TAI CHI 0 (太極之零開始) de Stephen Fung (2012)

TAI CHI 0

Titre original : Tai Chi Zero – 太極之零開始
2012 – Chine
Genre : Action
Durée : 1h39
Réalisation : Stephen Fung
Musique : Ishida Katsunori
Scénario : Chia-Lu Chang et Hsiao-Tse Cheng

Avec Jayden Yuan, Angelababy, Tony Leung Ka-Fai, Eddie Peng, William Fung, Shu Qi, Stanley Fung, Hung Yan-Yan et Bruce Leung

Synopsis : Après avoir perdu sa mère alors qu’il n’était qu’un enfant, Yang Lu Chan décide d’apprendre le Tai Chi dans un petit village paisible et reculé où cet art est carrément un art de vivre, mais tout le monde refuse de lui enseigner. Mais lorsqu’un chemin de fer en construction menace de détruire le village, il va devenir le seul espoir des villageois.

Sortis récemment en France et pour une fois avec peu de retard, Tai Chi 0 est le premier opus d’une saga, comptant pour le moment deux films (Tai Chi Zero donc, et Tai Chi Hero), deux films qui se suivent, qui poursuivent la même histoire, et pourtant, qui sont bien différents l’un de l’autre. Si comme tout premier opus, Tai Chi 0 est là avant tout pour poser les bases de l’univers, de l’histoire, mais également pour présenter sa multitude de personnages, ce premier opus prend la voie du film fun et décalé bourré d’hommages et avec une forte influence geek, identifiable visuellement au premier coup d’œil et rappelant immédiatement des films tels que Scott Pilgrim. Chose surprenante au vu du second opus prenant une voie immédiatement plus sérieuse. Bref, Tai Chi 0, de quoi ça parle ? Une histoire simple comme bonjour. Dans un début plutôt comique (et au débit de parole et au nombre d’information énorme), on nous présente le jeune Yang Lu Chan, qui perd très tôt sa mère (jouée par Shu Qi) et qui est recueillit pour apprendre les arts martiaux, le Tai Chi. Seulement le jeune homme grandit, et le kung-fu qu’il pratique lui retire sa vie au fur et à mesure, ce qui se caractérise par une petite corne sur sa tête lui permettant de devenir tout simplement invincible, et donc de défier les lois de la gravité afin de mettre ses adversaires KO. Devenant de plus en plus faible, il part dans un village pour apprendre le vrai Tai Chi, l’art martial qui lui permettra de se sentir mieux, de guérir, d’apprendre des coups nouveaux, sauf que personne ne veut de lui au village.

Sur cette histoire simple à laquelle s’ajoute également une critique à la fois de l’envahisseur avec ces anglais qui veulent construire un chemin de fer et donc raser le village en question, mais également une critique des chinois un peu trop fermés au monde extérieur, le réalisateur Stephen Fung (House of Fury) fait donc le choix de dynamiser son histoire à coup d’humour invraisemblable. Le tout prend souvent des allures de jeu vidéo, avec les coups s’inscrivant à l’écran, des niveaux consécutifs afin de pouvoir rentrer dans le village, et il faut l’avouer, tout cela donne un cachet fort appréciable au métrage qui ne se prend pas une seule seconde (ou vraiment si peu) au sérieux. Et dans cette histoire « possible » mais dynamitée par des choix rendant l’ensemble comique (même les étrangers, et donc, les anglais, sont caractérisés à l’écran de manière tellement abusive que cela prête à sourire), l’ensemble du casting semble s’amuser en permanence, surtout que en parlant de casting, il y a du choix, et de taille, malgré des rôles parfois effacés, ou peu développés. C’est ainsi que si le rôle principal revient à Jayden Yuan, dont c’est le premier rôle, on retrouve dans les autres rôles ou dans des rôles secondaires Tony Leung Ka-Fai (Prison on Fire, The Myth), Stephen Fung (Les Lucky Stars, oui, ça date pas mal…), Shu Qi (Gorgeous, Sex & Zen) ou encore Hung Yan-Yan (The Blade de Tsui Hark). Oui, un grand casting, bien que parfois brefs, pour des personnages souvent un peu fous et décalés.

Derrière la caméra, nous ne sommes pas en reste, puisqu’en dehors de la réalisation qui arrive à Stephen Fung, c’est Sammo Hung lui-même qui s’occupe des chorégraphies du film. À l’image du ton général, elles sont souvent délirantes, très aériennes, irréelles, mais imaginatives et très bien trouvées, les enchaînements sont rapides et agréables à l’œil. Les effets spéciaux eux sont également d’un très bon niveau, et il faut dire qu’il y avait un budget assez confortable derrière. Du tout bon donc pour ce gros divertissement ? Oui, MAIS, comme souvent, le film n’est pas parfait. Si les acteurs sont dans le ton, Jayden Yuan dans le rôle principal manque parfois un peu de présence à l’écran. Quand aux combats, s’ils sont franchement sympathiques, aucun ne vient vraiment sortir du lot pour nous laisser sur une impression d’avoir vu un combat unique en son genre. Et c’est bien ça le problème de Tai Chi 0. Aussi plaisant soit-il, aucun élément ne se détache du reste pour nous laisser un souvenir inoubliable. On rigole, on trouve le spectacle plaisant, amusant, et rythmé, et puis nous pouvons passer rapidement au second opus.

Les plus

Très délirant et amusant
On passe un très bon moment
Des têtes que l’on a plaisir à voir

Les moins

Parfois trop léger
Aucun combat ne sort du lot 

En bref : Premier épisode délirant, Tai Chi 0 est une bonne surprise, bien qu’imparfaite (acteur principal qui manque un poil de charisme, bons combats mais rien d’exceptionnel). Divertissant, le film met de bonne humeur, et c’est déjà très bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :