Darkwood (2019 – Survival Horror – Playstation 4)

DARKWOOD

2017 (2019 sur consoles)
Studio : Acid Wizard Studio
Editeur : Crunching Koala
Genre : Survivre dans le noir
Multijoueur : Non
Joué et testé sur : Playstation 4
Existe sur : PC, Playstation 4, Xbox One, Nintendo Switch

Synopsis : Dans les années 80 en Pologne, la forêt occupe une vaste superficie et continue de s’étendre. Beaucoup de personnes se retrouvent bloqués dans la forêt, et une étrange peste ravage les survivants, les tuant et transformant en créatures difformes. Un étranger se réveille dans la dite forêt, et va devoir trouver le chemin pour rentrer chez lui, en survivant, nuit après nuit.

Si vous ne l’aviez toujours pas compris avec le temps, j’adore les ambiances qui viennent d’Europe de l’Est, que ce soit au cinéma ou dans le monde du jeu vidéo. Kholat, Beholder ou encore Pathologic 2 (des textes sur ces jeux devraient pointer le bout de leur nez prochainement) pour la Russie, Through the Woods pour la Norvège. Attaquons nous aujourd’hui à un autre pays de l’Europe de l’Est, à savoir la Pologne, avec les développeurs de chez Acid Wizard Studio qui nous offrent ce Darkwood. Un jeu encore une fois horrifique, mais après la vue subjective ou la vue à la troisième personne située derrière l’épaule du personnage, nous voici avec un jeu un peu plus minimaliste dans les faits, le tout avec une vue du dessus. Et accroche-vous, car si vous pensiez qu’une vue assez éloignée du dessus allait justement amoindrir l’aspect horrifique, ou tout simplement l’ambiance du titre, et bien vous avez tout faux, Darkwood était une petite pépite. Une pépite imparfaite, mais pépite tout de même. Sorti originellement sur PC durant l’année 2017, le jeu débarque sur les consoles de salon, à savoir la Playstation 4, la Xbox One mais également la Switch durant l’année 2019. Un jeu finalement qui remonte à loin d’ailleurs, le jeu étant annoncé en Mars 2013 via un trailer, puis voilà que débarque une campagne de financement sur Indiegogo, et qu’une version alpha est disponible dés Juillet 2014, soit 3 années avant sa sortie finale, rien que ça. D’après les développeurs, les inspirations pour faire Darkwood sont diverses et variées, allant d’autres jeux comme Fallout ou Dark Souls aux œuvres de cinéastes reconnus et torturés comme David Lynch. Voilà un mélange qui fait saliver. Alors dans les faits, manette (ou clavier) en main, Darkwood, qu’est ce que c’est et qu’est ce que ça donne ? Après un court prologue qui nous donne une vague idée de l’ambiance, du style du jeu et surtout du gameplay, nous voilà catapulté dans une aventure découpée en deux chapitres. Notre personnage est prisonnier en plein milieu d’une forêt, dans une carte générée de manière aléatoire à chaque partie. Quand tout commence, il fait jour, les menaces sont peu présentes, et la carte est pour ainsi dire vide. Mais l’écran de chargement annonce pourtant la couleur des choses à venir : « Respect the Woods. Be patient ». Ah ben ça.

Premier point qui ne vous échappera sûrement pas, Darkwood est en anglais, intégralement. Pas de dialogues de manière orale dans le jeu, mais tous les textes sont en anglais. Rien de véritablement compliqué ceci dit. Non, ce qui peut paraître compliqué au premier abord, ce sera la difficulté du soft. Car Darkwood ne nous prend pas par la main, et il va falloir être patient. Chaque journée dans le monde de Darkwood commence donc à 8h du matin, au lever du soleil. Le joueur se réveille dans son abri. À partir de là, l’aventure commence. Pendant un certain temps, chaque matin, l’horloge est figée tant que l’on ne sort pas de notre abri, afin de bien préparer notre journée. La possibilité de se servir d’un four pour faire cuire des aliments, d’entreposer des objets dans un coffre afin d’avoir un inventaire et une barre d’utilisation qui permette de ramasser ce que l’on trouve, ou de crafter bien entendu des objets avec justement ce que l’on trouve, comme des armes, des torches et j’en passe. Chaque matin, un vendeur viendra également nous rendre visite, et l’on pourra vendre et acheter divers éléments. À savoir que si au départ, l’on vendra des objets aisément pour avoir de l’argent, en réalité des points de réputation et en acheter d’autres, une autre technique bien plus « simple » existe. Survivre à une nuit entière nous offre des points de réputation, nous permettant ainsi d’acheter des objets, et de garder ce que l’on a en notre possession, et qui pourrait bien nous servir plus tard pour crafer des éléments importants. Ou améliorer notre abris, afin de crafter de meilleurs items, ou tout simplement de réparer nos armes.

Un brin de gestion donc. Surtout qu’avant de quitter notre abri, mieux vaudra réparer les possibles dégâts durant la nuit. Utiliser du bois pour réparer les portes, barricader les fenêtres, poser des possibles pièges à loups. Bref, une fois tout ceci dit, le monde extérieur nous attend. Là, il faudra explorer la carte. Car au début, celle-ci est totalement vide. C’est en évoluant que l’on trouvera des ruines, cabanes ou autres points d’intérêts, qui s’afficheront alors sur la carte, et facilitera grandement notre orientation, puisque nous même ne sommes pas affichés sur la carte, à l’exception de lorsque nous sommes à un de ces points d’intérêts. Une exploration qui pourrait être simple, sauf que… Sauf que le monde de Darkwood est souvent sans pitié. Les ennemis, peu résistants dans la première zone et peu nombreux, deviennent alors nombreux, plus mobiles et robustes, et nous attaquent de jour comme de nuit. Un conseil ? Trouver dés que possible la fourche comme arme (elle a une bonne allonge et peut être réparée et améliorer à notre abri), et surtout, acheter une montre aux divers vendeurs, mais ça on y reviendra juste après. Il faudra donc explorer l’univers, pour tenter de comprendre ce qui nous arriver, pour trouver le chemin menant à la fameuse route, celle qui nous ramènera chez nous, dans notre appartement douillet. Mais dans un premier temps, vous allez faire des erreurs, et vous allez mourir. Vous allez trouver des lieux fermés, faire des erreurs d’inattention comme courir dans un nid de champignons toxiques et mourir. Ou tomber sur plus d’un ennemi et perdre vos moyens, et mourir. Ou vous aventurer trop loin de chez vous, et mourir sur le trajet de retour car vous n’aviez pas vu l’heure. Ou faire un long trajet pour rien, vous retrouvant face à une porte fermée dont vous n’avez pas encore la clé.

Mais mourir fait parti de l’apprentissage de Darkwood. Si l’on meurt, nous reparaissons, à la même heure, à notre abri, mais une partie de nos objets ne sont plus dans notre inventaire. Alors, pas de panique, notre sac à dos est trouvable (et indiqué sur la carte), et nos objets perdus peuvent être récupérés. Et à l’opposé d’un Dark Souls, vous pourrez mourir 40 fois, et bien rien n’est perdu, il y a aura donc 40 sacs à récupérer. Si vous mourrez plusieurs fois face à un ennemi mais le blessez à chaque fois, sa vie de remonte pas, les dégâts infligés restent. Un côté donc plus « cool », mais qui ne rend pas le jeu plus facile. Car outre le temps qui passe, les menaces nombreuses à l’extérieur, Darkwood a également une ambiance très lourde qui vient nous assommer. Le jeu est en noir et blanc, les tons sont sombres et bien contrastés, les lieux souvent claustrophique, en ruines, et une fois la nuit tombée, c’est vraiment la nuit noire. Si l’on rajoute à cela une ambiance sonore malsaine et glauque aux petits oignons, et on a là une ambiance pesante qui vient vraiment nous malmener, dans le bon sens du terme. Et ça ne va pas en s’arrangeant, puisque le soleil commence à se coucher à 18h. Et la nuit, le monde prend une autre couleur. Enfin non, il devient théoriquement bien plus sombre, et les menaces plus nombreuses et mortelles. Mieux vaut être de retour à notre abri à 18h, avoir pensé à préparer le terrain en barricadant les fenêtres, réparant les portes, poussant les meubles devant celles-ci, mettre quelques pièges à loups, et penser à mettre de l’essence dans le générateur pour avoir un peu de lumière. Car la nuit, une horde de créature ne demande qu’une chose : vous tuer. Et si au départ, les ennemis sont simples et un peu comme ceux que l’on trouve à l’extérieur, au fur et à mesure, de nouvelles menaces débarquent. Et pas que. Si l’on se retrouve dans le noir complet, une autre menace débarque, et en général, c’est le game over pur et simple. Mourir la nuit, et on n’aura plus qu’à récupérer notre sac à dos en réapparaissant, à 8h du matin, et réparer ce qui a été cassé. Mais survivre la nuit, et nous voilà souvent avec des points de réputation à dépenser chez les marchands, et si l’on a du se fritter contre des ennemis, quelques ressources cadeau à récupérer. Et surtout, une extrême satisfaction, celle d’avoir survécu.

Car Darkwood, si en soit il n’est pas très long, 15h étant suffisante si l’on trouve où aller et que faire rapidement, n’est pas si simple, et réussir à survivre est un vrai bonheur, une délivrance. Car autant vous le dire, les nuits ne sont pas de tout repos. Et comme rien n’est simple, rien que le premier chapitre de l’aventure est divisé en trois grandes zones, ayant chacune son abri, et il faudra donc repartir de zéro à chaque fois, ou se prévoir des allers et retours entre les abris pour y amener nos objets et notre matériel. On touche d’ailleurs là un des petits défauts du titre par ailleurs. S’il est normal que le changement de zone nous fasse bâtir un nouvel abri et affronter de nouvelles menaces, le fait que la carte se construise au fur et à mesure de notre exploration, intégralement, rend les premiers pas dans de nouvelles zones quelque peu frustrants. Pourquoi ? Et bien, si l’on a la malchance d’explorer et de ramasser pleins d’objets, mais sans trouver l’abri, une mort signifie que l’on va réapparaître dans notre abri d’une autre zone. Ainsi, pour reprendre l’exploration, il faudra de nouveau retraverser une partie de la map, et ensuite espérer trouver l’abri et récupérer enfin notre sac à dos à l’endroit de notre mort. Parfois frustrant. Trop frustrant. Ce genre d’exemple, s’il n’arrive pas forcément au début du jeu, peut arriver dans la dernière zone du chapitre 1. Ce fut mon cas, ayant du parcourir quasiment toute la zone et mourir une bonne quinzaine de fois avant d’enfin trouver l’abris. Dans le même ordre d’idée, si la difficulté est de manière générale plus ou moins dosée, et pas ultra pénalisante dans le sens où l’on peut récupérer nos objets, il faut avouer qu’il devient parfois très difficile de survivre aux nuits durant le chapitre 2, et donc que l’on peut dire adieu aux points de réputation qui aident tellement à se faire un petit stock auprès des marchands.

Frustrant oui, mais est-ce véritablement important, ou du moins est-ce que cela pénalise l’aventure et le ressenti manette (clavier) en main ? Pas du tout pour ma part, tant Darkwood m’a véritablement happé. Alors oui, il est énormément question d’ambiance. L’histoire reste en soit minimaliste, même si l’univers dépeint lui est un peu plus large, et étoffé grâce à des discussions avec les rares PNJ sympathiques et les marchands, ou diverses notes et dessins que l’on trouve un peu partout. Un background d’ailleurs fort intéressant, et allant de pair avec l’ambiance : un background lourd. Mais nous, joueur, nous ne faisons au final qu’avancer toujours plus loin dans la forêt, survivre nuit après nuit, dans un but unique. Rentrer chez nous. Ni plus ni moins. Néanmoins, l’aventure, pour être appréciée dans sa totalité, peut être faite deux fois, puisque très tôt dans l’aventure, donner un item à un personnage ou à un autre changera pas mal de choses, dans l’univers, et dans notre cheminement. De même, deux fins bien différentes sont possibles. Une fin simple, et une fin plus longue et plus poussée en fouinant, la vraie fin donc, que j’aurais eu du premier coup. Et pour le coup, ce petit studio Polonais a réussi quelque chose d’assez cool sur le papier, et dans les faits. Marier le jeu de survie classique (survie, collecte de matériaux, craft, exploration de map aléatoire) avec le vraie survival horror, le tout sans jamais céder à la facilité du jumpscares, mais en misant avant tout sur l’ambiance et son univers. Et c’est ce qui fait de Darkwood un peu plutôt marquant. En plus, le portage Playstation 4 est plutôt stable, malgré un plantage durant un chargement, heureusement précédé d’une sauvegarde. Juste eu à relancer le jeu pour reprendre pile où j’en étais au final. La maniabilité à la manette est aussi plutôt bien pensé et fonctionne bien, même si les différents menus et commandes demandent sans doute un petit temps d’adaptation.

Les plus

Une ambiance unique
Sombre et glauque
L’ambiance sonore ultra travaillée
Un jeu qui ne nous prend pas par la main
De l’exploration, de la survie, quelques énigmes

Les moins

Quelques moments un peu frustrants
La carte pourrait au moins indiquer l’abri de chaque zone

En bref : Darkwood est une réussite. Mix entre le survival horror et la survie pure et dure, le tout en vue du dessus, le jeu trouve un équilibre en prenant le meilleur de chaque genre. Pas de jumpscares mais une ambiance lourde et réussie pour l’horreur, et toutes les mécaniques classiques de la survie, mais sans trop de pénalité en cas de morts à répétitions. Car oui, on meurt, souvent.

2 réflexions sur « Darkwood (2019 – Survival Horror – Playstation 4) »

    1. Et encore sur consoles, c’est un peu filtré comparé à Steam sur PC et le nombre de jeux qui sortent toutes les semaines, et aux jeux de ce style développés par des petites équipes pas toujours très honnêtes. Après je vais t’avouer que je dois avoir en stock tout le catalogue horrifique de la PS3/PS4/Xbox One. Et même Wii et Wii-U vu le peu qu’il y a dessus et le fait que j’ai le SH, Calling et le Fatal Frame dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :