MADMAN de Joe Giannone (1982)

MADMAN

Titre Original : Madman
1982 – Etats Unis
Genre : Slasher
Durée : 1h28
Réalisation : Joe Giannone
Musique : Stephen Horelick
Scénario : Joe Giannone

Avec Gaylen Ross, Tony Fish, Harriet Bass, Seth Jones, Jan Claire, Alex Murphy, Jimmy Steele et Paul Ehiers

Synopsis : En colonie de vacances dans un camp d’été, des adolescents sont attaqués par un tueur psychopathe amateur de la décapitation…

Ah 1982 ! L’époque parfaite, et le moment parfait là pour vous parler de Vendredi 13 Chapitre 3 ! Ah non, pas là on me dit. L’ Éventreur de New York ? Hospital Massacre ? Unhinged ? Ah non, non plus ! Bon, inutile de se voiler la face, Madman est un énième slasher. Un énième film tourné à la va vite pour surfer sur le succès de Vendredi 13 et Halloween. Bon alors, qu’est ce qu’on a ici ? Une légende, un tueur errant dans les bois, un camp de vacances, des jeunes qui vont mourir dans d’affreuses souffrances. Vous êtes sûr que ce n’est pas Vendredi 13 ? Ou un premier essai pour Massacre au Camp d’été (Sleepaway Camp) ? Ah non, rajoutons du synthé tout pourri pour la bande son, et pas mal de meurtres hors champ ! En effet oui, on parle bien de Madman donc. Madman, dans les faits, c’est un film qui ne cherche aucunement l’originalité. Dès le début, avec ces jeunes qui se racontent une histoire flippante au coin du feu, on comprends que Vendredi 13 Chapitre 2 n’est sorti que l’année précédente et a été un grand succès. En fait, c’est tout le problème de Madman, c’est qu’en se lançant dans le film, après à peine quelques secondes, on a l’impression d’avoir déjà vu le film de Joe Giannone. Du coup, il n’y a pas 36 solutions pour marquer le spectateur et se différencier de la lourde concurrence. Soit il faut un tueur iconique (façon Jason Voorhees ou Michael Myers), soit il faut surenchérir dans le gore (Mutilator en 1984 par exemple), soit il faut soigner sa mise en scène (euh, ben, juste le premier Halloween en fait là). Alors parlons du tueur. Le tueur de Madman se prénomme Marz (ce qui donne un beau Mars en VF). Un géant armé d’une hache et d’un maquillage catastrophique, et un peu trop souvent filmé en gros plan, permettant au spectateur bien habitué du genre (et des effets spéciaux) voir tous les défauts.

Soulignons également son petit cri lorsqu’il se passe quelque chose… Ahem, bon, passons sur le tueur. Il y a toujours le gore. Sauf que même à ce niveau, Madman, qui a pourtant une horde de fans le considérant comme culte, n’impressionne pas. Pas mal de meurtres sont filmés hors champ pour économiser le budget, et même lorsque l’on verra enfin un peu plus ce qu’il se passe, notre gros tueur ne fait pas franchement dans l’originalité, se contentant de se servir de sa hache pour décapiter le casting. Pouvant impressionner le premier ou deuxième coup, on se lasse pourtant relativement vite tant l’ensemble semble se répéter jusqu’à plus soif. Bon, je suis méchant, des fois, le tueur est plus gentil, son coup part moins fort et il ne fait que trancher des gorges, comme pour le tout premier meurtre (une mise en bouche en douceur, voilà comment on appelle ça). Inutile de parler du scénario, à base de camp de vacances, de légende, de tueur fou, et de personnages crétins au possible qui ne servent qu’à mourir dans d’affreuses souffrances. Hmmm bon et le reste alors ? Devons nous vraiment parler de ces longs dialogues pas toujours intéressants qui s’éternisent ? Ou de cette scène pseudo romantique dans un jacuzzi qui semble s’étirer plus que nécessaire pour amener le métrage à une durée réglementaire de long métrage ? Non parce que pour une scène inutile, elle dure tout de même 4 minutes !

Et niveau mise en scène ? Et bien pas mieux que le reste, même si on notera certains efforts pour fournir quelques plans un peu plus inventifs sur les autres. Il faut bien ça pour rattraper la maladresse du reste, ou ces nombreux dialogues qui semblent être filmés en simple champ – contre champ. On va dire que le réalisateur fait ce qu’il peut avec ce qu’il a, et il a sans doute eu peu. Du coup j’ai envie d’être clément sur ça, d’autant que le film a oui, quelques beaux plans parfois, lorsque la photographie n’est pas trop sombre. Pour nous achever par contre, il y a la musique au synthé absolument dégueulasse la plupart du temps, et surtout les bruitages, souvent abusifs et mixés bien trop fort, si bien que la respiration du tueur fera plus rire qu’autre chose, et que les bruitages de certains coups pourront faire rire. Alors oui, Madman, ce n’est pas un bon film, et vu l’affluence de slashers sur les écrans au début des années 80, on peut carrément trouver bien mieux à se mettre sous la dent. Vous voulez de la vue subjective ? Il y en a dans tous les autres. Du gore ? Madman n’est pas très sanglant, à quelques plans près, il y a mieux ailleurs. Une mise en scène inspirée dans un genre peu inspiré ? Non et bien retournez voir Halloween.

Les plus

Quelques décapitations bien senties
Quelques plans sympathiques

Les moins

Un tueur un peu raté
Beaucoup de hors champ
La musique
Souvent un peu cheap

En bref : Madman est un énième slasher surfant sur la vague. Rien de marquant, rien de vraiment mieux que ce que l’on trouve ailleurs.

A FEW WORDS IN ENGLISH
THE GOOD THE BAD
♥ Some nice decapitation
♥ A few nice shots
⊗ The killer is not good
⊗ A lot of things happened off screen
⊗ The soundtrack
⊗ A very low budget flick, and it shows
Madman is another slasher made early in the 80s. Nothing really good, nothing better than what you can see somewhere else, not even the killer, not even the kills.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :