SEXE INTENTIONS 2 de Roger Kumble


SEXE INTENTIONS 2

Titre original : Cruel Intentions 2
2000 – Etats Unis
Genre : Comédie
Réalisation : Roger Kumble
Musique : P.J. Hanke
Scénario : Roger Kumble
Avec Robin Dunne, Sarah Thompson, Keri Lynn Pratt, Amy Adams, Barry Flatman, Mimi Rogers et Teresa Hill

Synopsis : Le rencontre du duo infernal Sébastian et Kathryn, quelques années avant l’accident de Sébastian. Le jeune homme, tombé sous le charme de la douce et sage fille du proviseur, Danielle, est prêt à devenir fidèle. Mais Kathryn va tout faire pour briser cette nouvelle idylle. La jeune femme fera tout pour arriver à ses fins et détruire ce nouvel amour afin de retrouver Sébastian.

Comme beaucoup, j’ai été ado (si si je vous le jure). Et en 1999, peu de temps après le lancement de la série Buffy, et bien je l’aimais bien Sarah Michelle Gellar. Du coup, forcément, un film avec le mot « sexe » dans le titre (pour faire vendre hein, car Cruel Intentions en VO), et une promo s’axant beaucoup sur la petite roulant une pelle à une autre demoiselle, j’avais foncé le louer en VHS. Bon, j’étais jeune, j’avais trouvé ça sympa, mais pas sûr que ça survive au cap des années, surtout maintenant que je ne suis plus adolescent. Mais pour une raison inconnue, je suis tombé sur le second opus datant de 2000 et toujours réalisé par Roger Kumble. Un film dont la production fut chaotique et au final bien plus intéressante que le film en lui-même. Car en réalité, après le succès du premier film, voilà qu’une série est mise en chantier, le pilote ainsi que quelques épisodes furent tournés, mais la série totalement annulée avant même sa diffusion et la fin du tournage. Du coup, pour ne pas trop perdre l’investissement, Sexe Intentions 2 est né, monté à partir de scènes du pilote et des premiers épisodes, assemblé maladroitement, et avec de nouvelles scènes tournées par Roger Kumble, le réalisateur du premier film. Du coup aucune surprise, on se retrouve devant un produit bâtard dans son rythme et dans son style. Forcément, mixer des scènes venant d’épisodes pas forcément réalisés par la même personne, et bien ça se voit forcément au bout d’un moment. Voilà pour le cours d’histoire cinématographique, nous pouvons maintenant parler de l’oeuvre à proprement parlé. Alors ce n’est pas bon, ça on s’en doutait tous un peu, mais par contre, c’est une excellente comédie. Le seul souci, c’est que partout où j’ai regardé, le film est présenté comme un drame.

Je n’ai donc pas été réceptif à l’œuvre comme elle aurait été pensée ? Malédiction ! Et bien pas grave, car comédie ou drame, Sexe Intentions 2 n’est pas bon. Il ne se passe au final pas grand-chose, on retrouve des situations convenues venant du premier film, on aura même droit aux mêmes musiques. On retrouve donc les personnages du premier film mais plus jeune mais pas trop, même si joué par des acteurs totalement différents, Robin Dunne remplaçant Ryan Philippe (que je ne trouvais pas bon de toute façon) et une jeune Amy Adams replaçant Sarah Michelle Gellar (oui, Premier Contact et Nocturnal Animals, ce n’était pas pour tout de suite), pour comprendre comment nos personnages en sont arrivés là. Bon, dés le départ, ça sert à rien, Kathryn étant déjà une pouffe manipulatrice, tout comme Sébastian. Sauf que le monsieur essaye de se remettre dans le droit chemin. On sait que ça ne marchera pas, mais tant pis. Et c’est donc parti pour 1h27 pas forcément passionnantes, mais où l’on retrouve à raz bord des phrases totalement stupides et pas du tout subtiles. Je crois bien que le jour de la sortie en DTV de ce film, la subtilité est morte ! Car autant autour de Sébastian que de Kathryn, les répliques stupides et vulgaires fusent, les situations totalement WTF s’enchaînent. Kathryn par exemple va passer une bonne partie de son temps à essayer de pourrir la vie d’une nouvelle dans le lycée. Et entre le passage subtil de la boite de nuit (à coup de rots et de vomi pour draguer) et celui dans le parc avec le cheval, on se dit que la pauvre victime est blonde, mais à un point.

Et mine de rien, ça m’aura fait rire. Beaucoup. Même si je ne sais pas si c’est volontaire ou non. Le souci, c’est que au niveau des aventures de Sébastian, ça ne relève pas le niveau, mais alors là pas du tout. Entre ses tentatives de drague limite niaises sur la fort jolie Sarah Thompson, la scène de douche avec nudité sur deux jeunes femmes qui passaient dans le coin, ou un dialogue ultra subtil entre sa sœur qui lui annonce que sa seule limite, c’est « never in the butt » (je ne traduirais pas), la subtilité est vraiment morte. En tout cas, j’aurais personnellement beaucoup rit devant tout ça, quitte à en oublier les grosses longueurs de l’intrigue et ses personnages souvent vides (et cons). Sexe Intentions 2, c’est une préquelle inutile en soit, un téléfilm un peu de luxe à la production plus que difficile, un assemblage un peu bancal et peu subtil, mais qui, dans les bonnes conditions, peut s’avérer plutôt extrêmement drôle, bien que peu subtil, très vulgaire, et souvent très facile. Pas étonnant du coup que le film soit peu aimé et beaucoup moins connu que l’original. En format film, ce n’est pas très bon, mais ça n’aurait sans doute pas été meilleur en format série télé sur 20 épisodes.

Les plus

On rigole bien
La subtilité est morte

Les moins

Bancal à tous les niveaux
Prévisible, stupide et vulgaire
De gros changements de style
Rien de neuf comparé au premier

 

En bref : Une suite en fait préquelle en fait série TV qui réadapte au départ dont la production est plus intéressante que le produit lui-même. On rigole bien mais ce n’est jamais bon.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s