MISSION OF JUSTICE (金三角群英會) de Tony Liu (1992)

MISSION OF JUSTICE

Titre Original : 金三角群英會
1992 – Hong Kong
Genre : Girls with Guns
Durée : 1h25
Réalisation : Tony Liu
Musique : Tang Siu-Lam
Scénario : Tony Liu

Avec Avec Tommy Wong, Moon Lee, Ôshima Yukari, Betty Mak, Carrie Ng, Chan Lau, Ma On, Mark Houghton et Gary Daniels

Synopsis : Moon et Bullet sont deux agents spéciaux de Hong Kong, qui sont rapidement envoyées en Thaïlande afin d’infiltrer un gang de dealers de drogue basé dans le triangle d’or. Elles ont trois cibles : Somi, Hans et Miss Yie Feng.

Mission of Justice avait tout pour lui avant même de lancer le métrage. Tourné en 1992 par un Tony Liu alors plus qu’actif dans le genre Girls With Guns puisqu’ayant déjà signé Killer Angels, Devil Hunters, The Dragon Fighter et Dreaming the Reality, et qui ne comptait pas s’arrêter là, le film met encore une fois en avant le duo le plus connu du genre. À savoir donc Moon Lee et Ôshima Yukari, déjà en avant dans Angel, ou Dreaming the Reality, et d’autres viendront. Rajoutons au casting Carry Ng qui jouait la même année dans Angel Terminators, Tommy Wong qui a toujours été un solide second couteau du genre, ou encore Gary Daniels lui-même pour donner envie au fan de foncer. Surtout quand avant même l’apparition du titre, avant même un quelconque logo, ça commence, cash, avec une poursuite puis un combat sur la plage entre Gary Daniels et Moon Lee. On se dit immédiatement que le maître mot du métrage sera le même que pour Devil Hunters, à savoir générosité. Et ce n’est pas forcément faux dans les grandes lignes d’ailleurs, puisque Mission of Justice semble partager un autre élément avec le métrage de 1989. À savoir que c’est généreux, que ça enchaîne les scènes d’action, que ce soit des fusillades ou des combats, comme pour nous faire oublier les quelques failles techniques du métrage. Oui, les combats par exemple, les chorégraphies sont la plupart du temps sympathiques, Moon Lee et Ôshima Yukari font preuve de souplesse et délivrent des mouvements fluides, mais le montage lui est parfois aux fraises.

Mais pendant un bon 40 minutes, soit finalement presque la moitié de son temps, Mission of Justice ne déçoit pas. Il ne brille pas, il ne laissera pas un grand souvenir, mais il fait ce qu’il doit faire : nous donner de l’action, des acteurs et actrices doués que l’on apprécie, et ne nous laisse pas le temps de réfléchir. Moon (originalité des noms) et Bullet sont donc deux agents envoyés en Thaïlande, notamment sur les traces de trois trafiquants, dont Tommy Wong. Malgré quelques choix discutables, le début fait clairement du bon boulot. Ça va vite, ça enchaîne les scènes, les idées, ça se frappe, et on sourira même en voyant Moon Lee jouer l’agent pas contente d’être là et se plaignant, et Ôshima Yukari jouer l’agent dragueuse et blagueuse. Oui, Ôshima Yukari dans ce genre de rôle. Si les deux joueront la même année dans la comédie The Big Deal (toujours pour Tony Liu tiens), dans le genre Girls with Guns, elles jouent souvent un certain stéréotype de personnage, et sans pour autant faire preuve d’originalité, Mission of Justice tente presque d’inverser les rôles au départ. Moon Lee parvient à s’infiltrer et à se rapprocher du gang et surtout de Betty Mak, tandis qu’Ôshima a beaucoup moins de chances et se fait repérer rapidement, enchaînant les combats et fusillades (la scène de l’hôtel où elle doit fuir est très sympathique en soit). Et là, vous vous dites que ça y est, j’ai encore trouvé une perle d’action oubliée voir totalement inconnue chez nous, qui mérite le coup d’œil. Si le film n’avait duré que 40 minutes, ça aurait sans doute pu être le cas d’ailleurs.

Le souci, c’est que Mission of Justice est un long métrage, et donc qu’il dure 1h25. Et que autant, malgré son montage hasardeux, son scénario prétexte voir parfois inexistant, et bien on passe un bon moment, autant le film effectue un virage à 180 degrés sans prévenir, et pas pour le meilleur. Sans prévenir donc, adieu Moon Lee, adieu Ôshima Yukari, et donc, adieu à ce qui faisait du film un Girls with Guns, et bonjour Tommy Wong, Betty Mak et Chan Lau, en avant, pour une guerre interne dans la triade, des deals, des trop longues marches dans la jungle Thaïlandaise, et même le viol d’une villageoise qui débarque sans trop de raisons dans le film. Mettre une scène choc, ce n’est pas nouveau dans le genre. Ça peut montrer que le méchant est encore plus détestable que prévu (Devil Hunters le faisait avec Francis Ng), ou encore montrer le passé sombre d’un personnage (l’étonnant flashback dans A Serious Shock ! Yes Madam !), mais ici, ça ne sert à rien, ça arrive juste comme ça et c’est tout. Comme si le film se cherchait encore alors que la durée à ce moment là arrive à une heure. Et puis, on s’en doute, qui dit Girls with Guns dit gros final qui doit envoyer du lourd, et là aussi, c’est la déception. Tellement qu’on se demande ce qui a bien pu se passer dans la tête de Tony Liu, mais aussi de son monteur, tant le final est un des plus ratés du genre. Les chorégraphies sont sympas, puis tout à coup, débarque un coup surréaliste qui semble sortir du jeu Mortal Kombat et où le temps d’un coup, la gravité n’existe plus. Mais ça, on pourrait presque le mettre sur le dos du côté divertissant qui ne cherche pas plus loin du genre. Non, ce qui plombe le final, c’est quand 90% des scènes de combats passent alors au ralenti (là où Tony Liu nous a souvent habitué à accélérer légèrement ses combats), avec tous les sons amplifiés qui résonnent, pour un résultat catastrophique et peu agréable à l’œil. Ça, ça plombe le final. Et du coup, oui, quasi rien à sauver de sa seconde partie, peu intéressante, peu palpitante, peu impressionnante. Un gros gâchis donc, pour un film bien moyen.

Les plus

Malgré ses défauts, la première partie
En soit assez généreux en action
Moon Lee, Öshima Yukari, Carrie Ng

Les moins

Filmé et monté un peu n’importe comment
Une seconde partie peu intéressante
Le final, abusant de ralentis jusqu’au dégoût

En bref : Tony Liu refait appel à Moon Lee et Öshima Yukari pour ce Mission of Justice, malheureusement peu glorieux, entre de gros défauts techniques, un scénario peu intéressant, et même de l’action pas toujours au top. Dommage.

A FEW WORDS IN ENGLISH
THE GOOD THE BAD
♥ Even if not perfect, the first part is enjoyable
♥ Generous in action, many various scenes
♥ Moon Lee, Öshima Yukari, Carrie Ng!
⊗ Filmed and edited badly most of the time
⊗ The second part of the film is not that interesting
⊗ Way too much slow motion during the finale
Tony Liu hires Moon Lee and Öshima Yukari again for this Mission of Justice. Unfortunately, it’s not very good, with big technical issues, a screenplay not that interesting, and even the action scenes are not that great. Too bad!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :