MAKE THE LAST WISH de Sono Sion (2008)

MAKE THE LAST WISH

Titre original : Make the Last Wish
2008 – Japon
Genre : Film inachevé paraît-il
Durée : 1h49
Réalisation : Sono Sion
Musique : Harada Tomohide
Scénario : Sono Sion

Avec Mitsushima Hikari, Andô Sakura, Horibe Keisuke, Kotô Lorena, Kuramoto Mitsuru, Nakajima Taeko et Ohmori Hiroshi

Synopsis : Minami Koike revient au Japon après des études aux Etats Unis pour accomplir le dernier vœu de sa sœur jumelle défunte : gagner une compétition et jouer sur scène aux côtés d’Avril Lavigne.

Quelle ne fut pas ma surprise en tombant par hasard sur Make the Last Wish, un film de Sono Sion totalement inconnu tourné en 2008, soit l’année de son chef d’œuvre, Love Exposure ? Un film que personne ne connaît, que quasiment personne n’a vu, avec peu d’informations sur le net, et qui, d’après certains, est un film inachevé. Ce qui après la vision peut être confirmé par pas mal d’éléments, comme un côté très brut de décoffrage dans l’image, ou une ambiance sonore bien dans les habitudes du réalisateur, mais qui semble un peu plus « dénudée » que d’habitude, comme si le film n’avait pas eu de post production digne de ce nom. Mais revenons donc à nos lapins. En 2008, Sono Sion livre Love Exposure, son chef d’œuvre, un film qu’il a détesté tourné, qui fut une expérience éprouvante pour lui, mais également pour les acteurs. Il faut dire que bon, tourner un film de 3h57 (beaucoup plus en fait, les coupes au montage, tout ça) avec un bas budget, ce n’est jamais de tout repos. Et dans la foulée, le voilà à filmer un métrage sensiblement différent, même si l’on y retrouve sa patte visuellement mais aussi dans les thématiques. Que serait un film de Sono Sion sans une famille brisée ? Sono Sion retrouve également au casting Mitsushima Hikari, la révélation de Love Exposure que l’on aura retrouvé par la suite chez Ishii Yuya (Sawako Decides), Andô Momoko (Kakera), Shimizu Takashi (Rabbit Horror) ou encore Miike Takashi (Hara-Kiri). Elle joue ici un double rôle, celui de Minami Koike, une jeune femme qui revient des Etats Unis pour participer à une émission, un concours pour chanter et danser sur scène aux côtés d’Avril Lavigne, mais aussi dans des flashbacks que sa sœur vois pendant ses rêves, Hana, décédée.

On retrouve également dans un petit rôle Andô Sakura, toujours là pour martyriser quelques âmes perdues dans un lycée. Des actrices confirmées donc, un réalisateur intéressant qui était alors dans son âge d’or pourrait-on dire, un sujet étrange à base de poupée diabolique exauçant 5 vœux et d’auditions pour un concert, le tout alternant une mise en scène énergétique caméra à l’épaule comme Sono Sion la maitrise, mais également un côté documentaire, ce qui nous interpelle dés le début, puisque l’on se demande finalement quel genre de film nous regardons. Pendant 20 minutes, on a clairement l’impression de voir un documentaire, enfin, un faux documentaire. Minami participe à une audition, l’équipe filme différentes participantes, les interviews toutes, elles chantent (rapidement je rassure), l’assistant essaye d’avoir un aperçu de la vie privée des participantes, et Mitsushima Hikari vole la vedette à tout le monde dans un rôle punk, qui crie, dit ce qu’elle pense, n’hésite pas à gesticuler, mais aussi à sourire et croquer la vie à pleines dents. Mais clairement, on ne comprend pas forcément où le film veut en venir. Mais pourtant, on parvient sans mal à rentrer dans l’aventure proposée, même s’il faut bien l’avouer, comme dit plus haut, l’ensemble est assez brut de décoffrage, si bien que l’on pourrait même penser que l’on regarde en réalité un de ces making of filmé en Mini- DV que l’on trouve sur les dvd de pas mal de petites productions Japonaises. Puis après la première audition, Sono Sion délaisse quelque peu l’aspect totalement réaliste de son propos et de sa mise en scène pour nous donner un semblant d’histoire, en revenant dans le passé avec la sœur de Minami, et l’achat d’une poupée (qui parle) et qui peut exaucer 5 vœux, mais de manière diabolique. Que des parents restent ensembles pour toujours ? Facile, il suffit de les faire mourir, ils seront ensembles pour toujours dans la tombe ! Là, on retrouve les thèmes de Sono Sion, avec une famille dysfonctionnelle, du harcèlement scolaire, mais aussi ces personnages rêveurs malgré leurs conditions.

Un propos pas inintéressant, mais qui semble souvent un peu déséquilibré au sein d’un métrage qui va finalement passer beaucoup plus de temps à filmer des auditions. La grosse déception bien entendu, c’est bien entendu que l’on nous vends un concert avec Avril Lavigne, mais qu’il n’arrivera pas, n’attendez pas Avril Lavigne dans le métrage, elle ne fera pas une apparition surprise. Ses paroles et chansons elles sont bien présentes par contre. Le métrage est en tout cas déséquilibré oui, il faudra passer outre son côté brut, outre son côté documentaire la plupart du temps, et s’avérera être bien plus une curiosité pour le fan, mais demeure néanmoins très intéressant. Mélangeant les genres (comédie, thriller, fantastique, documentaire), les effets de styles, et surtout clairement porté par Mitsushima Hikari, investie dans les deux rôles. Sono Sion aurait pu aller plus loin sur certains aspects, comme le milieu musical, restant souvent à la surface des choses, mais parvient, malgré le côté bancal et inachevé du film, à livrer un produit néanmoins très attachant. Il se dégage une énergie du métrage assez salvatrice au final, même s’il sera difficile de conseiller le métrage à de quelconques cinéphiles.

Les plus

Un film attachant
Le mélange de genre
Mitsushima Hikari, charmante et à fond

Les moins

Ultra bancal
Un côté très brut visuellement
Elle est où Avril ?

En bref : Film méconnu, inachevé également apparemment, Make the Last Wish est une curiosité assez attachante mais bancal à plus d’un niveau, dans son mélange de genre, mais également dans sa mise en scène, son design sonore. Intéressant, attachant, mais à réserver aux fans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :