NEW KIDS IN TOWN (初到貴境) de Lau Kar-Yung (1990)

NEW KIDS IN TOWN

Titre Original : 初到貴境
1990 – Hong Kong
Genre : Action
Durée : 1h31
Réalisation : Lau Kar-Yung
Musique : Stephen Shing
Scénario : Lau Kar-Yung et Do Lai-Chi

Avec Lau Kar-Leung, Moon Lee, Dickson Lee, Karei Wong, Stella Wong, Eddie Maher, Cheung Kwok-Leung, Sophia Crawford, Steve Mak, Chu Kong, JOE Chu et Lui Siu-Ming

Synopsis : Chin Siu Ho et Lee Ka Sing, experts en arts martiaux, arrivent à Hong Kong pour vivre chez leur oncle et sa fille. A peine arrivés, ils sont malencontreusement mêlés à une bagarre avec des gangsters et met en colère le boss…

Parmi les pépites, ou du moins les films réputés de la carrière de Moon Lee, il me restait ce New Kids in Town à voir. Petite rareté aujourd’hui, puisque n’ayant jamais eu droit à une sortie en DVD (alors en HD n’y pensez même pas), pour un film un peu oublié alors que le simple fait de regarder son casting ou son équipe technique en motiverait plus d’un à se lancer. Pourquoi j’ai autant tardé ? La qualité. Car si j’ai eu la chance de pouvoir tomber sur une version sous-titrée Anglais du titre, la qualité était exécrable, et même un aveugle aurait eu mal aux yeux. Je me suis donc tourné vers une autre copie, tout aussi mauvaise, mais moins baveuse et aux couleurs plus vives, mais sans aucun sous titres. On est motivé ou bien on ne l’est pas ! Et c’est dommage que tous ces films, comme Kickboxer’s Tears également et tant d’autres, soient aujourd’hui oubliés et relégués à n’être que des fonds de catalogues, voir à être restés à la lointaine époque des VCD, car la vision de New Kids in Town fut plus que sympathique. Notons d’ailleurs, histoire d’éliminer tout malentendu dés le départ, que le film est également connu sous le titre de New Killers in Town (choix étrange car les nouveaux venus en ville sont des experts en arts martiaux et non pas des tueurs), mais aussi et surtout en Amérique sous le nom de Master of Disaster, un titre qui n’a rien à voir, pour un montage qui n’a rien à voir, puisque changeant la musique, virant des scènes, et rajoutant des scènes avec Jackie Chan provenant du Retour du Chinois, film datant tout de même de cinq ans plus tôt, et dont le point commun est la présence de Moon Lee justement. La raison ? La stupidité d’un distributeur qui pense que le public courra derrière un film avec Jackie Chan mais pas derrière un bon film d’arts martiaux ? Sans aucun doute !

New Kids in Town nous raconte donc l’histoire de deux experts en arts martiaux qui quittent la Chine pour Hong Kong, pour rejoindre leur oncle, joué par nul autre que Lau Kar-Leung, vivant avec sa fille, Moon Lee. Et ils sont vraiment les plus malchanceux du monde, puisqu’à peine arrivé, c’est devant l’aéroport que les ennuis commencent pour eux, alors qu’ils se retrouvent mêlés à une histoire de drogue contre leur gré. Oui, tous les classiques du genre que l’on connait, surtout en 1990, sont présents. Le gang dont le chef est un grand méchant Gweilo, Cynthia Crawford en femme de main, un trafic de drogue, et une famille de héros où tout le monde sait se battre et montre encore une fois que la police ne recrute jamais les bonnes personnes. Un contenu en soit plutôt classique, voir même très classique, mais plutôt bien géré par l’équipe du métrage, grâce à plusieurs facteurs. On pourrait citer la mise en scène de Lau Kar-Yung, loin d’être honteuse, bien que le montage face parfois quelques choix discutables ou ai du mal à gérer les distances entre deux plans (notamment lors d’une poursuite en voiture). Evidemment, on ne peut passer sous silence également les chorégraphies, également signées par Lau Kar-Yung, aidé par Lau Kar-Leung, et donc là on sait immédiatement que l’on doit s’attendre à quelque chose de bien fichu, de rythmé et d’énergétique. C’est le cas d’ailleurs, tant New Kids in Town se fait généreux et rythmé. Il contrebalance le côté très classique de tous les ingrédients qu’il contient par une générosité de tous les instants. Dés la première scène, ça commence par un entrainement. Puis quand nos héros arrivent à Hong Kong, baston. Et c’est un peu comme ça toutes les dix minutes, une scène d’action, que ce soit de combats, une fusillade ou une poursuite, vient pointer le bout de son nez. Et puis quand le film a joué toutes ces cartes, c’est l’heure du grand final ou tout le monde ou presque vient se foutre sur la gueule, où on s’arme d’un fusil à pompe qui fait tomber les ennemis comme des mouches (et les impacts sont violents et sanglants, ça fait plaisir).

Tout le monde ou presque, car tout le monde ne survit pas pour voir venir ce grand final déjà, et car pour une raison inexpliquée, certains personnages disparaissent du récit, c’est comme ça. Un final qui envoie du lourd justement, avec gunfight, Lau Kar-Leung qui vient nous prouver qu’il a toujours la pèche, et des combats à deux contre un. Et bien entendu, comme toujours, la réussite d’un tel film tient énormément à son casting. Car avoir de bonnes chorégraphies, c’est bien, mais avoir des artistes doués pour les exécuter et savoir jouer entre les scènes, c’est mieux. Comme dit plus haut, Lau Kar-Leung prouve qu’il a encore de la bouteille, Chin Siu-Ho vient faire le beau gosse et se battre, et Moon Lee vient apporter une touche féminine à l’ensemble, se donnant comme toujours à 200%, que ce soit dans les moments calmes ou dans les combats, et ce tout le long du film, puisque si elle finira kidnappée, c’est malgré tout elle qui tout le long du métrage a droit au plus grand nombre de scènes d’action, que ce soit des combats dans des ruelles de nuit, dans une boite de nuit, à l’arrière d’un camion en marche, ou lors du final une fois libérée. Le film, comme elle, déborde d’énergie, même si au final, il n’est pas mon préféré dans son genre, je lui préfère d’ailleurs Kickboxer’s Tears. Peut-être car j’aurais finalement vu ce New Kids in Town après les autres, ou après avoir enchaîné un nombre incalculable de Girls with Guns en peu de temps. Mais ça demeure très bon dés que le réalisateur et ses acteurs sont dans leur domaine de prédilection.

Les plus

Excellent casting martial
Généreux
Très rythmé
Un final qui envoi du lourd

Les moins

Les poursuites en véhicule

En bref : New Kids in Town est encore une belle pioche, rythmée, blindée d’action assez variée, avec des combats, des fusillades, des poursuites. Certes la formule est connue voir prévisible, mais on prend toujours beaucoup de plaisir devant cette rareté.

A FEW WORDS IN ENGLISH
THE GOOD THE BAD
♥ An excellent martial cast
♥ A generous movie
♥ It’s never boring, something always happen
♥ The grand finale!
⊗ The car chase, not that good
New Kids in Town is, once again, a great flick. Everything goes fast, there are plenty of various action sequences, with fights, gun fights, chases. Of course, all the content is well known and predictable, but the fans will have a great time watching this rare gem.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :