SANS UN BRUIT 2 (A Quiet Place Part II) de John Krasinski (2020)

SANS UN BRUIT 2

Titre original : A Quiet Place Part II
2020 – Etats Unis
Genre : Fantastique
Durée : 1h37
Réalisation : John Krasinski
Musique : Marco Beltrami
Scénario : John Krasinski

Avec Emily Blunt, Cillian Murphy, Millicent Simmonds, Noah Jupe, Djimon Hounsou, John Krasinski, Scoot McNairy et Alice Sophie Malyukova

Synopsis : Après la contre-attaque contre les créatures vues à la fin du premier film, la veuve Evelyn Abbott et ses enfants quittent leur demeure pour s’aventurer en dehors de chez-eux. Mais ils découvriront, rapidement, qu’il y a d’autres survivants et qu’il existe d’autres menaces que les monstres.

A Quiet Place en 2018 avait été une excellente surprise. Un film de genre basant beaucoup sur son concept, sa tension, le tout avec des acteurs convaincants et un budget plutôt confortable pour ses ambitions, car malgré la présence d’un monde dévasté et de monstres sensibles aux sons, et bien, c’était avant tout un huis clos. Un huis clos réussi, malgré quelques grosses ficelles, et ironiquement, une utilisation parfois bien trop lourde de la musique. Et pour une fois, le public et la critique ne s’y sont pas trompés, le film a cartonné. Le weekend même de sa sortie, c’était 50 millions de récoltés sur le seul territoire Américain, pour un budget de 17 millions. Et ce genre de succès, ça ne laisse pas insensible les studios, qui commandent immédiatement une suite. John Krasinski, co-scénariste et réalisateur du premier film, ne semble pas forcément partant pour rempiler, et pourtant, après avoir eu quelques idées, le voilà de nouveau dans la course, seul scénariste à bord, réalisateur, pour continuer l’histoire. Alors, c’est clair, le film n’appelait pas une suite. Mais pourquoi pas. Après tout, Alien ne demandait pas une suite, Predator non plus, et pourtant, Aliens fut génial et Predator 2 une très honnête suite aujourd’hui bien réévaluée par les spectateurs. Tournée dés Juillet 2019, la suite est bouclée en Septembre, et après une post production, le voilà fin prêt, avec une projection en avant première début Mars 2020. Ce qui fait, une fois de plus, de A Quiet Place 2, ou Sans un Bruit 2, un film de plus que l’on apprécie (ou pas) en 2021, que l’on mettra dans un top à la fin de l’année (ou pas), mais que l’on aurait du apprécier presque un an et demi plus tôt et n’est pas un film de 2021. Et oui, j’utilise bien le terme « apprécier », puisque si en soit, cette suite ne rajoute pas grand-chose à la formule, il vient l’affiner, pour être une suite tout à fait solide, utilisant le son avec plus de justesse que dans le premier film. Et dés l’ouverture, le film nous montre ses ambitions, et surtout, prouve en une scène à la fois que son budget est bien plus élevé (aux alentours de 55 millions), et que les huis clos, c’est terminé.

A Quiet Place 2 est un métrage bien plus ouvert, dans sa progression, dans ses environnements, et donc, dans la gestion de la crise par les personnages. L’ouverture, finalement pas si utile que ça, revient au jour 1 de toute cette histoire, de comment tout a commencé, ce qui permet également de revoir John Krasinski dans son rôle de père de famille. Une ouverture qui sans jamais renier le premier film, en met directement plein la vue, avec cette attaque sur une petite bourgade Américaine tout ce qu’il y a de plus classique, qui profite d’un dimanche après midi, avec match de baseball à la clé. Puis fort évidemment, comme l’indique le Part II du titre, le métrage va se dérouler après les événements du premier film. On y retrouve Evelyn (Emily Blunt) et ses deux enfants Regan et Marcus, qui après le final, vont devoir se trouver, avec le bébé nouveau né qu’ils ont avec eux, un nouvel endroit pour vivre. Et donc, on retourne sur la route, en faisant le moins de bruit possible. Forcément, de nouveaux personnages vont se greffer très rapidement au périple de nos personnages, comme Emmet, joué par Cillian Murphy, qui décidément aime bien survivre seul à des apocalypses variées (28 Jours Plus Tard). Un personnage à l’opposé de celui joué par Krasinski dans le premier métrage, ce qui offre finalement des échanges et une dynamique différente. Le grand changement de ce second film, si l’on peut l’appeler ainsi, c’est finalement que rapidement, la narration va scinder le groupe en deux. Emmet et Regan d’un côté, et Evelyn et Marcus de l’autre. Ce qui permet de multiplier les événements, de donner du rythme, mais également de varier un peu plus l’aventure, et de l’ouvrir au monde extérieur. Emmet et Regan sont en effet constamment sur la route, persuadés de trouver un groupe de survivants au delà de la mer. Et si dans les faits, on ne va pas apprendre des choses nouvelles dans ce second film (à part que les créatures ne savent pas nager, oh oh), la formule est parfaitement huilée.

Mieux, en ouvrant son concept à un monde bien plus vaste, A Quiet Place Part II évite quelques défauts du premier métrage. Mais si, vous savez, ces éléments faciles que l’on voit venir à des kilomètres, comme ce gros plan sur un clou dans un escalier bien avant que celui-ci ne tombe, et nous prévenant ainsi plutôt frontalement de ce qu’il va arriver. Le procédé n’est pas nouveau, mais dans un film qui semblait vouloir éviter les travers du cinéma de genre actuel, c’était un peu dommage. Et surtout, dans le même ordre d’idée, le métrage semble avoir clairement apprit de son prédécesseur. Nous en arrivons donc à la musique, toujours signée Marco Beltrami, et beaucoup plus subtile qu’auparavant. La musique sait parfois se faire minimaliste, voir absente, pour jouer tout simplement sur le concept du film, le silence. C’est ainsi qu’au lieu de nous prévenir ou de jouer sur la musique pour nous faire par moment sursauter, le métrage utilise juste les bruitages du monde qui l’entoure, lui donnant un côté beaucoup plus naturel (le coup des corbeaux dans le train par exemple). Et quand la tension s’installe, ce qui est souvent le cas, le silence règne. Le métrage a enfin compris que composer avec le silence est également une arme. En résulte un film qui s’il n’ajoute pas grand-chose, se fait toujours aussi efficace, et même légèrement plus mature et subtil dans sa façon de faire. Une suite tout aussi solide que le premier donc dans les faits, qui n’a certes plus l’effet de surprise, mais sait ce qu’il fait, et le fait bien. Avec une mise en scène solide, des acteurs investis, un concept bien exploité, une tension par moment très réussie. Et le public ne s’y est encore pas trompé, le film ayant déjà récolté environ 250 millions au box office, et semblant avoir été autant apprécié que le premier. Tant mieux !

Les plus

Une suite directe
Un métrage plus ouvert, plus varié
Le silence est beaucoup plus présent
La tension, souvent présente
Quelques défauts du premier film, absents

Les moins

Dans les faits, ça n’ajoute pas grand-chose

En bref : A Quiet Place 2, c’est grosso modo un peu la même chose que le premier, avec un plus gros budget, un monde plus ouvert, mais aussi quelques défauts corrigés, avec notamment une meilleure utilisation du silence et de la musique, et des éléments parfois mieux intégrés, de par l’absence de vrai huis clos.

2 réflexions sur « SANS UN BRUIT 2 (A Quiet Place Part II) de John Krasinski (2020) »

  1. Pas aimé. Pour moi le premier était déjà un nanar, bien emballé mais tellement incohérent, un fond de série Z franchement. La suite est du même acabit. Ça ne tient jamais la route. Ah, et moi qui rigolais avec ces personnages pieds nus dans le premier film, voila que… Cillian Murphy lui marche avec des chaussures et que ça ne fait pas plus de bruit !

    1. Et bien, je ne savais pas que tu avais déjà pas aimé à ce point le premier, du coup oui avec ce second tu partais déjà avec une mauvaise base 😉
      Je l’ai pris perso pour ce qu’il était. J’ai trouvé ces défauts moins prononcés que le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :