ONE CUT OF THE DEAD IN HOLLYWOOD (カメラを止めるな!スピンオフ ハリウッド大作戦!) de Nakaizumi Yûya (2019)

ONE CUT OF THE DEAD IN HOLLYWOOD

Titre original : Kamera o Tomeru na! Supin-ofu: Hariuddo daisakusen! – カメラを止めるな!スピンオフ ハリウッド大作戦!
2019 – Japon
Genre : Comédie horrifique
Durée : 59 minutes
Réalisation : Nakaizumi Yûya
Musique : –
Scénario : Ueda Shin’ichirô

Avec Mao, Hamatsu Takayuki, Akiyama Yuzuki, Asamori Sakina, Nozomi de Lencquesaing, Fujimura Takuya, Charles Glover et Gôda Ayana

Synopsis : One Cut of the Dead a été un énorme succès lors de sa diffusion en live au Japon, si bien que les producteurs contactent le réalisateur pour en livrer une suite, se déroulant six mois après, à Hollywood, et reprenant le personnage de Chinatsu. Alors qeu tout indiquait que la production aurait un plus gros budget et de plus hautes ambitions, voilà que peu de temps avant, le principal sponsor se retire. Hollywood doit être reconstruit au Japon, les Japonais doivent avoir des perruques blondes et chemises Hawaïennes pour paraître Américain, et il va falloir finalement encore plus ruser.

En 2017, One Cut of the Dead a prit le monde entier par surprise. Qui s’attendait à ce qu’un micro budget, un long métrage reprenant deux genres codifiés et épuisés avec un budget de 25 000 dollars puisse faire un tel choc au niveau mondial, dans les festivals. À tel point que cette lettre d’amour au système D, à l’art, la création, devint presque une marque. Oui, une marque. Il faut dire que le métrage savait être ingénieux, nous prendre à revers, et du coup, s’affranchir des codes des deux genres qu’il abordait. Le premier, c’était le found footage, le film filmé caméra à l’épaule par les personnages, si possible en faux plan séquence (sauf que là, il était vrai, de 37 minutes), et le second, le film de zombies, dont on bouffe comme le premier à toutes les sauces depuis le début des années 2000. Mais voilà, un gros succès implique de grandes responsabilités, et en 2019, on retrouve l’équipe pour un spin off, ou plutôt une suite, où le concept doit être délocalisé, à Hollywood. Mais ça ne s’arrête pas là, puisqu’un court métrage faisant suite au premier film voit aussi le jour durant l’été 2020 au Japon, et qu’un remake Français est en cours de production. Oui oui, la même, made in France. Bon, l’équipe derrière est douée, là n’est pas le souci d’ailleurs, mais est-ce que le propos de One Cut of the Dead peut fonctionner sur le territoire Français, où le monde du cinéma est encore plus fermé qu’ailleurs, où une équipe technique gueulera au premier écart de la part de la production sur les conditions de travail ? L’avenir le dira. Car aujourd’hui, c’est du premier spin off dont il est question, One Cut of the Dead in Hollywood. En gros, la même chose, mais à Hollywood. Dans les faits, puisqu’il s’agît d’un mini Hollywood reconstruit avec les moyens de bords au Japon.

Alors, la première bonne nouvelle, sans doute la seule, c’est que l’équipe revient pour cette suite, malgré quelques ajustements. Ueda Shin’ichirô revient, oui, mais il se contente d’écrire, passant la main à la mise en scène à son assistant du premier film, Nakaizumi Yûya. Bon, dans le fond, c’est bien de donner leur chance à d’autres débutants qui nous suivent et étaient déjà là. Mais le gros souci, c’est que cette version in Hollywood reprend en fait exactement la même formule que le film précédent, sans forcément y ajouter grand-chose. Le réalisateur du premier métrage est contacté donc pour faire une suite, un nouveau film de zombie tourné en un seul plan séquence et diffusé en live à la télévision Japonaise. Le film s’ouvre donc encore une fois par le fameux plan séquence, plus court que dans le premier film, 17 minutes au lieu de 37, mais tout aussi généreux, voir par certains aspects, plus ambitieux (plus de personnages, plus de zombies, de figurants, de sang, des mitrailleuses). Il faut dire aussi que le métrage n’est plus un long métrage de cinéma, mais un petit téléfilm, de 59 minutes. Puis une fois le fameux plan séquence terminé, nous revenons encore en arrière, pour voir les débuts de la production, puis les soucis, et enfin, le tournage, vu des coulisses, avec des soucis qui s’empilent les uns derrière les autres, et les solutions folles pour parvenir malgré tout à avoir un résultat qui tient un tant soit peu la route. La formule est inchangée. Et du coup, la formule fonctionne moins. Elle ne surprend plus, surtout quand certaines situations sont quasiment reprises à l’identique, et que l’on retrouve tous les personnages. Oui, on aura encore droit à l’acteur saoul qui doit jouer le zombie et qu’il va falloir aider pour le rendre un peu crédible à l’écran, en le poussant, le tenant. On aura encore ses moments où les acteurs doivent improviser ou faire durer un plan car de l’autre côté du cadre, quelque chose cloche, un élément n’est pas prêt.

Et puis, il faut aussi avouer que le principe même, de recréer un Hollywood au Japon, elle est amusante, mais que voir des acteurs Japonais avec des perruques blondes et parler dans un anglais approximatif, ça n’amuse plus passé quelques minutes. Finalement, là où le métrage s’en sort le mieux, c’est dans les rares nouvelles tentatives d’humour. Un réalisateur par exemple qui par accident se retrouve à 5h de route du plateau alors que l’heure de tourner approche, une actrice qui s’endort, ayant accidentellement eu des somnifères au lieu de fausses pilules, ou bien entendu, le coup du Hollywood écrit sur une colline, avec des lettres rudimentaires tenues par une équipe technique, mais qui au moindre coup de vent, menacent de s’envoler. Et ce jusqu’à l’ultime système D de l’équipe pour le plan final. Alors voilà, on ne va pas mentir, ce One Cut of the Dead in Hollywood, il est peu utile, voir totalement inutile tant il reprend l’exacte formule, et n’arrive que rarement à surprendre. Bien entendu, le spectacle est court et pas désagréable, mais il ne passionne pas comme le film original, ne surprend guère, fait moins rire, et si son ode à la création, au système D et j’en passe est toujours présent, on peut douter de la pertinence du sujet à présent. Dispensable et anecdotique.

Les plus

Une formule qui a fait ses preuves
Court
Quelques moments bien trouvés

Les moins

Une formule trop connue qui peine à surprendre
Beaucoup d’idées déjà connues
Ça fonctionne clairement moins bien

En bref : One Cut of the Dead in Hollywood, c’est comme le premier film, mais du coup, la surprise en moins. Pas mal de gags sont repris, la structure reste la même, et la sauce prend beaucoup moins. Reste bien entendu que par moment, ça amuse, et que le spectacle ne dure qu’une heure.

2 réflexions sur « ONE CUT OF THE DEAD IN HOLLYWOOD (カメラを止めるな!スピンオフ ハリウッド大作戦!) de Nakaizumi Yûya (2019) »

  1. Oui pareil. Le premier j’ai adoré, j’ai presque pleuré de rire – et ça ne m’arrive pas souvent. Le spin-off bof… J’ai quand même ri au même endroit que toit (les lettres qui s’envolent ahahah).

    1. C’est ça, il y a quelques moments où tu es obligé de rire ou de sourire, mais de manière générale et sur la durée, ce n’est pas la folie. Maintenant, plus qu’à attendre le remake Français qui doit sortir cette année haha.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :