TUER N’EST PAS JOUER de John Glen


TUER N’EST PAS JOUER

Titre original : The Living Daylights
1987 – Angleterre
Genre : Action
Réalisation : John Glen
Musique : John Barry
Scénario : Richard Maibaum et Michael G. Wilson
Avec Timothy Dalton, Maryam D’Abo, Jeroen Krabbé, Joe Don Baker, John Rhys-Davies, Art Malik, Desmond Llewelyn, Robert Brown et Caroline Bliss

Synopsis : Bond est chargé de chaperonner une mission d’exfiltrage du général russe Koskov à l’Ouest. Celui-ci apprend alors aux services secrets britanniques que l’opération Smiert Spionom (« Mort aux espions ») aurait été déclenchée par un autre général, le général Pushkin, qui tente de prendre le pouvoir. L’unique solution serait d’assassiner ce général soviétique, lors de l’un de ses voyages à Tanger. James Bond est chargé de cette mission.

L’ère Roger Moore est enfin terminée, place à un nouvel acteur et surtout à une nouvelle direction pour la saga. Timothy Dalton, qui avait été pressenti à l’époque pour le rôle lors de la mise en chantier de Au Service Secret de sa Majesté (mais qui avait refusé, se sentant trop jeune) récupère le rôle, et John Glen reste à la mise en scène. Et autant dire que si ces trois métrages précédents tentaient doucement d’être un peu plus violents, un cap est franchit ici. Avec Dalton à bord, James Bond peut devenir sombre, noir, plus violent. Et bordel, ça fait du bien ! Dès la scène d’ouverture où trois agents s’entraînent et sont finalement victimes d’un tueur avant que 007 ne l’élimine, on est dans le bain. Moins d’humour voir quasi pas, de l’action efficace, des morts nombreuses, et surtout une intrigue qui revient un peu aux fondements de la saga. Ainsi, pas de gros psychopathe (enfin quand même un peu) mégalo qui souhaite détruire le monde juste pour ses envies personnelles, pas de moments qui semblent issus d’un comic book, place à un vrai film d’espionnage avec des enjeux clairs et réalistes et surtout une intrigue simple qui s’encre dans la réalité actuelle. Ainsi, James Bond doit exfiltrer un général Russe, et se voit donner pour mission d’éliminer le général Pushkin (John Rhys-Davies). Mais James Bond n’en fait qu’à sa tête et devine très rapidement que l’ensemble n’est qu’une grosse manipulation, et va donc aller un peu à l’encontre de ses ordres pour découvrir la vérité, en pourchassant tout d’abord une violoniste Russe (Maryam D’Abo), puis en découvrant qui se cache derrière cette histoire.

Je vais faire simple, Tuer n’est pas Jouer, en plus d’être un très bon opus de la saga, est un très bon film. Certes, les fans de James Bond au cinéma pourront crier face au manque d’humour du métrage et du personnage, mais on se retrouve là devant un vrai film d’espionnage, avec son lot de rebondissements, de manipulations, de faux semblants. James Bond se retrouve au sein d’un complot avec à sa tête un trafiquant d’armes (Joe Don Baker, qui reviendra dans un rôle différent sur Goldeneye et Demain ne Meurt Jamais). Tuer n’est pas Jouer se fait ultra efficace, plus moderne à tous les niveaux, toujours plus impressionnant, mais sait aussi installer un bon suspense et développer une intrigue bien construite. Et un tel sérieux, cela manquait à la saga depuis pas mal de temps. Même le score musical de John Barry, son dernier pour la saga d’ailleurs, est sans conteste à mes yeux son meilleur travail sur la saga, plus moderne sans jamais renier le passé. Bref, Tuer n’est pas Jouer ne joue clairement pas dans la même cours que les précédents opus, et en optant pour le climat de la guerre froide, de l’opposition de l’Est avec l’Ouest, il parvient même à avoir une ambiance assez froide qui n’est pas sans rappeler le beaucoup plus vieux Bons Baisers de Russie. La force du métrage, si elle réside dans le nouveau visage de Bond, dans son histoire et son efficacité générale, ne parvient pas à éviter quelques défauts. Ainsi, passé les grands rouages de l’histoire et les personnages importants, le métrage semble accorder moins d’importance aux personnages secondaires.

Caroline Bliss fait par exemple une fort charmante Moneypenny, qui n’apparaîtra que dans les deux films de Dalton, mais son rôle est très secondaire et on l’oublie vite. Pareil pour M, joué par Robert Brown pour la troisième fois, qui ne marque jamais les esprits, contrairement à Bernard Lee auparavant, ou à Judi Dench par la suite. En ce qui concerne Maryam D’Abo dans le rôle de la James Bond Girl, si elle reste convaincante, il est parfois dommage de la voir être simplement la fille qu’il faudra souvent sauver, et qui manque un peu de personnalité dans le fond. Mais ce ne sont que des petits détails, car autant dans son intrigue fouillée et bien écrite que dans ses scènes d’action qui savent faire plaisir (la très sympathique course poursuite en voiture), l’ensemble tient la route et fait plaisir au fan. Quand au final, John Glen se lâche totalement dans l’action, met le paquet, et nous offre même un combat plutôt monumental dans un avion entre James et le fameux homme de main. Comme quoi, ce sont souvent les hommes de main qui se tapent les moments d’anthologie dans les meilleurs James Bond (Oddjob dans Goldfinger). Tuer n’est pas Jouer rentre du coup immédiatement dans mon top de mes James Bond préférés, et ce n’est pas rien.

Les plus

Timothy Dalton en James Bond
Un film plus noir, sombre, violent
Une vraie intrigue d’espionnage
De très bonnes scènes d’action

Les moins

Quelques personnages secondaires peu exploités

 

En bref : Pour la première aventure de Timothy Dalton, James Bond frappe fort. Plus sérieux, plus noir, mieux construit et écrit, plus réaliste, un excellent opus, et ça fait du bien.

4 commentaires

  1. Je me demande si je l’ai vu celui-là. Il doit entrer dans ma période floue avec James Bond. J’avais pris mes distances avec les Bond Dalton et Brosnan, autant par méfiance que par principe. Mais ton papier élogieux m’invite à un rapprochement d’urgence. Je le mets sur ma liste.

    1. Ah, ce sont justement mes préférés les Dalton ! Je te conseille les deux par lui, et avec Brosnan Goldeneye est très bon (les autres non).

      1. J’aime pas trop « GoldenEye », malgré la réalisation de Campbell qui reste assez enlevée. J’imagine qu’on en reparle bientôt 😉

      2. Ah oui, on en reparlera à ce moment là. J’aime beaucoup Goldeneye. C’est pas parfait, mais l’humour est léger, l’intrigue j’aime bien, puis Sean Bean meurt deux fois, c’est génial ça (non là je déconne, c’est pour la blague). Pour moi, de Tuer n’est pas Jouer à Goldeneye, ce sont trois de mes Bond préférés.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s