz


The ShrineTHE SHRINE

Titre original : The Shrine
2010 – Canada
Genre : Fantastique
Réalisation : Jon Knautz
Musique : Ryan Shore
Scénario : Jon Knautz et Brendan Moore
Avec Aaron Ashmore, Cindy Sampson, Meghan Heffern, Trevor Matthews, Connor Stanhope et Laura DeCarteret

Synopsis : Carmen, une journaliste, a bien du mal à voir sa carrière décoller. Son patron refuse de la laisser traiter d’un article sur des disparitions étranges en Europe de l’Est. Elle part sans autorisation avec une collègue et son copain Marcus, un photographe, dans le village polonais d’Alvania. Sur place, ils découvrent que la forêt entourant le village contient une brume étrange qui ne semble jamais se déplacer…

Shrine01Shrine02Shrine05Shrine08

Petit film d’horreur Canadien comme il en sort tant (bon même s’il reste inédit en France), The Shrine a été tourné pour seulement 1,5 millions par le réalisateur de Jack Brooks : Monster Slayer, Jon Knautz. Au casting, Aaron Ashmore, surtout connu pour un paquet de série TV, à ne pas confondre avec son frère jumeau, bien connu des amateurs du genre, puisque tenant un rôle dans la saga X-Men depuis le premier opus, et étant apparu dans pas mal de huit clos horrifiques comme Les Ruines, Frozen ou encore Mother’s Day. Mais cette fois-ci, c’est son frère qui s’y met donc. The Shrine nous propose, malgré un tournage au Canada, de nous emmener dans un petit village de Pologne où de nombreuses personnes auraient disparue. Sur le papier, classique tout ça se dit le spectateur, et malgré quelques jumpscares inutiles pour bien nous faire comprendre que l’on regarde un film de genre, on se prend au jeu en suivant ces personnages. Car il faut avouer que si tout n’est pas parfait, loin de là (on y reviendra), The Shrine a quelques atouts pour lui, notamment une réalisation plutôt léchée ménageant un bon rythme, et un mystère épais (autant que le brouillard) qui fonctionne vraiment bien. Nos trois reporters en herbe se retrouvent donc dans un coin paumé et rural, ce qui est toujours dépaysant pour le public, et se rendent rapidement compte que la forêt entourant le village contient une brume pas vraiment naturelle.

Shrine10Shrine11Shrine12Shrine16

Statique même s’il y a du vent, très épaisse, cette brume étrange (et numérique, il ne faut pas se leurrer, mais ça fonctionne) a de quoi attirer. Surtout quand les personnages s’y aventurent, et y trouvent une étrange statue. Ancienne divinité, culte satanique ou autre ? La réponse viendra bien plus tard, mais ce qui est sûr, c’est que les habitants du coin ne supportent pas de voir ces étrangers fouiller dans leurs affaires. La première partie, malgré quelques interrogations, s’avèrent plutôt classique, et on pourra dire que l’on navigue quelque peu dans le survival, le tout allié à quelques cultes qui ne sont pas sans rappeler Le Masque du Démon du grand Mario Bava. L’hommage est d’ailleurs fort sympathique à l’écran, et nous donne quelques scènes plutôt tendue, même si on ne comprend pas encore exactement tous les enjeux du métrage. Mais ce que The Shrine propose jusqu’à présent, il le fait bien.

Shrine18Shrine19Shrine20Shrine23

Le film parvient même à être très prenant et surtout suffisamment bien emballé pour dépasser son statut de simple série B. La majeure partie du temps, puisque lorsque les révélations arrivent, on navigue alors entre les bonnes idées et les beaucoup moins bonnes. Car sans être d’une originalité débordante, le fond de l’histoire s’avère intéressant et pavé de très bonnes intentions. On se prend au jeu et la mythologie autour de cette histoire fonctionne bien, entre croyance, cultes et autre. Mais lorsque le jeu brûle ses dernières cartouches pour son final, sa mise en image laisse alors place à la facilité et à l’hommage facile mais pas forcément réussi. Le film redescend alors à son statut de simple série B, certes fort divertissante, rythmée, et parsemée de quelques moments chocs, mais c’est tout. J’ai bien envie de dire que la plupart des métrages s’aventurant sur le même terrain (mais je ne spoilerais pas le fin mot de l’histoire) se plante lorsqu’il faut devenir plus démonstratif malheureusement, et The Shrine ne fait pas exception, même s’il est généreux de bout en bout. Reste une série B solide la plupart du temps, et hautement divertissante.

Shrine24Shrine25Shrine26Shrine27

13

Les plus:

Rythmé

Bien emballé la plupart du temps

Une première heure solide

Les moins:

Un final moins subtil et moins réussi

 

En bref : Malgré son final qui contient les mêmes défauts que toutes les productions s’aventurant sur ce terrain, The Shrine est une série B rythmée et prenante la plupart du temps, avec une ambiance plutôt réussie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s