STAR TREK NEMESIS de Stuart Baird


STAR TREK NEMESIS

Titre original : Star Trek Nemesis
2002 – Etats Unis
Genre : Science Fiction
Réalisation : Stuart Baird
Musique : Jerry Goldsmith
Scénario : John Logan
Avec Patrick Stewart, Jonathan Frakes, Brent Spiner, Tom Hardy, LeVar Burton, Michael Dorn et Gates McFadden

Synopsis : Jean-Luc Picard et son fidèle équipage font route vers la planète Romulus avec pour mission de rétablir les liens diplomatiques entre la Fédération et son ennemi juré, le peuple Romulan. Sur place, les passagers de l’Enterprise découvrent que le nouvel homme fort de Romulus, Praeter Shinzon, a éliminé une majeure partie du Sénat avec l’accord de son vice-roi. Deuxième surprise : Shinzon n’est pas un Romulan, mais un humain, jadis réduit à l’état d’esclave, puis cloné à l’image de… Picard.

Rapidement après la sortie de Star Trek Insurrection, la Paramount décide qu’il est déjà temps de lancer un nouvel opus. Cet opus sera important, il signera le dixième opus cinéma pour la licence, et le quatrième pour l’équipage du capitaine Picard. Conscient de l’épuisement de la saga et de la vitesse de production qui s’est accélérée depuis Star Trek Generations, Rick Berman, producteur de la saga depuis le nouvel équipage, décide de faire venir le réalisateur Stuart Baird, qui n’a alors que deux films à son actif comme réalisateur (US Marshalls et Ultime Décision, deux films à suspense sympathiques), mais bien plus connu pour être un monteur réputé, et ce depuis les années 70 (La Malédiction, Superman, Outland, L’Arme Fatale 1 et 2, Die Hard 2, Demolition Man, et même par la suite Casino Royale, Edge of Darkness, Skyfall). Baird ne connait pas très bien l’univers de Star Trek, et après la déception de l’opus précédent, voilà donc une façon d’amener un peu de fraicheur dans la saga. Résultat des courses, Star Trek Nemesis se plantera au box office, et reste encore aujourd’hui le moins bon score de la saga entière. Nemesis a même la réputation de ne pas être un très bon opus. Et pourtant, et bien, j’ai bien aimé moi. Bien plus que Insurrection. Nemesis n’est en tout cas pas parfait, et en faisant office de dernier film avec l’équipage de Picard, il laisse un arrière goût d’inachevé, clairement. Mais le film a des atouts dans sa poche également, notamment un casting solide, un méchant plutôt intéressant et amenant des thématiques qui le sont également, et des scènes d’action bien troussées et qui passent encore bien aujourd’hui, presque 20 ans après. Dans les faits, Nemesis reprend même quelques idées venant de la Colère de Khan, à savoir un être qui a été artificiellement créé, et qui va se retrouver être l’antagoniste principal auquel les membres de l’Enterprise vont devoir faire face.

Mais s’ils reprend quelques idées venant de Khan, Nemesis n’oublie pas pour autant de raconter de nouvelles choses. Ainsi, le grand méchant, Shinzon, joué par Tom Hardy dans son premier grand rôle, est en réalité un clone de Picard, mais un clone qui aurait été abandonné, aurait eu une vie de misère, et se serait donc retrouvé du mauvais côté de la balance, devenant lui-même mauvais. Opposer Picard à un clone de lui-même, qui serait devenu méchant et serait défectueux au point de vieillir rapidement est une excellente idée, et pose des thématiques comme la saga nous y a habitué. Est-ce que l’environnement qui nous entoure peut avoir de vraies répercussions sur notre façon de penser et d’agir ? Est-ce que Picard aurait été différent et diabolique s’il avait eu la même vie que Shinzon ? Le film fait le choix parfois bancal de se focaliser quasi intégralement sur ce postulat de base. Un choix intéressant puisqu’il permet clairement de développer sa thématique et de mettre en avant un Tom Hardy convaincant et investi dans son rôle, mais bancal puisque délaissant du coup l’intégralité du reste de l’équipage. Oui, environ 50 minutes du film aurait été coupé au montage pour se focaliser uniquement sur l’intrigue, et l’équipage de l’Enterprise, à quelques rares exceptions près, ne font ici que de la figuration. Ce que l’on gagne d’un côté, on le perd donc de l’autre. Est-ce si dramatique que ça, sachant qu’il y a déjà eu trois films pour les développer, ainsi que pas mal de saisons ? À mon sens, pas vraiment, surtout que Nemesis fonctionne plutôt bien.

C’est dommage oui de voir l’équipage autant en retrait, mais pour autant, Nemesis s’avère être un titre plutôt intéressant, et le film, en bénéficiant d’un budget confortable, a aussi droit à quelques scènes d’action réussies. Certaines assez étranges pour du Star Trek, notamment la course poursuite en automobile dans le désert, et d’autres beaucoup plus classiques mais qui parviennent à impressionner, comme cette longue bataille finale dans l’espace. Conclusion décevante par certains aspects, mais grand spectacle hautement divertissement, et d’ailleurs plutôt bien emballé par Stuart Baird, qui s’est finalement toujours montré comme étant un plutôt bon artisan, à défaut d’être un génial réalisateur. Dommage que l’échec total de Nemesis mit fin à Star Trek pour quelques années au cinéma, mais également fin à la carrière de réalisateur de Baird. Surtout qu’au final, Nemesis parvient à être supérieur à l’opus précédent, et reste un solide film de science fiction. Shizon est plutôt bien développé, Picard et Data sont souvent au centre de l’intrigue, l’action détonne plutôt bien, que ce soit à pieds, en véhicules terrestres (Patrick Stewart a lui même conduit le véhicule) ou dans l’espace, et le design général du film a plutôt bien vieillit.

Les plus

Pas mal d’idées intéressantes
Un thème bien développé
L’action, sérieuse et bien menée
Un opus tout à fait recommandable

Les moins

Un épisode final qui laisse sur notre faim
L’équipage, presque intégralement en retrait

 

En bref : Épisode boudé au cinéma par le public, Nemesis laisse un arrière goût comme dernier film de l’équipage de Picard, mais reste un film Star Trek tout à fait recommandable, avec quelques bonnes idées et de bonnes scènes spatiales.

7 commentaires

    1. Oh tu sais, j’ai vu mon premier Star Trek il y a un an seulement. Puis je me suis pris le coffret anglais pas cher sur amazon, et j’ai enchainé tous les films. Celui-ci est recommandable, même si loin d’être le meilleur. Et c’est amusant de voir les débuts de Tom Hardy.

      1. J’ai été surpris en effet de voir son nom au générique. C’est un debut qui vaut mieux que « les tomates tueuses » de George Clooney. 😉

      2. C’est pas faux, même si le film reste le plus gros flop de toute la saga au cinéma. Hardy qui voyait ça comme le grand film qui le ferait percer, il a du tomber de bien haut.

  1. Tom Hardy. ^^

    Je ne connais presque rien à l’univers de Star Trek, au fait. J’ai dû voir de vieux épisodes de la série télé à l’époque et j’avais trouvé ça rigolo (je parle des très vieux avec Shatner). Mais aucun film, à part les nouveaux de JJ. J’avais d’ailleurs trouvé le premier correct, et le suivant… pas bon. Pas vu le troisième.

    Voilà, c’était mon « instant d’ignorance » Star Trek !

    1. Je n’ai pas aimé les trois récents. Enfin le premier était correct c’est vrai, mais j’étais sans doute un peu trop attaché aux originaux que je venais de voir. J’avais l’impression de voir l’univers se faire Star Wareriser (oui ce mot n’existe pas !)
      Mais si tu as l’ocaz, ou en tout cas si ils sont par exemple sur Amazon Prime, tu peux tenter les meilleurs opus (le 1 par Robert Wise, le second, le sixième, et Premier Contact avec cet équipage là).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s