THE DARKEST DAWN de Drew Casson


THE DARKEST DAWN

Titre original : The Darkest Dawn
2016 – Angleterre
Genre : Found Footage
Réalisation : Drew Casson
Musique : –
Scénario : Drew Casson et Jess Cleverly
Avec Bethan Mary Leadley, Cherry Wallis, Stuart Ashen, Drew Casson et Tom Scarlett

Synopsis : Pour son 16ème anniversaire, la famille de Chloe Murdock lui offre une caméra. Ça tombe bien, elle veut être réalisatrice et va pouvoir s’entraîner puisque peu après débute une invasion extra-terrestre en Angleterre. Chloe et sa sœur Sam vont tenter de survivre en s’alliant à un petit groupe de survivants.

The Darkest Dawn est une petite production Anglaise, ne bénéficiant pas d’un max d’argent et faisant donc le choix oh combien original du found footage, avec un jeune réalisateur aux commandes, qui aura débarqué directement en VOD. Plus étonnant, Bethan Mary Leadley, l’actrice principale, n’est de base pas franchement une actrice, mais est plutôt connue sur… Youtube, où elle chante, fait des vlogs et tout ça. Pourquoi pas après tout. Des choix qui me rendait au final plutôt curieux. Actrice youtube, invasion alien, production anglaise, mais found footage. Maintenant, si The Darkest Dawn fait moins pire que certaines autres productions du genre, il n’est pas parfait pour autant, et tombe même parfois dans un piège qu’il essaye pourtant d’éviter à chaque instant, à savoir, ne pas nous ennuyer tout en expliquant les choses pour donner un côté logique à son histoire, et à la façon choisie pour la raconter, à savoir donc, le found footage. The Darkest Dawn nous place à travers les yeux de Chloe, ou plutôt de sa caméra. Cette jeune anglaise de 16 ans rêve de devenir cinéaste, et son cadeau d’anniversaire est donc une caméra. Le métrage place dés le départ ses enjeux et sa logique. La caméra marche à l’énergie solaire, expliquant qu’elle fonctionne toujours des semaines après le début du film, Chloe veut être réalisatrice donc il est normal qu’elle filme beaucoup, et elle veut surtout montrer à sa mère qu’elle peut devenir forte, et filme donc son évolution psychologique.

Et c’est étonnant de voir le film tenter de se justifier autant, sachant que pour le reste, il essaye justement d’éviter de trop en dire, faisant ainsi de plutôt bons choix. Mais quand il veut se justifier, The Darkest Dawn se plante presque, puisque l’on sent que l’effet est forcé juste pour éviter de se faire taper sur les doigts. Le métrage donc suit le parcours de Chloe qui tente de survivre en pleine invasion extra-terrestre. Et le tout démarre vite, le film ne s’attardant pas sur des détails inutiles pour gonfler sa durée, ce qui est fort appréciable. 5 minutes à peine après le début et voilà que l’apocalypse débarque sur l’Angleterre, que la famille est séparée, que des morts sont là, et que l’Angleterre est en ruine. Mieux, malgré la caméra qui tremble forcément, l’ensemble bénéficie de bons effets spéciaux. Mais ça c’est au début, car si j’ai apprécié les 15 premières minutes, qui se font rythmées, plutôt intéressantes, et surtout partent dans un genre peu exploité par le found footage (oui, la science fiction donc), la suite part tout simplement dans ce bon vieux cahier de charge peu passionnant.

Oui, les personnages parlent devant la caméra, rencontrent des survivants, avancent dans des forêts, rencontrent d’autres personnages, des groupes gentils, d’autres beaucoup moins, et le film plonge la tête la première dans la routine du genre. Et l’ennuie débarque lui aussi par la même occasion. En réalité, il faudra ensuite attendre les 10 dernières minutes pour que le film se réveille enfin et nous en donne pour notre argent. Du coup, malgré ses une heure et seize petites minutes au compteur, The Darkest Dawn laisse une impression très mitigée, incontestablement meilleur que pas mal d’autres métrages du genre, mais ne parvenant jamais dans son traitement à faire mieux au final. Il sait délivrer quelques bons moments, notamment dans son ouverture et son final, et se plante le reste du temps en ne déviant jamais de sa trop sage ligne de conduite. Dommage.

Les plus

L’ouverture sympathique
Ça se bouge à la fin

Les moins

Beaucoup d’éléments classiques du found footage
Scénario classique et ennuyeux au milieu

 
En bref : The Darkest Dawn avait quelques bonnes cartes en main. Mais au final, il ne reste qu’un found footage de plus, très classique passé son ouverture et son final.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s