CRITTERS ATTACK de Bobby Miller


CRITTERS ATTACK

Titre original : Critters Attack
2019 – Etats Unis
Genre : Horreur
Réalisation : Bobby Miller
Musique : Russ Howard III
Scénario : Scott Lobdell
Avec Tashiana Washington, Dee Wallace, Jaeden Noel, Jack Fulton, Ava Preston et Leon Clingman

Synopsis : Alors qu’elle garde 2 enfants en compagnie de son frère Phillip, Drea découvre une horde de petites créatures extra-terrestres avec un désir apparemment insatiable de vouloir dévorer les humains. Ensemble, ils devront tenter de se faufiler un chemin au téléphone satellite de la mère des enfants sous surveillance pour contacter la police de l’état afin de se faire sauver. Lors de leur aventure, ils rencontrent aussi une créature semblable aux féroces bestioles, mais avec des motifs moins sinistres, qui leur vient même en aide face à sa propre race destructrice.

Ah les Critters ! Les quatre premiers opus de la saga font clairement parti de ma jeunesse, malgré une qualité descendante dés le troisième opus, tourné en même temps que le quatrième opus pour le marché de la vidéo. Mais passé ces deux DTV en 1991, le silence absolu, les Critters étaient morts. Plus de Critters, plus de Charlie, plus de chasseurs de prime de l’espace. Seul un court métrage de fans vint faire plaisir aux fans en se disant qu’un jour peut-être, ils reviendront. Et c’est en 2019 que les boules de poil reviennent. D’abord avec une série, Critters : A New Binge, qui aura plus que divisé. Forcément, même si la saga a beaucoup d’humour, confier une série sur les Critters au réalisateur de Zombeavers, c’était à prévoir. Apparemment, en plus d’avoir un budget risible et des CGI honteux, ça allait beaucoup trop loin niveau humour. Puis vint l’annonce sortie de nul part d’un DTV pour Juillet, avec Critters Attack. Les deux producteurs de la saga sont toujours là (Ruppert Harvey qui avait réalisé aussi Critters 4, et Don Opper), Dee Wallace rejoint le casting après avoir joué la mère dans le tout premier opus en 1986, et d’autres noms étonnants rejoignent l’équipe technique, comme Mike Mendez au montage (le réalisateur du Couvent ou de Big Ass Spider) et la bande son sera signée Russ Howard III pour nous ramener dans les années 80, lui qui avait fait de l’excellent travail sur Hobo With a Shotgun et Tragedy Girls. Alors, ça valait le coup d’attendre presque 30 ans pour le retour des boules de poil ? Et bien oui et non. Oui car Critters Attack fait plaisir, ressemble à un film de la saga comme à la bonne vieille époque et part avec de bonnes intentions, et non car malgré tout, ce n’est pas fameux, et des défauts, il y en a à la pelle. On pourrait presque dire que c’est du niveau de Critters 3 et 4. Mais moi ça me va, je les aime bien ces deux opus mal aimés.

Critters Attack donc se déroule de nos jours, même si l’illusion des années 80 est présente pendant 20 minutes (avant que ne débarque les téléphones portables, les podcast et j’en passe). On y suit comme à l’époque des enfants et des jeunes adultes, avec Drea comme héroïne, travaillant dans un restaurant et acceptant de faire du babysitting pour une professeur. Sauf que non loin de là dans la forêt (encore), des Critters débarquent, vont se reproduire, et attaquer la ville dans le but de retrouver une Reine Critters. Oui, on apprend que tous les Critters vu depuis le premier film sont des mâles, et là donc, il y a une femelle, de couleur blanche. Dee Wallace est présente, prenant le rôle d’une chasseuse de Critters, et c’est parti pour un tour. Critters Attack pourra séduire le fan par certains aspects. Son aspect très fidèle à la saga dans un premier temps, avec des Critters voraces, un brin d’humour décalé, son côté petite ville US comme dans les deux premiers, quelques clins d’œil, une grosse boule Critters, des épines lancées (rarement), des gerbes de sang vertes, et un score musical au synthé qui rappelle la bonne époque et fait plaisir. Mais à côté, le métrage fait quelques choix étranges. Il accorde ironiquement trop d’importance à certaines personnages pourtant peu intéressants, appuyant sur le drame de leur vie (notamment Drea et sa famille donc, avec la mort accidentelle de sa mère des années plus tôt, tout ça) et laisse ironiquement de côté les personnages les plus intéressants, comme Dee la chasseuse de Critters, qui n’apparaîtra finalement que peu à l’écran, 5 ou 6 minutes tout au plus, quelques scènes éparpillées avant son arrivée pour le final.

Dans le même ordre d’idées, malgré des attaques assez souvent, le film prend son temps pour démarrer, sans doute trop, se focalisant encore sur les personnages, sans doute pour faire encore une fois comme à l’époque, mais ça ne fonctionne que moyennement. Les acteurs ne sont pas exceptionnels, mais pas catastrophiques non plus. Mais oui, les Critters s’en prenant vraiment à la ville, il faut limite attendre la dernière demi-heure, dommage. Par contre là où le film fait plaisir, c’est qu’il n’utilise jamais de CGI. Tout à été fait à l’ancienne, et on retrouve donc des Critters animés à l’ancienne, des effets spéciaux fait sur le plateau, et ça, ça fait plaisir. Surtout en 2019, et surtout avec un budget que l’on sent souvent très très bas. L’humour essaye de se faire dans la continuité des premiers opus également, évitant ainsi d’être lourd et trop grotesque comme apparemment dans la série, préférant être léger et arriver par petites touches. Tout ne fonctionne pas, mais le film a un ton léger appréciable. Après, niveau technique pur, ce n’est pas la folie, Bobby Miller après un petit film indépendant filme là un hommage appuyé aux années 80 et n’a pas de gros éclairs de génie, la photographie de Hein de Vos (Tremors 6) est passe partout. Au final, Critters Attack est à la fois une déception puisqu’il n’ose finalement que peu de choses et un film qui fait plaisir aux fans, puisque l’on y retrouve la formule, certes pas toujours bien dosée, mais qui est là et que l’on aime. Pas étonnant du coup que les avis soient très mitigés pour le film sur la toile. À la fois ce que l’on attend de lui, mais on espérait un peu plus.

Les plus

Retrouver les Critters
Des effets à l’ancienne
Un film à l’humour léger

Les moins

Techniquement pas la folie
On pouvait attendre plus
Première partie un peu longuette

 

En bref : Les Critters reviennent, et ils sont comme on s’en souvient. Amusant, affamés, et sans CGI. Reste que le métrage, qui pourra plaire aux fans de la saga, n’est pas un grand film, loin de là, et semble s’arrêter à son hommage/suite/reboot sans chercher plus.

4 commentaires

    1. Tu n’as même pas vu le second??? Alors que c’est le meilleur opus ! Bon ok, ce n’est pas la meilleure saga de tous les temps, mais je la trouve bien sympa. Et puis elle a lancée pas mal de personnes. Première réalisation de Mick Garris pour le 2, et premier scénario de David Twohy. Premier rôle de Leonardo DiCaprio dans le 3, un des premiers rôles d’Angela Bassett et présence de Brad Dourif dans le 4.

      1. Oh j’ignorais tout ça. Twohy, Dourif, Leonardo ahahah ! Si un jour ça passe sur mes chaînes en streaming, je tenterai peut-être le coup. ^^

      2. Perso ma nostalgie va me pousser dés le mois prochain je pense à prendre le récent coffret Blu-Ray US qui est sorti cette année pour les quatre premiers opus (ça va me coûter cher, car j’ai aussi appris la sortie du coffret Ginger Snaps en Allemagne, chose que je need absolument ahah !)

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s