MEURS UN AUTRE JOUR de Lee Tamahori


MEURS UN AUTRE JOUR

Titre original : Die Another Day
2002 – Angleterre / Etats Unis
Genre : Action
Réalisation : Lee Tamahori
Musique : David Arnold
Scénario : Neal Purvis et Robert Wade
Avec Pierce Brosnan, Halle Berry, Toby Stephens, Rosamund Pike, Rick Yune, Judi Dench, John Cleese, Michael Madsen et Will Yun Lee

Synopsis : James Bond tue un colonel nord-coréen qui menaçait la paix entre les deux Corées. Il est emprisonné et torturé puis relâché en échange de Zao, un terroriste. Il va enquêter sur les liens entre Zao et Gustav Graves, un mystérieux milliardaire.

Meurs un Autre Jour, dernier opus de l’ère Pierce Brosnan, je l’avais à l’époque vu assez tardivement, lorsqu’un ami m’avait prêté le dvd. Et la vision de la chose fut difficile, un peu comme si c’était moi que les Coréens capturaient au début du film pour me torturer… C’est bien simple, chaque période de la saga a un peu sa bête noire. Connery avait Les Diamants sont Éternels, Roger Moore avait Moonraker, et bien ce pauvre Pierce Brosnan, il se récupère Meurs un Autre Jour (Craig aura Quantum of Solace). Il est très dur d’écrire une critique de Meurs un Autre Jour, tant le film semble toujours tout faire pour qu’on lui crache à la gueule. La plus grosse erreur, ce fut sans doute de prendre Lee Tamahori comme réalisateur. Le mec qui avait fait un film qui avait impressionné des années avant (L’âme des Guerriers, en 1994), puis qui après avoir fait de James Bond un film bourré de CGI dégueulasses, a décidé qu’il ferait de Ice Cube un super agent secret (XXX 2) puis un gros film d’action avec la star déchue Nicolas Cage. Mais tout mettre sur le dos de ce pauvre réalisateur au mauvais goût certain est réducteur, car il n’est pas le seul coupable. Pour les 40 ans de James Bond, la production a eu 3 ans au lieu des 2 années de développement des précédents films, et au lieu de soigner tout ça, ils ont préférés écrire nawak et jouer sur l’hommage appuyé tout le long. Le scénario est une catastrophe évidente. Je ne vais pas me faire des amis, mais Meurs un Autre Jour, c’est un peu le Batman & Robin de la licence. Totalement même parfois. Et pourtant, comme toujours avec la saga, ça commence bien. Si on ferme les yeux sur quelques défauts bien voyants.

La scène pré-générique en Corée, à l’exception de fonds verts hideux qui feraient rougir Goldeneye pourtant datant de 7 ans auparavant, envoi du pâté. Explosions dans tous les sens, fusillades, poursuites en aéroglisseurs, champ de mines, cascades (sur fond vert aaaaah), ça envoie du lourd. Puis notre pauvre Bond est capturé par l’ennemi, torturé durant des mois sur un générique que je n’aime pas du tout (j’aime bien Madonna, mais mettre une chanson de Madonna avec voix déformée sur le premier générique de la saga qui compte raconter les sévices de James via ce générique, ça passe moyen), est libéré, puis désavoué par le MI6 (encore ?) et va tout faire pour accomplir sa mission en solo, trouver le traitre qui l’aura fait capturer, tuer les méchants, voilà voilà. Dés le départ, on note plusieurs idées sympathiques ici. Un James torturé, désavoué, qui va agir seul et qui… non en fait non ça ne changera rien au film, on le verra seul pendant quelques minutes (45 minutes de film), avant que le MI6 lui dise « hey t’es utile en fait reviens » et voilà, fin, ça n’amène que dalle, aucun élément d’histoire, aucune surprise, aucun développement de personnages. Fidèle à la saga, James va voyager, de la Corée à Cuba, en passant par Londres, tout ça tout ça. On aura les Bond Girls, avec deux filles, une que j’apprécie beaucoup (Rosamund Pike, malgré l’écriture désastreuse du personnage), et une beaucoup moins (Halle Berry, et son absence d’écriture). Deux personnages que l’on résumera à « bonjour, on m’annonce qu’il y a un traite, je suis nouvelle au MI6, mais promis c’est pas moi » et « bonjour, je sors de l’eau, on baise ? ».

Le film pourrait se rattraper avec son histoire, ses méchants ou encore ses scènes d’action. Sauf que Meurs un Autre Jour, c’est le film over the top par excellence qui part dans le nanar complet et semble ne même pas en avoir honte. Maintenant, même Pierce Brosnan se marre totalement en interview en repensant aux scènes WTF du film, et même les producteurs s’excusent du surplus de gadgets et tout du film. Du coup moi je commence à cracher mon venin sur quel élément ? Bon passons rapidement sur l’histoire alors. C’est débile. En gros, un méchant Coréen qui fait de la chirurgie et se retrouve avec la tête d’un anglais roux ! Ouais, véridique. Et pour prouver qu’il est méchant, il termine le film dans une tenue ridicule que Mr Freeze de Batman & Robin n’aurait pas renié ! En plus de la chirurgie ridicule, heureusement un brave docteur nous explique tout… Dans Meurs un Autre Jour, t’inquiètes pas, on te fait une opération qui te retirer ton ADN et ta moelle épinière et on te les remplace par l’ADN d’un porteur saint…. SCÉNARISTES, ÇA N’A PAS DE SENS, SAVEZ-VOUS COMMENT FONCTIONNE LE CORPS HUMAIN ET L’ADN ??? Personnages, histoire, rien n’a de sens, tout se tire en couille, et tout est fait avec le plus grand sérieux du monde, si bien que Meurs un Autre Jour fait rire, jaune, tout le temps. Un pur nanar. Histoire ratée, personnages ratés, bon il y a l’action au moins vous me direz ? Oubliez les cascades impressionnantes de la saga, place à la technologie et aux CGI.

James Bond aura une putain de voiture invisible, va se faire des poursuites dans des palais de glace, se faire poursuivre par un rayon lumineux qui brûle tout et fera du surf sur un tsunami. Je ne sais pas la drogue qu’ils prenaient les scénaristes, mais ça devait être de la bonne ! Du coup, l’action, ben c’est improbable, débile, jamais impressionnant, over the top et numérique. La course poursuite en voiture reste sympathique bien que oubliable et over the top total. Oui, rien de fameux, et pourtant, il y a encore pleins de moments qui ne vont pas dans le film et qui me reviennent. La scène des lasers, hommage à Goldfinger, où le réalisateur a du se dire « pour faire mieux, mettons pleins de lasers, et qui bougent », le fait que dans ma tête, mettre des portes électroniques dans un palais de glace, ça n’a pas de sens (le concept électricité + glace, mon cerveau ne peut l’accepter). Et puis la mise en scène est souvent dégueulasse. Quand au sein d’un même plan, le film se fait plaisir avec un accéléré abusif puis un ralenti totalement dégueulasse et qui n’a aucun sens, ça me choque moi. Sans oublier les fautes de goût, les hommages beaucoup trop appuyés aux anciens films de la saga, Michael Madsen qui ne sert à rien, et ce putain de satellite censé éclairer et qui me fait plus penser à une hausse de la luminosité de la scène lors de l’étalonnage donnant un côté gerbant à l’image. Alors je sais que le fan va me crier dans l’oreille que James Bond n’a jamais été réaliste blablabla, et c’est vrai, on a bien eu l’ère Roger Moore et Moonraker pour le prouver, mais il y a des limites à ne pas franchir.

Bon, après avoir bien craché mon venin sur ce film involontairement très drôle mais très mauvais, que rajouter ? Que c’est sans doute un des pires de la saga, et que oh surprise, un reboot (ou préquelle, ou les deux) vint juste après, à la manière de Batman Begins après Batman & Robin (je vous le dis, le rapprochement est flagrant). Non, je ne peux pas arrêter avant d’avoir parlé de Moneypenny ! Déjà que je trouve l’actrice moins convaincante dans les 4 films de Brosnan, Meurs un Autre Jour va plus loin, offrant à Moneypenny une scène finale discutable, inutile, et débile. Meurs un Autre Jour est clairement une anomalie (ils ont du remplacer l’ADN du film aussi tiens), un mauvais James Bond, un mauvais film. J’avais eu du mal à le voir la première fois (j’avais du arrêter avant la fin et je l’avais terminé un autre jour), et je me suis ennuyé à certains moments lors de cette nouvelle vision (tout le passage à Cuba), je n’aime toujours pas la Bond Girl de Halle Berry, et puis c’est nul en fait c’est tout.

Les plus

Rosamund Pike
Quel gros nanar

Les moins

Un mauvais film
Les CGI dégueulasses
Les scènes d’action over the top
La Bond Girl de Halle Berry
Mais ce scénario ridicule quoi !

 

En bref : Pour les 40 ans de la franchise, James Bond revient dans une bouillie numérique indigeste, mal écrite, mal filmée. Peu de bonnes choses à en retenir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s